Georgette artiste peintre libre

Georgette, vous allez participer à la Rencontre avec les artistes des Chaprais, à quel titre ?

Je suis une artiste peintre autodidacte qui habite le quartier des Chaprais.

Georgette profil

Vous êtes autodidacte, mais vous avez une inspiration, comment caractériser votre style de peinture ?

La figuration libre que j’ai découvert à Sète dans les années 1980 : Robert Combas, Rémi Blanchard et bien d’autres. Ce fut un véritable déclic. Ma peinture est faite de liberté, d’énergie, les couleurs s’entrechoquent sans complexe. Elle dégage une énergie que je puise à travers les rencontres, la musique, les concerts, les fêtes.. Une liberté d’évoquer la société par différents thèmes. Un regard positif, dynamique, coloré qui laisse entrevoir la vie comme un rêve permanent. En contraste avec la grisaille de la vie actuelle, les couleurs de mes tableaux attirent, interpellent les gens et leur font du bien. Les couleurs reflètent les émotions.

Pourtant vous donnez un peu l’impression par votre image d’une « bad girl » punk ?

Ce qui est faux quand ma démarche est comprise en lien avec ma personnalité. J’ai évolué. Au départ ce que je faisais, ça faisait peur.

L'angoisse Georgette

L’angoisse

Je sortais d’un choc émotionnel, et pour moi comme pour beaucoup d’artistes, l’expression artistique fonctionne comme une thérapie. Maintenant, je suis contente quand les gens me disent que simplement en regardant mes peintures, ils se sentent mieux, ils sont joyeux. C’est donc aussi une thérapie pour les autres.

Quels sont vos rapports avec la musique ?

La musique est très présente dans ma vie. Je passe beaucoup de temps dans les concerts et ça m’inspire pour ma peinture. J’aime beaucoup de choses. La musique rock, punk, mais le métal c’est pas mon truc. Ce que je préfère c’est le garage rock. Je suis fan d‘Alan Vegan. J’aime bien aussi la chanson française. J’étais fan d’Anna Karina (qui vient de mourir), autant comme actrice dans les films de Godard que comme chanteuse. J’adore aussi la salsa. Etc …

Georgette couloir

Pourquoi avoir choisi le pseudonyme de Georgette ?

Il se trouve qu’une autre artiste a le même nom et prénom que moi. La confusion était désagréable.

A l’époque pour désigner un gars on l’appelait Gérard et une fille Georgette. Ce prénom m’a plu parce qu’il est rigolo, décalé, kitch.

Comment procédez-vous pour peindre ? En utilisant quels moyens ?

Je peins avec de l’acrylique et j’utilise différents matériaux pour les collages. En général, je fais une esquisse au crayon avant de peindre. Mais je ne respecte pas toujours l’idée initiale. L’inspiration me guide.  La majorité de mes peintures montre les personnages sous forme de portraits en pied ou rapprochés.

Georgette les folles

Georgette et Les folles

Je peux travailler sur commande. Je peux aussi animer un travail collectif par exemple pour réaliser une grande fresque.

Quel a été votre parcours professionnel ?

Avant de trouver ma voie, j’ai essayé différents CAP mais rien ne m’intéressait. En parallèle avec la peinture, j’ai un diplôme d’animation. Et des animations, j’en ai fait beaucoup : des animations avec l’ADAPEI auprès d’enfants autistes ou trisomiques, j’ai réalisé des fresques pour “Alternative Chantiers” dans le cadre de l’insertion de personnes adultes en difficulté..

Georgette Lascale

Je fais encore des animations dans des écoles maternelles, j’ai travaillé pour le CCAS, rue Champrond, et aussi aux Bains Douches, avec une réalisation collective pour le service de pédiatrie de l’hôpital. J’ai même travaillé deux ans dans une galerie à Paris dans le Marais où j’avais un public gay cultivé et aisé.

J’ai fait beaucoup d’expositions. j’ai commencé dans un bar anarchiste de Battant. J’aime bien exposer dans des lieux « qui bougent ».  Le Cylindre, le Moulin de Brainans, les Passagers du Zinc … Je n’aime pas trop l’ambiance des galeries, mais j’ai participé à toutes les Biennales d’art plastique de Franche Comté.

Georgette à la Biennale 19

Et j’ai même été présentée dans “l’encyclopédie des arts en Franche-Comté” éditée en décembre 2004.

Georgette Mademoiselle Tournesol

Mademoiselle Tournesol

arts en Franche Comté

Quels sont vos rapports avec le quartier des Chaprais ?

J’ai vécu pas mal de temps à Battant. Puis j’ai habité en bas de l’avenue Carnot dans un grand espace, mais sans confort. On avait accès à la petite tour.

15 avenue Carnot Jadis

Le propriétaire est décédé et il nous a fallu quitter ce logement. Je vis depuis une dizaine d’années rue des Villas dans un appartement moderne, et coloré comme ma peinture. J’aime bien le quartier de Chaprais. C’est un quartier relativement calme. Il y a plein de commerces et services, c’est très pratique. J’adore l’ambiance du Troc des Chaprais. Je connais plusieurs artistes dans le quartier en particulier Sylvain Prégaldiny. Je vais les retrouver avec plaisir aux Rencontres avec les artistes des Chaprais les 14 & 15 mars au FJT de la Cassotte.

Rencontres artistes visuel 19

Comment contacter Georgette ?

Voir son site Web 

georgette@georgette-web.com
tél : 0629125772
20 rue des villas
25000 Besançon