Projet de cité administrative à la gare Viotte, quoi de neuf  ?

Le projet de pôle tertiaire de Viotte date de 2008.

Réunion d'information sur la gare en octobre 2009

Ce mercredi 13 juillet 2016, « le maire de Besançon Jean-Louis Fousseret et le préfet de région Raphaël Bartolt se sont réunis en présence de nombreux acteurs impliqués dans ce projet, afin de signer l’avenant au protocole avec l’Etat et de présenter la lauréate retenue suite au concours d’architecture  »

Inauguration du passage sous la gare Viotte septembre 2013

 Après l’inauguration du PEM (pôle d’échanges multimodal) en octobre 2014, la Ville de Besançon veut « redonner vie aux espaces ferroviaires qui bordent la gare ». Cet aménagement constitue « un enjeu majeur dans le nouvel équilibre régional entre Dijon et Besançon » affirme Jean-Louis Fousseret.
C’est la société publique locale Territoire 25 à qui a été  confiée en février 2015 ce vaste chantier. Sa mission est d’aménager les terrains cédés par la SNCF pour les rendre constructibles pour un programme mixte tertiaire, logements et services. « La mixité des fonctions et les bâtiments mutables font partie du développement durable.

projet de quartier Viotte

Le programme immobilier développé par la SEDD représente une surface de 20.500 m2 (3.100 m2 pour environ 50 logements, 1.300 m2 de locaux commerciaux (dontun restaurant) et 16.100 m2 de locaux tertiaires). 15.750 m ² seront loués aux services de l’Etat et de l’ARS (Agence régionale de santé). Au total, ce seront 810 emplois de fonctionnaires devraient être réunis dans ces locaux.

Les travaux débuteront en septembre 2017. Le coût de ceux-ci avoisineront les 23,7 millions d’euros. La date d’entrée dans les locaux est prévue pour le 1er octobre 2019.

L’objectif de cet aménagement est « de positionner Besançon en tant que capitale économique dans le cadre de la réforme des territoires et de renforcer et valoriser le quartier Viotte » explique Jean-Louis Fousseret. Viotte est considéré comme une zone privilégiée que la ville souhaite « remodeler » car elle représente un quartier « très attractif », regroupant en son sein de nombreux moyens de transports. Le préfet de région affirme que ce projet est une réelle opportunité puisqu’il garantira « une meilleure coordination, des échanges plus simples ainsi que des économies en terme de transports et de loyers : c’est optimal sur le plan fonctionnel ».

Brigitte Metra architecte

L’architecte retenue, est Brigitte Métra. Son projet a réussi à se démarquer des 79 autres envoyés à la mairie de Besançon. Installée à Paris, mais originaire de Besançon, elle se dit « ancrée et enracinée dans cette ville ». L’architecte est consciente que « le défi n’est pas simple » mais elle affirme que Besançon « est une ville vivante et innovante » à laquelle elle souhaite « faire hommage ». « Mon architecture montre la vie. Nous souhaitons mettre en avant la région et son savoir-faire avec des ingrédients propres au territoire comme les toitures, les pierres beiges et bleues… De plus, on a une vue sur toute la ville depuis la gare alors le dialogue entre les bâtiments, la Citadelle, le Doubs et le centre est un élément fondateur du projet. »

 cité administrative Viotte
Nouveauté : La maquette révèle deux tours qui devraient constituer « un signal » comme le veut Jean Louis Fousseret

« C’est un ample projet d’urbanisme s’inscrivant comme un vrai enjeu dans l’équilibre régional en reconstruction entre Besançon et Dijon. »

« Cette opération est très intéressante car elle regroupe les services de l’État dispersés, permet des économies de loyers, de transports, de trajets et des échanges de travail sur place entre services. Il y a là stabilité, performance et rationalisation », indique le préfet du Doubs, Raphaël Bartolt. Ce dernier et le maire ont donc signé hier un avenant au protocole avec l’État. Les 810 fonctionnaires regroupés sur le site se partageront ainsi : Direction départementale Cohésion sociale, 84 ; Direction départementale Territoires, 175 ; Direction régionale Jeunesse et Sports, 35 ; DREAL, 227 ; DRAAF, 92 ; ARS, 190 ; services tunnels, 7.

« Il y aura un parking et un restaurant interadministratif pouvant servir 360 repas par jour en deux services. J’ai fait supprimer les clauses additionnelles du contrat stipulant que l’État pouvait au bout de trois, six ou neuf ans, réfléchir à nouveau sur l’avenir des services. Cela donne une idée de la stabilité du projet de l’État », précise le préfet.

Voir un précédent article (2 juin 2015)

réunion du 15 septembre 2015 sur le projet de quartier Viotte

et la réunion sur le projet Viotte (septembre 2015)

Les rues de la Viotte et Jeannneney en projet

Une précédente maquette des bâtiments prévus le long de la rue Viotte

maquette du projet de pôle Viotte

Et celle montrant la réutilisation du hangar du SERNAM

Depuis cette date une troisième réunion publique a présenté le projet de pôle administratif Viotte