Pierre Gauthier parlera de l’homéopathie à la Journée Santé Bien être ce samedi 16 mars

Pierre Gauthier pharmacien

Vous participez activement à la Journée Santé Bien être des Chaprais.  Pourquoi ?

Journée Santé Bien être calicot

Je fais partie depuis longtemps de l’association Vivre aux Chaprais, j’oeuvre pour que le quartier soit toujours vivant, animé. De plus je suis pharmacien spécialisé dans la phytothérapie et l’homéopathie alors cette initiative est au coeur de mes passions, je ne pouvais pas rester à l’écart.

Vous allez parler d’homéopathie, cette méthode de soin a-t-elle besoin d’être connue ? défendue ?

Elle est relativement connue mais elle a besoin d’être reconnue et défendue.

Quel est le rôle du pharmacien vis à vis de l’homéopathie ?

Son rôle ne devrait pas se limiter à distribuer des granules. Mais faute de formation, certains pharmaciens se limitent à cela. Personnellement, j’ai pratiqué le conseil au comptoir. J’ai écrit un livre « Se soigner au quotidien par l’homéopathie et les plantes« . Il a été publié en 2015, il aurait besoin d’être « revisité », actualisé car la phytothérapie évolue rapidement et plusieurs formules ne se trouvent plus.

Se soigner par les plantes livre de Pierre Gauthier

Quelle formation avez-vous eue dans ce domaine ?

J’ai d’abord suivi des cours à Strasbourg puis à Besançon avec MM Belot, Moussier et Tanazac. J’ai passé des week-ends à Dijon et des stages à Toulouse où se trouvait l’entreprise Dolisos (qui a été absorbée par Boiron).

Quelle est la spécificité d’un médicament homéopathique par rapport à un médicament allopathique ?

En résumé, le principe repose sur le constat qu’une substance qui est toxique appliquée  un corps sain produit certains symptômes : douleurs, rougeurs etc … On va appliquer cette substance en dilution centésimale pour soigner ces mêmes symptômes. Mais pour choisir le bon médicament homéopathique, il ne suffit pas de prendre en compte un symptôme approximatif. Par exemple si on a une fièvre brusque on distinguera  Aconit  pour une fièvre « sèche » et Belladonna pour une fièvre qui fait transpirer, rend les yeux brillants.

Pouvez-vous donner deux exemples de remèdes homéopathiques ?

Apis Mellifica, c’est du venin d’abeille qu’on va utiliser pour tout ce qui pique que ce soit contre les piqures d’insectes ou les coups de soleil

Apis China

China Rubra, c’est du quinquina qu’on va utiliser pour tout ce qui coule que ce soit un saignement ou une diarrhée.

Comment se présentent les médicaments homéopathiques ?

On peut distinguer plusieurs stades : en premier la matière médicale qui est énumérée (en latin) dans les répertoires de pharmacopée internationale. Elle peut avoir une origine végétale, animale ou minérale (cuivre, magnésium etc) Ensuite, il y a la dilution centésimale on utilise le terme CH en hommage à l’inventeur de l’homéopathie Hahnemann. Puis il y a la dynamisation : on agite. Enfin, on présente le médicament soit en tube de granules, soit en dose,  soit en liquide pour des gouttes. Mais il faut savoir qu’il y a eu un déremboursement complet de ces préparations liquides, ce qui est grave : cela limite le traitement aux granules et aux doses industrielles.

Homéopathie nomenclatures

Il y a des détracteurs de l’homéopathie qui la critiquent en disant qu’elle n’a qu’un effet placebo.  Que répondez-vous ?

Quelque soit le médicament, l’effet placebo explique en moyenne un tiers de la guérison. Mais cela n’explique pas tout.  L’homéopathie produit des effets remarquables sur des enfants en bas âge et sur les animaux. Il faut remarquer que les médicaments homéopathiques n’ont pas d’effets secondaires. Ce sont souvent les seuls qu’on peut donner sans risques aux  enfants et aux femmes enceintes. Personnellement, je considère que tout ce qui soulage est bon à prendre.

Que ferez-vous samedi à la Cassotte pour la Journée Santé Bien être ? 

Je serai présent à la Cassotte et je tiendrai une conférence avec Madame Thirard à 16 h

 

Foyer de la Cassotte aux Chaprais

Vous êtes un des chapraisiens les plus connus dans le quartier, vous participez activement à la vie associative

C’est vrai que je suis sensible à l’évolution du quartier et particulièrement à la rue de Belfort. Je soutiens les commerçants qui sont regroupés dans l’association présidée par Madame Faivre Chalon. Je déplore que trop de cellules commerciales restent vides et à l’abandon en bas de la rue de Belfort. Je suis membre de l’association Vivre aux Chaprais et j’essaie de faire remonter les préoccupations locales au sein du CCH. Je m’occupe de la commission « commerce, mobilité et respect ». Je participe aussi aux initiatives pour fleurir la place Flore. C’est du concret qui se voit. Je demande qu’on embellisse le quartier par une plus grande propreté des trottoirs et des murs. On demande à la ville d’être plus efficace contre les tags. En ce qui concerne le chantier de la Viotte, les nuisances étaient prévisibles mais limitées. Le chantier n’a pas respecté les promesses de M Fousseret par exemple en ouvrant des sorties de chantiers rue de la Viotte. Les rues du quartier subissent la boue du chantier.