ActualitésFaits diversHistoire & Patrimoine

Petites histoires de gare à Besançon

Faits divers en gare de Besançon, dans le passé aussi !



Les gares de Besançon sont riches d’une histoire plus que centenaire, elles ont connu une série d’anecdotes riches dont voici un florilège.

On a déjà raconté la dramatique explosion d’une bonbonne d’éther à la gare Viotte.
Incendie Viotte en 1919 bâtiment Grande vitesse



Quand des bovins réalisent un remake de la Grande Evasion

vache montbéliarde


Le 15 octobre dernier, Besançon était dans le feu de l’actualité à la suite de l’évasion de deux taureaux dans le quartier des Tilleroyes. Les scènes surréalistes de la promenade des bovidés a fait le tour de la toile.


Cependant, les Chaprais ont vécu il y a plusieurs décennies une scène similaire. Nous sommes le 26 janvier 1965 quand six vaches enfermées dans un wagon de passage dans la gare s’échappent alors du transport. La suite est rapportée par l’Express « L’une d’elles a foncé sur le chef de gare qui a pu éviter sa charge en tournant autour d’un poteau. Le reste du troupeau, s’échappent alors de l’enceinte de la gare, gagna les abords du monument aux morts [qui se trouvait alors devant la gare] et parcourut trois cent mètres en direction du centre de la ville dans une des rues les plus passantes. Il fallut organiser une véritable corrida pour que les animaux réintègrent leur wagon. »
Vers quelle rue se sont dirigés les bovins ? L’article ne le dit pas.



Un docker au bout de l’enfer.


Cette histoire nous est rapportée par le Petit Comtois. Nous sommes le mardi 14 janvier 1936. Dans la fraîcheur du matin, un employé des Soieries (devenues la Rhodia) ouvre un wagon.

Là, quelle n’est pas sa surprise quand il découvre un homme hagard, très affaibli. Comprenant les besoins du
malheureux, l’employé aidé par des agents ferroviaires l’emmène à la gare de la Mouillère. Après s’être restauré, l’homme se met à raconter son histoire. Il s’appelle Alfred Louis Guillaume, il a cinquante ans. La suite est incroyable, mais vraie. Il travaille aux docks de Rouen, le long de la Seine. Son état-civil que nous avons retrouvé confirme cette information.


wagon de marchandises

N’ayant pas de réel domicile, Alfred dort dans des wagons. Dans la nuit du 3 au 4 janvier, il est parti dormir dans un wagon stationné en gare de Rouen. A son réveil, le train s’est mis en marche. Son habitation de fortune ne s’ouvrant pas, M.Guillaume a été transporté pendant dix jours sans eau, ni nourriture entre Rouen et Besançon faisant de longs arrêts notamment en région parisienne. Durant tout son voyage, nul ne l’entendit malgré ses cris répétés. Par chance, il a survécu et est retourné chez lui après avoir été hospitalisé.


Un plancher s’effondre en gare de Besançon.

gare Viotte ancienne

Nous sommes en mai 1935. La gare Viotte connaît quelques travaux d’entretien menés par l’entreprise Muller. Deux ouvriers de cette société spécialisée alors dans les travaux publics sont en train de réaliser des travaux dans le bureau du secrétariat. Soudain, un craquement se fait entendre, les ouvriers ont à peine le temps de lever la tête au dessus d’eux que le plafond s’effondre.
Par miracle, les deux ouvriers parviennent à survivre même si l’un d’eux se retrouve avec une fracture à la cuisse.


La gare elle, fut malheureusement détruite dans le terrible bombardement de 1943 comme www.chaprais.info l’a déjà raconté.


gare Viotte bombardée en 1943

Évènements à venir