Rendez la nous!

Pendant presque un demi siècle (1950-1999), les Chaprais furent privés d’un de ses monuments, véritable symbole pour les habitants, la statue Flore! Sacrifiée au temps du « tout automobile », véritable empêcheuse de tourner en rond autour de sa fontaine, elle fut retirée puis envoyée en exil sur un parking de Palente. Les habitants de Palente n’avaient pourtant rien demandé!

Or savez-vous qu’un autre élément du patrimoine des Chaprais, tout aussi  symbolique, plus ancien que Flore, est aussi parti à Palente?

Il s’agit de la croix en fer forgé qui coiffait l’église Saint Martin des Chaprais, dans sa première version, datant de 1825, celle de l’architecte Lapret. Certes, ce n’est pas un scoop, puisque cette information figure sur la bâche qui dissimule l’échafaudage de protection, devant l’église même.

Photo du clocher Saint Martin des Chaprais qui montre la croix actuelle qui a remplacé celle de Lapret.

Le clocher de l’église Saint Martin aujourd’hui, avec sa croix.

Et madame Eveline Toillon l’indique dans son ouvrage célèbre sur « Les rues de Besançon ». C’est d’ailleurs grâce aux renseignements complémentaires aimablement communiqués par cette historienne que nous pouvons évoquer de façon plus précise, les circonstances de ce départ à Palente, au rond point intitulé «  la Croix de Palente ».

Photo de la Croix de Palente aujourd'hui par alain Prêtre. Droits réservés.

Photo Alain Prêtre.DR.

En 1983, madame Toillon soucieuse de dater l’apparition de cette rue de « la Croix de Palente », au carrefour de la rue de Belfort et de la rue de la Corvée, entre en contact avec l’abbé BOURDIN. Cette rue a été baptisée de ce nom, en 1929, précise-t-elle. Elle cherche à connaître quelle était la croix qui était implantée là . Elle précise qu’elle figure déjà sur le plan de Besançon de 1883, sous ce nom, à l’emplacement actuel. Et elle indique, dans son livre : « Nous ne savons pas si elle marquait les confins d’une propriété ecclésiastique ou si c’était une croix de mission… ». L’abbé répond alors (en 1983),  à madame Toillon ,qu’il ne sait plus exactement quelle croix, à l’origine, a provoqué ce nom. Mais c’est bien lui, alors qu’il vient d’être affecté à la paroisse des Chaprais, qui a organisé, en 1948, ce transfert.

Pour bien comprendre les événements, il faut revenir à la première église, celle de 1825.

carte postale ancienne représentant Saint Martin des Chaprais architecte Lapret

 

Dès 1904, cette église s’avère être trop petite. Elle est alors transformée, avec entrée par la rue Baille.

Carte postale ancienne de l'église Saint Martin des Chaprais transformée en 1904

Est-ce à cette époque que la première croix est remplacée? Ou est-ce à l’occasion de la seconde transformation (on revient à l’entrée par la rue de l’Eglise), entre 1927 et 1930, sous l’autorité de Nasousky ? (voir à ce sujet le premier article publié sur ce blog, le 31 août 2013,consacré à cette église et cet architecte: dans la rubrique recherche de ce site, saisir Nasousky).

carte postale ancienne de l'église Saint Maerin des chaprais en construction entre 1927 et 1930L’église est encore en construction. On remarque au

premier plan les « pierres fabriquées » d’Alfred Nasousky

qui construit dans le même temps l’église du Havre

Toujours est-il que cette première croix est retirée puisque le clocher a été surélevé et qu’elle restera, semble-t-il, adossée à un mur du presbytère.

Au mois d’octobre 1948, une Mission est conduite à Besançon par les Dominicains de Strasbourg, les Pères Spitz, Fritsch et Barth. L’abbé Bourdin saisit alors l’occasion pour implanter, en grande cérémonie, « notre » croix de Saint Martin des Chaprais, là où elle se trouve toujours aujourd’hui.

Voici ce qu’il écrivait, à ce sujet,  dans le Bulletin paroissial des Chaprais (n° 498 – novembre 1948) :

« Parmi les manifestations extérieures, celle qui a le plus profondément ému notre quartier, ce fut certainement le triple chemin de Croix qui nous a réunis, à la Croix de Palente, où se dresse maintenant, sur un socle de pierre, la croix de l’ancien clocher de la paroisse. Per crucem ad lucem. C’est par la Croix que nous parviendrons à la lumière. Vous l’avez bien compris et c’est pourquoi si nombreux, le dimanche 24 octobre, vous avez médité la Passion du Sauveur en parcourant les rues de nos quartiers où des mains pieuses avaient élevé des stations fleuries… ».

Bien que peu visible aujourd’hui sur son rond point, cachée en partie par la verdure, cette croix est très bien là où elle est. Et l’intitulé provocateur de ce billet n’est qu’un clin d’œil amical adressé, à l’occasion de cette nouvelle année, à nos amis de Palente.

Photo Alain Prêtre (DR)

Photo Alain Prêtre (DR)

 

Plus que jamais, que vive en cette année 2017, le patrimoine des Chaprais!

Sources : madame Eveline Toillon, archives municipales. Photos Alain Prêtre. Merci à tous pour l’aide apportée.

M. Alain Prêtre nous avait communiqué la photo de Flore illuminée, afin de vous souhaiter un joyeux Noël. Et afin de vous présenter tous nos voeux pour cette nouvelle année, il nous adresse ce montage photo, illustrant une rencontre improbable, hors des Chaprais, de Flore et du divin marquis du pont Battant. Merci à lui.

photo montage de bonne anné d'Alain Prêtre