Qui se souvient des ateliers et des commerces d’autrefois dans les rues des Chaprais ? (suite)

Les rues des Chaprais ont beaucoup changé : il y avait de nombreux ateliers, d’autres commerces etc … (2)

Rue par rue, les anciens chapraisiens sont invités à rassembler leurs souvenirs

Pour commencer cet inventaire, Chantal Chevillard a accepté de partager ses souvenirs avec Jordan Lahmar-Martins historien et Christian Renard rédacteur de chaprais.info lors d’une déambulation repérage dans les rues qu’elle connaît le mieux

Chantal et Jordan août 20 rue

Après la rue de la Rotonde, continuons par la rue de Belfort (entre Chasnot et Suard)

Si on la remonte depuis l’angle de la rue du Chasnot on commençait par trouver une épicerie Les Docks et en face à la place de Domino’s, une boulangerie tenue par M Henry qui l’a cédée à M et Mme Malcuit. Ce sont eux qui ont déménagé au coin de la rue du Chasnot et agrandi le local qui est maintenant Au pain d’antan

Boulangerie Caublier

Cette boulangerie a été  gérée ensuite par Christophe Caublier puis modernisée par Eliane et Jean Claude Schillinger

à côté de la pharmacie, il y avait une petite librairie

27 rue de Belfort pharmacie 29 poissonnerie

Au n° 29 la mercerie est devenue une poissonnerie. A l’origine, c’était M Meuillet épicier qui avait placé là un salarié professionnel. Le commerce a été repris par M Girardot puis son neveu avant d’être racheté par Martine et Franck Baillet à l’enseigne de la Nouvelle vague.

Au 31, l’épicerie Molinas (un espagnol) puis Meuillet est devenue un Petit Casino

Véronique Fleur et Petit Casino de la rue de Belfort le dimanche

Il y a eu une parfumerie et un couple vendait des articles de pêche (sa sœur tenait une quincaillerie à l’angle de la rue du Balcon)

Les changements d’enseigne se sont multipliés récemment. Des commerces photographiés en 2012, il n’en reste plus aucun identique entre le n° 33 et le n° 39

rue de Belfort en 2012

La fleuriste de Véronique Fleurs a pris sa retraite puis DK a d’abord laissé la place à ID PC informatique au n° 33
le commerce de photos Fuji Color puis  Point service mobile puis l’imprimerie Noir sur Blanc et actuellement l’agence de voyage Sélect Tour

35 rue de Belfort : départs

La pâtisserie Beligat a été reprise d’abord par Fossaert puis Christe puis Schillinger (avec  l’intermède du boulanger de Beure)

Un électricien M Comte vendait de l’électroménager

commerces vacants 37 rue de Belfort

des agences de courtage immobilier et maintenant le restaurant corse CS 37

Le Café du cercle puis bar le 37 (de réputation punk)

Jadis commerces de la rue de Belfort

Côté pair, un pressing a fermé récemment, le coiffeur Raymond est toujours présent au Studio 24.

Au 28, se sont succédés les bouchers Frossard (père et fils), puis différentes enseignes de boucherie halal

à proximité un magasin de vêtements féminins Ségolène
28 b rue de Belfort Pralines et Moi

un bureau CTC , les chocolats de Pralines et moi, une agence automobile etc …

Un fleuriste (Greniers et Jardins) a laissé la place au salon de beauté Escale et détente

à l’angle avant le commerce de vêtements  n’y avait-il pas une agence du Crédit Mutuel ?

De l’autre côté de la place de la Liberté, au n° 30, à l’angle avec la rue des deux Princesses,  il reste des traces d’une épicerie tenue par Mme Vogel, un commerce appartenant à Mme Amiotte fille Brochet– Les économiques, puis le préparateur en pharmacie Jean Marie Moine a ouvert un commerce de produits naturels, remplacé par un dépôt de pain : boulangerie Vial puis le Moulin des pains Voir aussi le témoignage de René Truche menuisier

commerces de la rue de Belfort, jadis

Il y avait un petit bistrot le Café Central tenu par Mme Cassard, et le bureau de tabac longtemps tenu par Daniel Perrot qui s’est agrandi lors du départ de Madame Cassard.

Au n° 34, un immeuble récent a été construit à la place d’ateliers avec au rez de chaussée un cabinet médical et un local souvent inoccupé (à part une agence de courtage immobilier et une entreprise de fermetures)

39 rue de Belfort épicerie fine Martin Muller

Côté impair au n° 39 les vêtements Séduction tenu par la famille Ponçot ont été remplacés par une épicerie: celle de M. Lombardelli (qui avait auparavant une toute petite boutique en face) Cette épicerie a été revendue à Martin et Muller puis finalement à Jean Jacques Pichon : In Fine

Le pressing Cuenot tenu par Gilbert après son père  Robert Cuenot. Le local a été transformé en comptoir bio Chez Victor

Au n° 45, la pharmacie des Chaprais gérée par MM Butsch, puis M Rapin appartient maintenant à la famille Gauthier,

pharmacie Butsch Rapin rue de Belfort

Voir aussi les souvenirs de Madame Butsch Monnory

Il y avait l’échoppe d’un cordonnier dans la cour au n° 47

Les Fleurs Lacroix, commerce repris par leur fille Christine se trouvait à l’emplacement actuel de Jimmy Dubois Opticiens

Entre temps, il y eut deux commerces d’optique l’un en face de l’autre : Qualité vue côté impair au n° 47 et l’Optique des Chaprais qui avait pris la place du commerce informatique Yves Monnot (anciennement le Café français). Actuellement, l’association Les Invités au Festin y a ouvert un commerce de vêtements Fil & Cie

Café français rue de Belfort

La boucherie Combe était réputée (à la place d’Audika)

Une épicerie SPAR était tenue par M et Mme Bourdenet à la place de Fabienne Barthod

Un important atelier de métallurgie serrurerie Hugenschmitt occupait tout l’espace où se sont construits les immeubles Coeur ville

ateliers Hugenschmitt

L’entrée était située au fond du n° 53

Rue de Belfort l'entrée des ateliers Hugenschmitt en avril 2006

Au n° 55 une agence de Pompes Funèbres existait avant les fleuristes la Halle aux fleurs,  actuellement  Jardin de Lilly

55 rue de Belfort Hall aux fleurs

En face, au 48 /50 il y avait une épicerie gérée par M Morel, les chaussures Laude à la place de la Banque populaire

Un nouveau Kebab rue de Belfort

un magasin de vêtements Interlude à la place de l’agence immobilière Lavallière puis différentes enseignes de Kebab actuellement le restaurant l’Heskif
La pâtisserie Grandvoinnet est installée là depuis longtemps.

Avant la construction du supermarché Casino, tout l’espace était occupé par l’entreprise de transport Les Monts Jura

Au total, dans cette seule portion de la rue de Belfort on a évoqué une centaine de commerçants et artisans

A suivre… rue Suard, rue des Chaprais …

Un grand merci à Chantal Chevillard Quelle mémoire !

Si vous avez bien connu cet endroit autrefois, tous les compléments et précisions sont les bienvenus au chaprais@gmail.com