Nuisances des lignes ferroviaires : pour certains, la double peine?….

P1020531

Vivre aux Chaprais a de nouveau réuni les représentants des conseils syndicaux riverains de la ligne ferroviaire Besançon Viotte/Besançon Franche-Comté TGV, ainsi que quelques particuliers.

Un relevé des nuisances a été effectué par de nombreux résidants et une synthèse doit être faite et sera adressée aux responsables de RFF, de la SNCF ainsi qu’aux élus. La Présidente de la Région a répondu à notre courrier dans lequel nous exprimions le souhait de voir les locomotives diesel remplacées par une traction électrique :« La Région a engagé une étude visant à définir son programme de renouvellement du parc matériel à l’horizon 2015-2025 ». Il n’est pas sûr que les riverains aient la patience d’attendre 2025!…

Pour l’heure, il serait souhaitable d’obtenir une limitation de la vitesse des trains entre le tunnel de Saint-Claude et Viotte. Car les riverains se plaignent, entre autres, des bruits répétés à la jonction des rails dans la courbe. Les émanations du diesel utilisé pour la traction, jugées dangereuses par l’OMS dans le cas des véhicules automobiles, sont très importantes.

De plus, dans la nuit du 2 au 3 juillet, des trains de marchandises ont circulé à 23h30, minuit 30, 1h30! « C’était long et bruyant  » nous indique un habitant.

Enfin, pour certains riverains comme les habitants de l’immeuble Le Neptune, c’est la double peine : ils sont affectés à la fois par le bruit de la ligne nouvelle et par celui de la ligne Belfort/Viotte et ce, depuis la destruction de la petite maison du garde barrières en février 2010 : « Depuis, nous avons constaté une augmentation des nuisances et des vibrations » nous signale une résidante. Cette maison amortissait donc ces bruits. Un mur devrait être construit à cet endroit précis.

maison garde barrière

Tous ces points seront évoqués lors d’un rendez-vous qui sera demandé au député Eric Alauzet et au Vice-Président Transports de la Région, Alain Fousseret.