Spectacle gratuit d’ouverture au CDN les 19 & 20 septembre

Le Centre dramatique national de Besançon Franche-Comté attend un public nombreux pour son week-end d’ouverture, les 19 et 20 septembre 2015 avec un spectacle gratuit sur l’esplanade, des visites du théâtre, une mise en lumière du site en soirée… Entre autres festivités.

CDN nouveau théâtre

Ce sera l’occasion de découvrir ou redécouvrir ce très beau théâtre, ancienne salle des fêtes des thermes de Besançon, située au milieu des arbres, juste à côté du casino, en face du Parc Micaud.

Au programme
Stand 2000 : spectacle du Théâtre Group’
Spectacle gratuit sur l’esplanade du CDN entre 15 h et 19 h le samedi et entre 15 h et 19 h le dimanche

Avec leur vrai-faux stand forain, les pseudo-cousins Gomez, losers drôles et pathétiques, jettent un regard décalé sur un monde de consommation frénétique et singent avec causticité les travers de notre société.
Avec Patrice Jouffroy, Pio D’Elia, Bernard Daisey, Florence Nicolle. Guest star Fantazio
Journées du Patrimoine : Visites du théâtre et des coulisses avant et pendant Stand 2000. À 11h, 12h, 14h, 15h, 16h, 17h les samedi et dimanche par le personnel du théâtre.

À 11h le samedi, à 11h et 12h le dimanche, « visites spéciales » du Claude, spécialiste de la médiation patrimoniale façon Théâtre Group’.
Vin(gt) du mois : Marie-Pierre Chevassu-Fassenet, viticultrice à Menétru-le-Vignoble, nous fera découvrir ses vins (Chardonnay, Pinot noir, Savagnin, Château-Chalon) en compagnie du comédien Jouf’ et du chanteur et contrebassiste Fantazio.

Entrée libre au CDN dimanche 20 septembre à partir de 18 h
Tout au long du week-end, mise en lumière du CDN dans le cadre de LUX, 2015 année internationale de la lumière.

Le Bar du CDN sera ouvert tout le week-end d’ouverture à partir de 11h. L’équipe Court-Circuit vous proposera des glaces artisanales, gaufres à l’ancienne, plat du jour du Marché, assiette fraîcheur, ardoise antipasti du Chef…

Stand 2000 le spectacle du Théâtre Group’

Stand 2000 au CDN 19/9/15

La pseudo-famille Gomez installe son vrai-faux stand forain sur le parvis du CDN. Les prétendus cousins asticotent leurs spectateurs venus tenter leur malchance à la roue de la défortune, au casse-boîte, à la pêche miraculeuse, ou encore au tir sur peluches vivantes. Approchez Mesdamezémessieurs et vous repartirez avec de formidables cadeaux à la provenance douteuse et à l’inutilité incontestable, tellement incroyables que même votre belle-mère n’oserait pas vous les offrir ! Les lots sont miteux, les bonimenteurs en pattes d’eph et couleurs vives terriblement ringards, la sono crachote une musique des seventies à la pointe du kitsch : il y en a pour tous les (mauvais) goûts. Personnages de loosers drôles et pathétiques, les Gomez ont de toute évidence perdu la course à la modernité. À la traîne dans un monde de consommation frénétique, ils projettent sur lui un regard décalé et leur humour au quatrième degré (et plus si affinités) singe avec causticité les travers de notre société. Grand succès du Théâtre Group’ qui promène sa baraque rafistolée sur les routes et les places depuis près de vingt-cinq ans, Stand 2000, créé en 1991, n’en finit pas de grincer et de faire rire.

La billetterie est ouverte pour les abonnements et le prochain spectacle

le lundi de 14 h à 18 h,
du mardi au vendredi de 13 h à 18 h
les samedis de représentation à partir de 16 h

Premier spectacle de la saison : Retour à Reims

Un fils et sa mère se retrouvent autour d’une boîte de photographies après la mort du père. Il y a plus de trente ans que lui a fui sa famille d’ouvriers. L’intellectuel parisien qu’il est devenu a toujours analysé sa prise de distance essentiellement comme le moyen de vivre son homosexualité loin d’un milieu qui lui était hostile. Mais il se rend compte qu’il a eu honte de ses origines prolétaires et s’interroge sur la contradiction entre sa volonté de critique de l’ordre social et ses affects dominés par cet ordre social. Dans Retour à Reims, le sociologue et philosophe Didier Éribon se pose comme objet de sa propre étude et pense la généalogie de sa rupture avec son milieu d’origine. En poursuivant ce « voyage mental et social impossible à accomplir », il tente de comprendre tout le système d’exclusion sociale auquel il a miraculeusement échappé, mais aussi l’évolution politique d’une famille qui s’est longtemps définie comme communiste et finit par apporter ses suffrages au Front National. De même que l’essai conjugue pensée théorique et récit autobiographique, l’adaptation théâtrale de Laurent Hatat réunit émotion et réflexion. Confrontés à la parole réflexive du fils, le corps et la voix de la mère rendent sensible la tension entre la fragilité du dévoilement intime et l’impact d’une colère politique d’une singulière actualité.

Du mardi 29 septembre au samedi  10 octobre 2015