Piéton, éternel oublié aux Chaprais ?

BVV consacre l’édito du maire « au printemps de la mobilité » et un dossier central de 4 pages aux « déplacements et stationnement » dans le quel  Madame Zehaf adjointe au Maire expose 3 points de sa politique.

Mme Zehaf dans BVV mai 2015

On notera d’abord la confirmation du choix de la ville de « réguler » le stationnement en faisant payer les automobilistes et ensuite l’info déjà relayée du déplacement de stations de Vélo Cité vers le quartier des Chaprais.

BVV mai 15 parking gratuit au CV

Sur le stationnement, on retiendra la discrimination réaffirmée entre le centre ville où les usagers des commerces et services ont droit à 59 minutes de stationnement gratuites et le quartier des Chaprais où les clients des commerces doivent payer dès la première minute pour assurer la rotation des places de stationnement.
Donc rien de nouveau à ce sujet.
Un autre aspect de la mobilité et des déplacements pourrait être envisagé : c’est la place des piétons et de la marche à pied, un mode de déplacement actif (plutôt que doux). Ce mode de déplacement est celui qui est le plus utilisé dans notre quartier. Or on cherche vainement dans les 5 pages de BVV des projets pour faciliter et protéger les piétons. Une seule phrase évoque le sujet : » la situation est très peu dégradée en 2014, voire améliorée sur certains secteurs. Le développement de la marche à pied, la pratique du vélo ….expliquent sans doute cette situation. »

Parmi les demandes effectuées aux candidats lors des municipales, l’association Vivre aux Chaprais demandait la nomination d’un « Monsieur Piéton » ou d’une « Madame piétonne ».

En effet, on a souvent l’impression que nos interlocuteurs ne connaissent pas les difficultés rencontrées par les piétons faute d’avoir l’expérience, le vécu du piéton.  Se déplacer en tram ou en vélo (de préférence électrique) c’est à la mode, « c’est doux ». On en parle ! Se préoccuper de la marche à pied pour les déplacements dans le quartier, ce serait trop banal ?

ou alors c’est pour exprimer un apparent bon sens : « l’espace doit être partagé ». Un camion, un bus, une voiture, un deux roues prennent la place et les piétons doivent s’adapter : attendre, raser les murs, être prudent etc …

Rappelons vite la période des travaux du tram, durant laquelle les piétons ont beaucoup souffert et durant laquelle des déplacements ont été effectués sur le terrain par les responsables de l’association et les représentants du chantier du tram. Malgré le contexte difficile, de nombreuses améliorations ont pu être apportées pour sécuriser les itinéraires piétons. Voir un article parmi d’autres A l’époque, il y avait un interlocuteur sensibilisé. Et depuis ?

travaux rue des Chaprais 17 mars 2015

Les chantiers sont effectués sur la voie publique, des tranchées sont creusées sur les trottoirs, les piétons sont incités à « passer en face ». Passons ! Mais une fois les travaux terminés, au mieux un rapiéçage est effectué sur le trottoir, au pire, pas de goudron, le trottoir est abandonné en gravier (qui s’agrémente progressivement d’excréments)

Un exemple, celui de la  rue des Chaprais où l’on a changé les lampadaires. Les piétons attendent toujours la réfection du trottoir !

Camions obstruant le passage Rambaud en janvier 2012

A quelques pas delà, il a fallu réclamer durant des mois la réfection du passage Rambaud accaparé par le chantier Promogim.Cela fait des mois que l'on réclame que soit tracé ce passage piétons

Au dessus du pont de la rue des Jardins, il a fallu réclamer aussi durant des mois la réfection du passage piéton. Maintenant,  c’est chose faite.

 

Autre exemple récent, rue de la Rotonde, une des rues du quartier qui n’ont qu’un seul trottoir.

Trottoir en chantier rue de la Rotonde avril 15

Un chantier de rénovation (bien utile) d’une maison occupe le trottoir par un échafaudage et le détruit un peu plus loin pour relier à un réseau.

Où les piétons peuvent-ils passer ? pas d’autres solution que de marcher au milieu de la rue !

5 mai 2015 réfection du trottoir rue de la Rotonde

Heureusement dans ce cas, le trottoir vient d’être regoudronné rapidement (le 5 mai 2015).

De façon générale, si les trottoirs sont en mauvais état, c’est rarement de la faute des piétons, mais le plus souvent le résultat de tranchées successives mal rebouchées.  Que fait la ville par rapport à cet état de fait ??

Une autre question préoccupe les piétons : l’emplacement des passages protégés pour traverser les rues.

Au lieu d’être placés naturellement selon le trajet le plus direct, certains imposent aux piétons un large détour avec franchissement d’obstacles tels que peu de personnes les empruntent.

Où traverser la rue de Belfort de Rambaud à Chasnot ?

C’était déjà le cas au débouché du passage Rambaud pour traverser la rue de Belfort vers la rue du Chasnot.

passage de piétons en dehors des clous

C’est maintenant aussi le cas, pour traverser également la rue de Belfort, entre la rue Suard et le Supermarché Casino suite à limplantation à cet endroit d’une nouvelle station de Vélo Cité

Il y a le cas spécifique des proximités d’école sur lequel Vivre aux Chaprais est intervenu de nombreuses fois.

Ensuite, il y a l’encombrement des trottoirs par différents objets qui font obstacle à leur utilisation sécurisée par les piétons : véhicules, blocs de béton, poteaux, « monstres » non portés à la déchetterie, matériel publicitaire,  etc …  Voir l’ article Sur les trottoirs, on trouve tout !

 

Et bien sûr les excréments de chiens qui occupent parfois toute la largeur et une grande longueur de trottoirs étroits

Bref, d’une municipalité soucieuse de ses concitoyens qui pour la plupart se déplacent à pied, on attendrait un peu plus de considération pour les piétons et pour commencer la nomination d’un interlocuteur spécifique.

Une étude universitaire fort intéressante  (Morphologie urbaine et mobilité en marche à pied) a été réalisée à Besançon (et à Lille) elle conclut :

Ainsi, pour que la marche (re)devienne un véritable mode de déplacement en ville et non une simple activité de loisir, il paraît certes important d’assurer l’agrément et la sécurité des cheminements piétonniers, mais surtout de se soucier de leur efficacité, en assurant par exemple une plus grande perméabilité piétonnière des structures urbaines.

trajets piétons

Lire le compte rendu de l’étude locale de deux chercheurs  (M Flitti et A Piombini) Identification des configurations spatiales déterminant les caractères locaux des déplacements piétonniers