Françoise Jeannier, habitante des Cras

Françoise Jeannier

Françoise Jeannier

élue au bureau du conseil consultatif du quartier Chaprais Cras
interview n° 21 réalisée le 29 avril 2009 republiée en 2014
Vous avez été tirée au sort pour faire partie du CCH puis élue au bureau, le hasard a-t-il bien fait les choses ?
Oui, d’une certaine façon, car j’ai envie de faire quelque chose pour le quartier, Ce n’est pas ma première expérience de responsabilité associative et depuis une quinzaine d’années, je vais au bureau de vote lors des élections.
Depuis quand habitez-vous le quartier ?
Cela fait 18 ans que j’habite aux Cras. Auparavant, je n’habitais pas loin, aux Orchamps. Mais je suis originaire du Haut-Doubs, du Saugeais.
Quelle est votre activité professionnelle ?
Je suis aide soignante à domicile dans le cadre d’une structure (l’ASSAD qui s’appelait auparavant l’AMAD) qui emploie 600 personnes dont 400 sur le terrain depuis sa fusion avec celle de Pontarlier. Auparavant j’ai travaillé comme aide soignante dans des maisons de retraite (rue de Belfort, à Thise et à Belvaux) mais sous contrat à durée limitée.
Vous avez des responsabilités dans le cadre de votre établissement ?
Oui, je suis délégué du personnel, membre du CE, du CA et de la Commission d’hygiène et de sécurité (CHSCT). Mon souci est de défendre le personnel.
En dehors du travail, faites-vous partie d’autres associations ?
Oui, je fais partie de l’Aiglon et des 3 AS.   NDLR Françoise Jeannier est devenue Présidente de l’Association des Amis  et Anciens de l’Aiglon

L'aiglon sport fête ses 100 ans

En 2009, l’Aiglon Sport fête ses 100 ans rue du Pater

Pourquoi cet engagement ?

Pour l’Aiglon, cela date d’il y a une vingtaine d’années lorsque mes filles ont fait de la gym, il fallait les accompagner, faire un peu de couture pour les habiller, etc… Maintenant, je prévois de partir en retraite d’ici quelque temps et je ne m’imagine pas rester enfermée devant la télé à ne rien faire, j’ai besoin de bouger.
Qu’est-ce qui vous plait dans le quartier ?
Le quartier des Chaprais est très vivant avec tous ses commerces. Je connais bien les commerçants comme Cuenot, Martin et Muller, la Présidente des commerçants qui se démènent pour animer le quartier avec le Troc des Chaprais et la course cycliste, par exemple. Cela donne envie d’y aller.

course cycliste mai 2009
Voyez vous une unité entre les Cras et les Chaprais ?
Non j’ai l’impression d’une séparation, les Chaprais sont animés, on a envie de sortir dans les rues, alors que dans notre quartier des Cras, c’est très calme. Il y a les Kebab qui amènent de « l’animation » avec beaucoup de voitures de jeunes au carrefour. Les gens, surtout les personnes âgées n’ont pas envie de sortir de chez eux.
Que pensez-vous de la délimitation des quartiers effectuée par la mairie ?
C’est trop grand et disparate, les gens des nouveaux immeubles de la Mouillère, ou même du boulevard Diderot ne se sentent guère concernés, ne parlons pas de ceux qui habitent de l’autre côté du boulevard, à la Grange Marguet !
Qu’allez-vous proposer pour améliorer la vie du quartier ?
Beaucoup de personnes, surtout âgées, se replient, ne voient plus personne, il faudrait développer des liens, leur donner la possibilité de sortir de chez elles. Il faudrait commencer par des initiatives comme la fête des voisins. On fait cela au pied de nos immeubles, mais il y a bien des immeubles comme « la banane » où rien ne se passe.

cras-banane

Ce serait bien de pouvoir utiliser un lieu comme le Parc de la Famille qui est à deux pas. Le soir quand il fait beau, on aime bien se promener dans le parc. Il ne faudrait pas qu’il devienne un lieu de délinquance. Je ne pense pas qu’aux jeunes en scooter mais surtout à certains possesseurs de chiens qui les laissent crotter sans rien ramasser, comme c’est souvent le cas en particulier au parc des Chaprais. Je sais que les Craspouilles ont pris des initiatives en ce sens, par exemple un vide grenier, je me suis proposée pour y participer. Il manque des lieux de rencontres tant aux Chaprais qu’aux Cras. La Maison de la famille loue des salles par exemple pour les réunions de copropriété ou des expositions. Il y a beaucoup de monde qui travaille dans cette maison mais sans habiter le quartier, on n’est pas très motivé.

Y a-t-il d’autres faits qui vous préoccupent ?
Oui, les constructions qui se font n’importe comment dans le moindre petit espace. C’est le cas aux Chaprais mais aussi aux Cras.
Derrière chez moi, on a abattu les cerisiers du petit verger pour pouvoir construire un immeuble à la place de cet espace vert. Pour le moment, c’est en friches.

terrain entre la rue des Cras et la Famille en 2009
Après deux réunions du CCH, avez-vous l’impression que c’est bien parti ?
Notre nouvelle Présidente, Madame Maire paraît très motivée, elle n’a pas l’expérience, mais cela s’apprend. J’espère qu’on pourra bouger un peu les choses et que l’élue (Madame Crabbé) nous soutiendra.

Voir un autre portrait d’un habitant des Cras élu au CCH : Jean Pierre Rouillon

Voir la page consacrée à la rue des Cras et la page consacrée à la rue de Belfort et ses commerces

Categories: Portraits