Demandez le programme…2016…

Permettez nous de vous adresser nos voeux d’excellente année 2016, avec, entre autres, un intérêt renouvelé pour nos travaux.

Ci-dessous, une coupure du Petit Comtois du 31 août 1885 transmise par notre ami Christian Mourey de « Battant Musique »….

Une annonce de la Fête des Chaprais dans le Petit Comtois du 31 août 1885.

Une annonce de la Fête des Chaprais dans le Petit Comtois du 31 août 1885.

Et, une fois n’est pas coutume ,  nous allons vous communiquer les orientations que prendront, en 2016, nos billets consacrés à l’Histoire,au Patrimoine et à la Mémoire des Chaprais. Et rappelons, pour celles et ceux qui auraient raté un épisode, que depuis l’avant dernière assemblée générale ordinaire de Vivre aux Chaprais de novembre 2014, un groupe de volontaires (7 personnes) a été constitué afin de travailler sur les points évoqués ci-dessus . Comme vous pourrez le lire, dans le compte-rendu de la dernière AG de Vivre aux Chaprais de décembre 2015, les billets écrits sur ce blog émanent des différents membres de ce groupe.Chacun travaille sur ce qui l’intéresse et la diversité des sujets, la pluralité des approches font, la plupart des lecteurs en conviendront, la richesse de ces articles volontairement courts.

Alors, à quoi s’attendre en 2016, si les travaux des uns et des autres avancent?

Tout d’abord le considérable travail de consultation des archives entrepris par mr Bernard Carré, concernant les 24 Résistants tués lors des combats pour la libération de Besançon, continue.

Dès 1946, une stèle du souvenir a été édifiée, par souscription populaire, en mémoire des 2' résistants tués lors de combazts de la Libération de Besançon les 7 et 8 septembre 1944

La stèle, place de la Liberté, en mémoire aux 24 Résistants tués lors des combats de la libération de Besançon

D’ores et déjà vous pouvez consulter le portrait enrichi du Résistant Paul Berreux.

Mais aussi grâce à nos lecteurs, nous avons pu compléter les portraits et photos des Résistants Jean Robert et de Roger Pourchet.

Et nous n’en aurons toujours pas terminé avec la période de l’occupation à Besançon. Sont ainsi prévus:

– un billet sur le Foyer du soldat allemand qui était alors au Casino;

Un foyer du soldat allemand avait été aménagé au Casino : de nombvreux témoignages subsistent.

Une des listes des soldats allemands ayant fréquenté le Foyer du Soldat

– un billet sur ces 4 hôtels proches de la gare dont les dirigeants étaient de discrets combattants de l’ombre;

– un billet sur le réseau Carmel et son sous-réseau Bayard auquel appartenait de nombreux chapraisiens.

– et si nos recherches aboutissent; un billet sur René Mussillon ce policier qui entraîna ses collègues aux combats pour la libération de Besançon et qui inaugura la stèle de la Résistance place de la Liberté dès novembre 1946;

– ainsi qu’un autre sur ce chapraisien peu connu, membre du comité local de libération.

Autres écrits qui, nous l’espérons, vous passionneront, car il s’agit là de véritables feuilletons tragi-comiques : les aventures des statues , monuments et bustes en bronze installés aux Chaprais et qui ont été fondus ou qui ont failli être fondus durant l’occupation!

Une statue de bronze avait été élevée en l'honneur du général Jeaningros, le roi des zouaves , le roi des braves. Elle a été fondue durant la 2° guerre mondiale.

Statue du général Jeaningros devant la gare

La statue en bronze de Jouffroy d'Abbans, sur une fontaine, devant la Madeleine a été fondue. Une autre de pierre l'a remplacée avant d'être transférée avenue d'Helvétie.

L’ancienne statue de Jouffroy d’Abbans, devant la Madeleine.

 

 

 

 

 

 

Des « scoop » comme on dit, vous seront révélés et nous évoquerons quelques rumeurs populaires qui courent encore de nos jours…Nous ne vous en dirons pas plus.

Des recherches en cours provoqueront quelques articles : les 2 gares, Viotte et la Mouillère. Nous en avons déjà parlé, mais de nouveaux éléments sont apparus. L’ancien bureau de poste des Chaprais et l’ancien poste de police feront également l’objet de communications.

 

La compagnie du PLM avait exigé que la première gare de Besançon, due à l'architecte Ducas soit à la Viotte

La première gare Viotte en bois.

Une gare de connection avec la Suisse et pour favoriser le tourisme à Besançon les Bains ouvre en 1884

La belle gare de la Mouillère en 1884

 

 

 

 

 

 

Nous évoquerons également le passé industriel des Chaprais : ainsi grâce au témoignage de mr. Nappey fils du créateur des montres du même nom, nous reviendrons sur l’histoire de cette marque. Nous aborderons, parfois brièvement, faute de documentation conséquente, les nombreuses petites marques de fabrication d’horlogerie installées aux Chaprais. Universo fera aussi l’objet de notre curiosité.

Les montres Nappey sont nées rue de Vittel.

Publicité pour les montres Nappey sur un buvard.

Les autres entreprises installées aux Chaprais ne devraient pas échapper à notre vigilance.

Autres sujets qui nous intéressent (et nous espérons vous y intéresser…) le cimetière des Chaprais et les personnalités qui y sont inhumées dans un passé éloigné ou récent.

Nous ne manquerons pas également d’évoquer les artistes, écrivains, etc. qui ont habité les Chaprais ou qui y résident actuellement. Ce sera notre surprise de l’été. Et quand on voit le succès rencontré par le billet consacré à Roland Gaudillière, peintre ayant habité les Chaprais, nous y sommes fortement encouragés.

Enfin nous continuerons, en fonction de nos rencontres et des renseignements que vous voudrez bien nous communiquer, chers lecteurs, à recueillir la mémoire, les souvenirs de celles et ceux qui habitent (ou travaillent) depuis longtemps dans le quartier? Ces témoignages vivants sont toujours passionnants…

L’ordre de ces billets, sera bien sûr aléatoire, afin d’en respecter la diversité et d’ essayer de ne point vous lasser!

Rendez-vous donc samedi prochain 9 janvier 2016.

N’hésitez pas à nous faire des suggestions, à nous transmettre vos copies de photos et documents concernant les Chaprais. Ce blog a l’ambition de devenir participatif, bref, d’être le vôtre.