Portrait d’un chercheur artiste photographe

Interview de Rémi Léandre un chapraisien, chercheur et photographe de l’aléatoire

Rémi Léandre
Vous souhaitez présenter vos réalisations aux Rencontres avec les artistes des Chaprais, pourquoi ?

Rémi Léandre à la Fée Verte

Je devais exposer à Belfort une série de photos prises à Macao, mais avec la crise sanitaire, ce fut annulé.

Macao par Rémi Léandre

Or j’habite aux Chaprais depuis un an et mon voisin, Guy Georges Lesart m’a proposé de participer à cet événement.

Depuis quand vous passionnez-vous pour la photographie ?

J’ai appris à photographier, étant jeune. C’était évidemment de l’argentique en noir et blanc. Et je pouvais développer moi-même mes négatifs. J’ai un peu délaissé cette activité pour mon activité professionnelle en mathématique. Depuis 2012, je me consacre davantage à cette pratique avec des appareils numériques.

Quel lien faites vous entre mathématiques et photographie ? 

Ce sont deux choses différentes mais on peut dire que je compose des photos comme des maths

Comment procédez-vous ? 

J’utilise maintenant un appareil Réflex Sony numérique. Mais ce n’est pas le travail informatique qui m’intéresse. Même s’il m’arrive de faire quelques retouches d’image, pour moi, l’essentiel, c’est la prise de vue.

Avez-vous un artiste de référence qui vous inspire ? 

Oui, Cartier-Bresson, l’instant décisif. Voir un dossier sur Henri Cartier Bresson

Quel genre de photographie privilégiez-vous ? Quels sont vos thèmes de prédilection ? 

Je pratique surtout le reportage et un peu les paysages.

Quelles sont vos publications récentes ? 

La Bourgogne de Rémi couverture

 

Quand j’habitais à Dijon, j’ai réalisé un ouvrage de photographies sur la Bourgogne

La Bourgogne de Rémi : rallye moulin à vent

 

J’ai donc préparé cette exposition sur Macao où j’ai été pour des raisons professionnelles

J’ai photographie les jardiniers d’Arc et Senans et fait un reportage sur une course aux Salines

Course aux Salines d'Arc et Senans

Plus récemment, j’ai fait un petit reportage sur une soirée Halloween dans un café des Chaprais le e-bar de l’avenue Fontaine Argent

Hallowen e-bar Rémi Léandre

Chat Halloween Rémi Léandre

Quel a été votre parcours professionnel ? 

J’ai fais des études de mathématiques principalement à Paris. Je suis spécialisé dans les probabilités. J’ai commencé ma carrière à Besançon. J’ai enseigné durant 4 ans puis je me suis orienté vers la recherche au CNRS. J’ai travaillé à Strasbourg, à Nancy et à Dijon. J’ai aussi été 2 ans en Allemagne, en Tunisie etc … C’est important de bouger, de voir d’autres gens, d’autres points de vue.

Voir la page de l’Université consacrée à Rémi Léandre

Quels sont les mathématiciens français qui vous ont particulièrement marqué dans cette spécialité ?

Paul Malliavin, fondateur du Calcul de Malliavin et avec d’autres de la géométrie différentielle stochastique et Jean Michel Bismut spécialiste des probabilités et de la mécanique aléatoire. 

Etes-vous franc-comtois ?

Oui je suis originaire de Belfort. Mais j’ai quitté la Franche Comté durant 30 ans. J’y suis revenu récemment en m’installant à Besançon dans le quartier des Chaprais depuis un an. J’avais un peu de mal à m’habituer à la mentalité dijonnaise. J’ai l’impression que les bisontins sont en général plus modestes.

Quel est votre avis sur le quartier des Chaprais ? 

Pour l’instant, j’ai un avis plutôt positif. Mais je ne connais pas encore complètement le quartier. Je fréquente surtout l’avenue Fontaine Argent.
En dehors de la photographie et des maths avez-vous d’autres activités, d’autres passions ?

J’aime bien randonner (avec Raid 25) et je pratique le Qi Gong