Quand les Chaprais pétitionnaient…en 1882

Le quotidien local La Démocratie Franc-Comtoise publie le 26 mai 1882 le texte suivant.

La démocratie Franc Comtoise  26/5/1882

 

On nous communique la pétition suivante :

Les propriétaires et habitants de la rue de la Cassotte et de celles qui aboutissant,

à Monsieur le maire, et à Messieurs les membres du conseil municipal de la ville de Besançon.

Messieurs,

Au moment où l’avenue Denfert-Rochereau était projetée, il fut question et même décidé, croyons-nous, de concert avec l’administration militaire, de la faire aboutir en face et dans le prolongement de la rue de la Cassotte ; celle-ci devait recevoir un élargissement suffisant.

Ce projet a été modifié ; nous le regrettons vivement ; car, tel qu’il vient d’être arrêté le tracé de l’ avenue obligera à faire un détour pour communiquer avec la partie nord de la ville.

Toutefois, en présence de la décision prise, nous demandons l’établissement d’un embranchement passant entre les propriétés Brunet, Magnin et l’hôtel de l’Est ; ce qui serait facile et peu coûteux : nous apprenons, en effet, que les propriétaires du sol sur lequel cet embranchement serait établi, ont offert gratuitement à la ville leur terrain et, en outre, une certaine somme.

On nous dit que cette offre avantageuse aurait été rejetée, nous venons vous prier de vouloir bien examiner de nouveau cette question qui est d’un intérêt majeur pour l’avenir d’un quartier dont la population augmente tous les jours : la rue de la Cassotte étant élargie prendrait une importance considérable si elle avait issue par embranchement réclamé.

Aussi, Messieurs, confiant dans votre sollicitude pour les intérêts des quartiers annexés qui partagent des charges de la ville, nous espérons qu’après avoir arrêté le tracé de l’avenue Denfert-Rochereau, vous voudrez bien également accorder cet embranchement qui serait favorable au quartier et qui l’ embellirait.

 Recevez, Messieurs, l’expression de notre gratitude anticipée.

À cette pétition est jointe la note suivante :

Le conseil municipal persistera-t-il encore à refuser terrain et argent que lui offrent deux propriétaires généreux pour un chemin qui ferait aboutir cette rue à l’avenue Denfert-Rochereau et donnerait ainsi satisfaction aux signataires de ladite pétition.

décret 1878 Denfert Rochereau

Le décret présidentiel de 1878 accordant l’autorisation de baptiser la nouvelle avenue

Curieusement cette pétition ne semble pas avoir été examinée lors des conseils municipaux qui suivirent. Il est bien question d’une offre de Mrs Magnin Frères mais qui concerne une partie du terrain dont ils sont propriétaires et pour lesquels ils ont été expropriés.

Avenue Denfert Rochereau en 1905

L’avenue Denfert Rochereau en 1905

Les Chaprais pétitionnaient beaucoup en cette fin du XIX° siècle. Ainsi, l’année précédente, le 10 août 1881, un comité provisoire des Chaprais adressait an conseil municipal cette mise en demeure

Comité des Chaprais en 1881

La réponse du conseil est nette : il n’y a pas lieu de s’arrêter à ces demandes qui ne sont ni fondées, ni sérieuses, déclare-t-il…..

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée
Champs obligatoires*