Portrait de Kevin Acosta, responsable des Eclaireurs laïques

Portrait de Kevin Acosta,  responsable des Eclaireurs laïques de Franche Comté

Kevin Acosta responsable des Eclaireurs laïques

Interview réalisée le 15 octobre 2015
Vous êtes responsable d’une association de scoutisme laïque depuis quand ?
L’association a été créée en mai 2014 et a commencé à fonctionner en septembre 2014 Nous entamons notre deuxième année.
Le scoutisme, c’est quoi ? Pour qui ?
Ce sont des activités pour des enfants de 7 à 17 ans, dans la nature, c’est un apprentissage de la vie en groupe, de la débrouillardise

taille de bois par un éclaireur laïque
Il existe des scouts catholiques ou protestants pourquoi du scoutisme laïque ?
On était plusieurs dont Déborah Regnault à se retrouver sur l’idée de proposer du scoutisme réellement ouvert à tous, sans référence religieuse. Il y a une demande. L’aspect religieux relève de la vie privée de chacun et n’a pas à être imposé.

éclaireurs laïques
Depuis quand cela existe -t-il ?
Ce n’est pas récent : la première association de scoutisme laïque a été fondée en France en 1911. C’est Baden Powel qui avait créé le scoutisme en 1907 en ouvrant le premier camp de scouts sur une petite île Brownsea à côté de Londres.
A défaut de religion, à quelles valeurs vous référez-vous ?
La notion de service : rendre service tant à l’intérieur du groupe qu’au delà. Les jeunes ont eu la possibilité d’agir avec la Banque alimentaire, avec les Restos du cœur, avec la Croix Rouge par exemple. La notion traditionnelle de B.A. (bonne action) est toujours présente au sens de donner de son temps.Quand je parle de débrouillardise, ce n’est pas de l’individualisme pour écraser les autres. C’est se confronter au réel.

feu de camp par éclaireurs

Par exemple découvrir que si on a pas monté son abri et qu’il pleut, on sera mouillé;  que si l’on a pas allumé son feu à temps,  on va manger froid. On fait des jeux, mais en sortant du monde virtuel des tablettes et autres jeux vidéos.
Concrètement, quelles activités proposez-vous aux jeunes ?
On distingue deux tranches d’âge les 8-11 ans (louveteaux) et les 12-16 ans (éclaireurs)

éclaireurs laïques plaquette

On se réunit tous les 15 jours ou 3 semaines, le week end.

Eclaireurs laïques

Pour les plus jeunes, c’est seulement le dimanche, pour les grands c’est tout le week end en campant dans la nature. Nous n’avons pas de local et pas d’activités en semaine sauf durant les vacances.

Eclaireurs laïques de Franche Comté

L’été dernier, on a organisé un camp de 8 jours,  pas trop loin : à Trepot sur un terrain prêté par la mairie. L’an prochain, les grands participeront à un projet international Ils iront en Pologne dans une ville jumelée avec Besançon .
Combien avez-vous d’enfants ?
A la rentrée 2015, il y a 60 enfants dont 2/3 de garçons et un tiers de filles. On a organisé un samedi d’accueil à la forêt de Chailluz qui a été un succès. Mais il reste des places. On peut encore accueillir de nouveaux venus. Contact :  groupe.vdl@gmail.com  

06 47 25 34 95 Voir le site web des éclaireurs

éclaireurs laïques
Quel est l’encadrement ?
Nous sommes 15 à encadrer ces enfants. Ce sont soit des personnes qui ont déjà le BAFA soit des jeunes qu’on aide à obtenir le BAFA.

Déborah Régnault Eclaireuse laïque

Déborah Régnault Eclaireuse laïque

Parmi ces encadrants, Déborah Regnault bénéficie d’un contrat de service civique lui permettant d’effectuer son travail d’encadrement 24 heures par semaine avec une indemnité de 573 €

Quel est votre parcours personnel ?
Je suis né à Toulouse, mais depuis l’âge de 8 ans je suis bisontin, mes parents ayant du déménager à Besançon. J’ai fait des études d’histoire à la fac de lettres de Besançon. Je m’occupe des Eclaireurs à titre bénévole. Professionnellement, je travaille à Paris dans la police judiciaire.
D’où vous est venue cette vocation ?
J’ai fait du scoutisme dans ma jeunesse, d’abord aux Scouts de France (catholique) puis chez les éclaireurs unionistes. Mais je ne trouvais pas ces mouvements assez ouverts à tous dans la pratique.

kevinacosta-1015
Puis, j’ai été animateur et directeur du centre de loisir de Palente. Je conçois mon métier et mes activités avec les Eclaireurs comme deux façons de se mettre au service des autres.
Que pensez-vous du quartier ?
On a toujours habité dans le quartier. On y est venu un peu par hasard. On s’y et plu, on y est resté. C’est un quartier vivant avec des associations, des commerces. Il n’est pas excentré. On va très vite au centre ville ou dans la forêt de Chailluz par exemple. Mes frères et moi, enfants on a participé aux activités de l’ASEP.

ASEP

On a rencontré les animatrices du Café des Pratiques. J’habite juste à côté du Foyer des Oiseaux.

50 rue des Cras

Pour les commerces, on va à la boulangerie à côté et pour d’autres achats comme la boucherie, on va rue de Belfort. Les commerces de proximité sont un peu limités en haut de la rue des Cras.

A proximité  : voir la page consacrée à la rue des Cras

le portrait du directeur du Foyer des Oiseaux

Le portrait du directeur de l’ASEP

le portrait de Jean Pierre Rouillon

Categories: Portraits