Espaces verts

Retour à la page Accueil

De trop rares espaces publics, situés à la périphérie

La promenade Micaud

micaud-parckiosque

Une exception : le parc des Chaprais grâce au don de M Millot

parcchaprais1
Les autres sont privés, donc menacés à chaque vente de terrain

espacesverts
Plan extrait d’un rapport officiel

A chaque projet immobilier, les arbres sont abattus, l’espace vert disparaît  et n’est pas remplacé ou de façon ridicule. Exemple récent rue Paul Bert.
pbertparcprojetconst1010paulbertdemoli111

Béton ou goudron partout, l’eau de pluie n’est plus retenue, les risques d’inondation augmentent

Et avec le chantier du tram de nombreux arbres ont été abattus. Parfois, d’autres ont été plantés sans faire disparaître l’impression de minérale.

fontargentvertfontargentplusvert

Exemple devant le 24 avenue Fontaine Argent

30 novembre 2011
La ville de Londres espère se débarrasser des particules fines en plantant des arbres…

Dans le quartier des Chaprais, ne pourrait-on pas d’abord cesser d’abattre les arbres ou alors les remplacer ?

Selon une étude de l’université de Southampton, en Grande-Bretagne, les arbres plantés dans la région de Londres permettraient d’éliminer entre 850 et 2.000 tonnes de particules fines (PM10) par an. Pins ou chênes verts seraient à privilégier en ville : les particules de poussière s’accrochent à leurs feuilles en raison de leur forme. «Après déposition, une partie de la poussière reste agglutinée. Une autre partie se détache à nouveau de la feuille en cas de vent assez fort ou elle est rincée et évacuée par l’eau de pluie. Dès son arrivée au sol, la particule de poussière peut être emportée par l’eau de ruissellement dans le caniveau ou se coller au sol où elle est stockée plus longtemps», explique une étude de l’interprofession française de l’horticulture.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée
Champs obligatoires*