Au CDN, du théâtre qui tient ses promesses !

Du 5 au 7 novembre, le CDN a joué Amitié une pièce mise en scène par Irène Bonnaud avec des textes de Eduardo De Filippo et de Pasolini

Amitié au CDN

Le spectacle était annoncé ainsi : Dans plusieurs de ses pièces, l’acteur-auteur napolitain Eduardo De Filippo met en scène la vie de troupes ambulantes parcourant l’Italie pour se produire dans des théâtres de fortune. C’est cette vision d’une rencontre simple et chaleureuse avec le public qui est à la base d’Amitié. Le titre est celui d’une comédie d’Eduardo (c’est ainsi que les Italiens appellent familièrement le comédien), mais il renvoie aussi à l’amitié qui liait celui-ci à Pier Paolo Pasolini. Le réalisateur, peu avant d’être assassiné, avait en effet écrit un projet de film pour lui. Cette ébauche de scénario sert de trame au spectacle d’Irène Bonnaud : Eduardo y est un Roi mage qui, parti de Naples pour porter un présent au Messie, s’égare dans une Rome devenue  Sodome, un Milan sous domination télévisuelle, un Paris en proie au fascisme, avant d’arriver à Bethléem quand désormais le Christ est mort et oublié. Amitié suit ce parcours picaresque et allégorique, ponctué  d’extraits de pièces d’Eduardo De Filippo, où la fragilité de la condition humaine se lit dans la cohabitation des morts et des vivants, où l’amertume du quotidien imprègne l’humour de comédies à l’italienne.

 

Amitié CDN novembre 2019

Ce  spectacle Amitié, créé et mis en scène par Irène Bonnaud est interprété par trois grands acteurs du théâtre français : François Chattot, Martine Schambacher et Jacques Mazeran.
Amitié réunit au théâtre deux figures emblématiques de la culture italienne, Eduardo De Filippo et Pier Paolo Pasolini tout en mettant à l’honneur théâtre populaire et comédie napolitaine.

Eduardo De Filippo est napolitain et commença sa carrière dans les années 1920. À la fois comédien et auteur, il représente un théâtre ancré dans la tradition populaire de la comédie italienne. Alors qu’il semblait éloigné de l’univers de Pasolini, il le considérait comme un grand acteur. Il avait même pensé écrire pour lui un texte en napolitain intitulé Mandolini. Pour le Pasolini des années 1960-1970, se référer à ce théâtre était aussi un acte critique et politique à l’encontre de la société de consommation et de la télévision qui imposent, selon lui, une standardisation forcée de la langue, des cultures locales, de la créativité populaire.

Du comique tragique

Les pièces de De Filippo, leurs situations, sont très drôles et, en même temps, absolument épouvantables. L’essentiel se joue dans les abîmes qui s’ouvrent derrière les dialogues les plus anodins, la cruauté extrême, souvent involontaire, des relations entre les êtres. Sa façon réaliste de montrer comment les gens se débrouillent au quotidien dans leurs relations aux autres est implacable. L’observation de la vie a donné chez lui ce comique amer, tragique, foncièrement pessimiste où les meilleures intentions produisent les plus grandes catastrophes.

Le spectacle Amitié d’Irène Bonnaud associe Eduardo de Filippo et Pier Paolo Pasolini. Une comédie napolitaine sous la forme d’un road movie.
Cette farce composée à partir du dernier scénario de Pasolini et de fragments de pièces de De Filippo s’articule autour de quatre saynètes.
On ne peut se sentir étranger à cette course folle, désespérée et absurde, mais si « italiennement » enthousiasmante.
Amitié dérape dans la comédie de tréteaux qui fait rire les spectateurs dans un joyeux grand écart entre Pasolini et De Filippo. C’est la Varietà !

Du théâtre comme on l’aime ! 

François Chatot Amitié

François Chatot

Comme le dit en substance le texte, quand les acteurs jouent bien, les spectateurs ne font pas trop attention au décor.

acteurs Amitié CDN

Martine Schambacher est remarquable comme actrice, narratrice, chanteuse et cascadeuse !

Effectivement les acteurs sont excellents, ils jouent vraiment bien et ils ont été applaudis par toute la salle. Malgré un décor minimaliste, ils réussissent à tirer parti de quelques objets : une barrière, un ballon symbolisant la terre vue de loin,

une étoile sur un  écran lumineux, une grosse malle, un peu de vaisselle et des vêtements ou de simples draps

Le père et le fils ne veulent pas sortir de leurs draps dans l’attente d’un bon café ou d’une bouillie

Des histoires pas vraiment gaies, (on parle beaucoup de mort), mais racontées de façon truculente avec ce qu’il faut de gros mots pour faire réagir le jeune public nombreux dans la salle.

C’est une suite de sketchs enchaînés sans interruption  et censés se passer dans différentes villes : Naples, Rome, Milan, Paris et Bethléem avec un fil directeur l’étoile des rois mages : une illusion qui finalement donnera la possibilité de mieux découvrir la réalité du monde

ballon = terre amitié CDN

 

 

Prochain spectacle : Le grand théâtre de l’Oklahoma à partir d’un texte de Kafka

Les 20 et 21 novembre 2019

« notre théâtre emploie tout le monde et met chacun à sa place »

 

Et dès jeudi 14 novembre à 19 h Robert Cantarella assis sur une chaise « fait le Gilles » c’est à dire refait le cours du professeur de philosophie  Gilles Deleuze pour montrer ce que le langage parlé transporte comme sens au delà des mots

Au CDN Besançon Franche-Comté – Salle Karl Auer avenue Droz esplanade Lagarce

CDN août 19

Categories: Actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée
Champs obligatoires*