Deux Coups de coeur de lecture pour sortir du confinement

Deux livres Coups de coeur du confinement à lire ou relire

coups de coeur de lecture

Pour cause de confinement, pas de réunion de lectrices ce mois, mais des comptes-rendus de lecture à suivre. Envoyez vos coups de coeur à chaprais@gmail.com

 

La mort nomade de Ian Manook

La mort nomade Yeruldelgger

3e volume de la trilogie, La Mort Nomade, est un roman, truffé de cadavres, qui ,à travers les divers épisodes, nous décrit un pays dévasté par les pelleteuses des multinationales, ruiné par la corruption et qui est en train de perdre son âme.

Usé par des années de lutte stérile contre le crime, le commissaire Yeruldelgger a quitté la police d’Oulan-Bator. Plantant sa yourte dans les immensités du désert de Gobi, il veut renouer avec les traditions de ses ancêtres. Mais sa retraite sera de courte durée.
Deux étranges cavalières vont le plonger dans une aventure sanglante qui les dépasse tous. Éventrée par les pelleteuses des multinationales, spoliée par les affairistes, ruinée par la corruption, la Mongolie des nomades et des chamanes semble avoir vendu son âme au diable.
Des steppes arides au cœur de Manhattan, du Canada à l’Australie, Ian Manook fait souffler sur le polar un vent plus noir et plus sauvage que jamais.

Yeruldelgger n’est plus policier, il s’est retiré dans la nature pour méditer. Mais il n’a pas besoin de chercher les ennuis pour qu’ils lui tombent dessus! , il se retrouve sans le vouloir au coeur de conflits meurtriers. Entreprises multinationales, corruptions politiques, drames écologiques et populations sacrifiées,
Un bon suspens qui conjugue le dépaysement des traditions mongoles et les enjeux de l’industrie et de l’écologie.

Berthe

 

Les douze tribus d’Hattie d’Ayana Mathis

Les 12 tribus d'Hattie Ayana Mathis

L’auteure : Ayana Mathis

Ayana Mathis , née en 1973 suit plusieurs cursus universitaires, travaille comme serveuse puis fact-checker dans divers magazines.
En 2009, elle participe au programme de Creative writing de l’Université de l’Iowa sous la direction de Marilynne Robinson.
Quelques mois plus tard, elle termine son premier roman, « Les douze tribus d’Hattie » qui reçoit un franc succès, il est sélectionné pour le grand prix des lectrices Elle 2015.

Elle vit et travaille à Brooklyn.

Le livre :

Hattie , 15 ans a fui le Sud rural et ségrégationniste de la Géorgie, en compagnie de sa mère et de ses deux soeurs, pour s’installer à Philadelphie. Peu de temps après, elle fait la rencontre d’August qu’elle épouse très vite. de leur union naissent des jumeaux qui, malheureusement, ne survivront pas à la rudesse de l’hiver. Une mort qui marquera à tout jamais la jeune Hattie. Et pourtant, au fil des années, et malgré l’inconstance et la légèreté d’August, d’autres enfants naîtront. Cinq fils et six filles qui, chacun leur tour, jalonneront l’histoire américaine…

 

Ayana Mathis dépeint, avec force et intensité, une galerie de personnages attachants, sur fond historique. Des enfants devenus narrateurs, marqués, chacun à leur manière, par leur mère, Hattie, un personnage profond, complexe, malheureux, mystérieux et qui semble froid.

Beaucoup de force et d’humanité dans ce roman choral où s’entremêlent désillusions, secrets, labeur, espoirs.

Allant de 1925, soit deux ans après l’exode de la famille d’Hattie vers le Nord, à 1980, l’auteur consacre quasiment un chapitre à chacun des enfants à un certain pan de leur vie. Il est question d’homosexualité, de guerre du Vietnam, de maternité, de racisme, de maladie, de la condition des femmes…

Une belle plume dense et profonde et un livre qui trouble autant qu’il fascine.

 

Françoise

Categories: Actualités, Lecture