Chant et solidarité avec Marie Thérèse Hansmannel

Marie Thérèse Hansmannel

Interview de Marie Thérèse Hansmannel

Etes-vous originaire de Besançon ?
Oui, mais j’ai vécu 40 ans en région parisienne

Quel a été votre parcours professionnel ?

J’ai travaillé dans l’administration, à l’Equipement à Besançon et à Paris. J’ai fait un passage à Météo- France, à l’INRETS, au ministère des finances, pour finir à la Cour des Comptes.

Quel lien avez-vous avec le quartier des Chaprais ?

Principalement parce que je fais partie de la chorale Chant’Espoir qui répète rue de l’Eglise

Vous êtes même la présidente de cette chorale depuis sa création, pourquoi ?

J’aime chanter, j’ai toujours fait partie d’une chorale. D’abord au lycée de Palente, puis dans diverses chorales à Besançon et en région parisienne. J’ai rencontré Robert Vernet qui a fondé les Enfants de l’Espoir. Son projet de marier le chant et la solidarité m’a plu. J’ai participé à la création d’une chorale d’adulte dans le même esprit : Chant’Espoir. J’en suis devenue la présidente.

Qu’est-ce qui vous plaît dans cette chorale ?

Il y a le plaisir de chanter, le plaisir de faire partie d’un groupe, avec une production musicale. Les voix vont se synchroniser, fusionner, se compléter.  Et au-delà du plaisir de chanter, il y a le plaisir de chanter pour autrui. Avec Chant ‘Espoir, il y a toujours une finalité solidaire.

Comment fonctionne cette chorale ?

Nous sommes actuellement une quarantaine de choristes avec une majorité de femmes et 7 hommes. On a donc beaucoup de voix soprano et alto, on recherche des voix de ténor et basse.

chorale Chant'Espoir

Nous nous répétons chaque lundi soir durant deux heures à partir de 19 h 30 dans une salle 21 rue de l’église.

Quel est votre répertoire ?

Il est varié : sacré, gospel et profane populaire, mais nous privilégions les pièces  qui véhiculent un message. On ne doit pas se contenter de chanter juste, il est nécessaire de chanter avec son cœur. Il faut adhérer aux paroles. Si on chante Lily de Pierre Perret, dans le contexte actuel, ça a du sens, c’est également le cas lorsque nous chantons l’Hymne à la joie.

Chant'Espoir au Forum 17

N’importe qui peut-il participer à votre chorale ?

Chacun peut venir à la chorale. Le répertoire est assez exigeant. Nous recherchons la qualité. L’atmosphère de la chorale est à la fois bon enfant et studieuse avec une bienveillance réciproque.  Il faut chanter juste et s’entraîner non seulement en répétition, mais aussi chez soi avec des  MP3  et les partitions. Il y a une audition des personnes qui se présentent, il y a suffisamment de chorales sur le secteur de Besançon pour que chacune et chacun trouve sa place et du plaisir dans une chorale.

Vous parlez de solidarité, elle s’exprime de quelle façon ?

La solidarité se manifeste en partageant les bénéfices de nos concerts avec des personnes dans le besoin, directement ou par l’intermédiaire d’associations reconnues.

Quel sera votre prochain concert à Besançon ?

Chant’Espoir se produira sous la direction de Robert Vernet dimanche 18 juin à 16 h 30 à Saint Ferjeux (le 17 à Baume les Dames), et le bénéfice des concerts de l’année musicale 2016/2017 bénéficieront aux résidents et futurs résidents de la Maison de Vie de Saint Ferjeux à Besançon.

concert de Chant'Espoir

Vous êtes également très active dans une autre association, pouvez-vous la présenter ?

Oui, il s’agit de l’association « Habitat et Humanisme Doubs » qui  a pour objectif de faciliter l’accès des familles et personnes seules, en difficulté, à un logement décent et à faible loyer, dans des quartiers équilibrés au cœur des agglomérations. Les familles logées soit dans des logements appartenant à Habitat & Humanisme, soit dans des logements confiés par des propriétaires solidaires, sont accompagnées par des bénévoles. Depuis sa création en 2005 à Besançon,  Habitat et Humanisme a permis la mobilisation de 81 logements dont 35 dans deux maisons relais. A ce jour, elle compte plus de 200 adhérents, près de 80 bénévoles.

L’association est née de la rencontre de différentes personnes et associations motivées par la création de logements très sociaux (Secours Catholique, ATD Quart Monde, le Diocèse, Habitat et Développement Local du Doubs, Caisse Solidaire de Franche-Comté) et de techniciens du logement.  En 2009, Habitat et Humanisme Doubs a réalisé, sur le secteur de Besançon une pension de famille destinée à des personnes isolées en difficulté, ayant des difficultés psychiques, le temps de leur reconstruction. Cette maison-relais, gérée par Les Invités au Festin, conjugue autonomie de petits logements privatifs et présence de parties communes dans un cadre rassurant. Deux responsables de maison salariés et des bénévoles accompagnants, issus de milieux variés, et riches d’expériences différentes mettent leurs talents au service du projet. La présence des bénévoles contribue à recréer des temps de convivialité, du lien social et favoriser l’insertion : par la simple présence, ou grâce au support d’une activité (jardinage, randonnées, peinture…)

Que faites-vous au sein de cette association ?

Marie Thérèse Hansmannel Habitat et Humanisme

L’association est présidée au niveau local par Pierre Chavelet.  Je suis Secrétaire au bureau, responsable du pôle communication. Je fais aussi de l’accompagnement et participe à l’accueil pour mettre en relation l’offre de logements et la demande.

Comment s’organise concrètement cette relation ?

Nous avons beaucoup d’offres de propriétaires qui envisagent de mettre à disposition un bien pour des personnes en difficulté, 40 cette année, mais nous ne pouvons pas toutes les retenir. Il faut tout d’abord que le propriétaire adhère la finalité qui est de loger des personnes modestes et non d’obtenir une rentabilité financière. Le logement doit être en bon état, ne pas nécessiter de réparations et de frais de chauffage trop élevés. Il doit être accessible aux personnes à mobilité réduite (rez de chaussée ou ascenseur). Il doit être implanté dans un quartier équilibré, à proximité de moyens de transport, de commerces et de services pour ne pas trop compliquer l’insertion et la recherche d’emploi. Ainsi, Habitat et Humanisme dispose de plusieurs logements situés aux Chaprais : rue de Belfort et rue Tristan Bernard par exemple.

Qui sont les demandeurs ?

Il s’agit de familles ou de personnes seules avec ou sans enfants, françaises ou étrangères (autorisées à résider en France).

Quels sont projets récents ?

Pour répondre à l’évolution des besoins, Habitat et Humanisme Doubs a lancé un projet de construction d’une résidence intergénérationnelle à Besançon 18 rue Haag, dans le quartier de Montrapon, pour accueillir des jeunes, familles mono-parentales et personnes âgées, tous à faibles ressources.

Habitat et Humanisme maison rue Haag

 

D’ici le milieu de l’année 2018, la résidence Noël Roncet, (du nom d’un membre fondateur de l’association)  offrira 17 logements  et des espaces partagés dans une dynamique de convivialité, de solidarité et d’échanges d’expérience, pour des personnes de tous âges et de situations variées. La haute performance énergétique sera visée afin de limiter les charges des locataires.

Comment agir avec Habitat et Humanisme ?

On peut devenir bénévole, faire un don, souscrire un placement solidaire, proposer un logement etc …

Habitat et humanisme bénévolesd*

Habitat & Humanisme recherche des bénévoles pour compléter son équipe d’accompagnants. Leur rôle consiste à aider la famille dans son installation et son insertion dans un nouveau quartier,  accompagner la famille à travers les gestes du quotidien et les démarches. Par exemple : aide administrative, visites de voisinage, recherche d’emploi ou orientation vers d’autres associations compétentes,  créer ou recréer du lien avec l’entourage, partager des moments de convivialité et d’échanges. et de façon ponctuelle participer aux déménagements ou au petit bricolage. L’accompagnement de proximité vise l’autonomie du locataire. Il est complémentaire et ne remplace pas le rôle des travailleurs sociaux.

Site web d’Habitat et Humanisme

Habitat et Humanisme rue Voirin

Contact 7 rue Voirin (près de la place Leclerc) tel 03 81 59 05 82

7 rue Voirin Maison de l'environnement

Ces deux engagements vont-ils dans le même sens ?

Oui, un souci de solidarité. Mais quand je chante à la chorale,  c’est un peu pour moi ; quand je suis présidente ou quand je suis à Habitat et Humanisme, je pense surtout aux autres. 

Que pensez-vous du quartier des Chaprais ?

Je le découvre. C’est un quartier qui évolue plutôt bien. Les commerçants sont assez sympathiques, ils sont prêts à rendre service. J’aime bien ce quartier.

Que pensez-vous de l’association Vivre aux Chaprais ?

J’apprécie ses initiatives pour valoriser les associations du quartier tant par le site web, le journal que par le Forum des associations. La première édition était réussie, mais la deuxième était meilleure avec davantage d’animation. Nous avons pu concrètement montrer ce que nous faisons à Chant’Espoir. Le  Foyer de la Cassotte nous accueille vraiment bien.

s