Les associations face à la crise (7) : Le Foyer de la Cassotte et l’ASEP

Notre quartier est riche d’associations. Que deviennent-elles avec la crise actuelle ? Nous poursuivons notre tour des associations du quartier des Chaprais, après La Tour Prends garde !, l’association Valentin Haüy, Le Petit Lutin, L’Aiglon Sport, l’association Yin Yang, la Chapraisienne, Les Invités au Festin, l’association Commerce et Artisanat des Chaprais,  le Café des pratiques et l’Habitat Jeunes Les Oiseaux voici la situation de deux grosses structures du quartier

Comment le Foyer de la Cassotte et l’ASEP font-il face à la crise actuelle ?

 FJT La Cassotte directrice

 Interview de Madame Hummel directrice du Foyer de la Cassotte

Comment va la santé dans votre établissement ?

Toute l’équipe a échappé au virus, la seule qui ait été touchée, c’est moi la directrice, ça va mieux mais je ressens encore des séquelles. Les jeunes n’ont pas été atteints.

Comment s’est passé cette période de confinement ? 

Beaucoup de jeunes sont partis, il n’en est resté qu’une cinquantaine. Nous sommes restés ouverts par obligation médico-sociale pour l’accueil des jeunes. En revanche depuis le 16 mars, le self  n’a pas rouvert aux personnes extérieures. Tous les événements dont la Rencontre avec les artistes des Chaprais prévue les 14 et 15 mars ont été annulés. Nous n’avons plus loué de salles.

Comment avez-vous pu faire face ? 

ça n’a pas été facile, nous avons fonctionné dans les faits avec une petite équipe de 9 personnes sur les 24. Il y avait des obligations de garde d’enfants et nous avons dû recourir au chômage partiel. La situation financière n’est pas brillante.

FJT La Cassotte mai 2020

Comment envisagez-vous la reprise ?

Les jeunes reviennent petit à petit. Mais il y a des contrats temporaires remis en cause. Ce n’est pas facile pour tous. Pour la restauration, je ne peux pas vous dire quand Monsieur Macron va autoriser la restauration collective en salle. On attend les directives. En revanche pour la location de salles, on va reprendre dans des conditions strictes : pas plus de 10 personnes, respect des gestes barrière et des distances sous la responsabilité des organisateurs.

Personnellement, qu’est-ce qui vous a le plus manqué dans cette période ?

Ce qui m’a le plus manqué,  c’est du repos. J’ai été occupée tout le temps.  J’ai dû assurer davantage de temps de travail que d’habitude. Pour les jeunes qui sont restés, ça n’a pas été toujours facile. Il faut dire que ceux qui sont restés sont en général ceux qui ne pouvaient pas aller ailleurs. Au début, ils se sont un peu crus en vacances, il a fallu recadrer un peu les choses. Et ça s’est bien passé.

Avez-vous retenu des aspects positifs dans cette crise ?

Je crois fermement que dans toute crise, il y a des aspects positifs qui ressortent. Au niveau de l’équipe resserrée, on a dû sortir de notre carcan. Le petit groupe a changé. J’ai ressenti une belle dynamique. Et nous avons mis en oeuvre des projets nouveaux.

Pouvez-nous dévoiler ces projets ? 

C’est la surprise. Il y a plein de petites choses qu’on verra au fur et à mesure. Ce que je peux dire, c’est que les jeunes ont entrepris un projet de jardinage sur le terrain en commençant par du désherbage puis des plantations pour faire un potager. C’est très sympa ! En revanche, les travaux prévus par des entreprises extérieures ont été repoussés. On ne trouvait même pas la peinture qui nous aurait été utile.

Et pour conclure ? 

Il faut relativiser. Je pense aux morts par la tuberculose dans le monde : chaque année  plus d’1,5 millions. J’insiste sur le fait que dans toute crise, il y a des aspects positifs. Je reste optimiste.

Interview réalisée par téléphone C.R. le 14 mai 2020

FJT La Cassotte en face rue Becquet

 

Le FJT La Cassotte, un tremplin vers l’autonomie est situé
18 rue de la Cassotte Tel 03 81 51 98 60

ASEP 22 rue Résal avril 20

Interview  de Madame Anna Grapsa, directrice de l’ASEP

ASEP équipe avril 19

Madame Grapsa et l’équipe de l’ASEP en 2019

Bonjour, comment allez-vous et comment va l’équipe de salariés ?

• Bien, même si la situation demeure remplie d’incertitude. Nous attendons d’ailleurs les consignes nationales annoncées pour la mi-mai. Pendant le confinement et depuis son « arrêt », l’équipe de permanents a poursuivi sa tâche en télétravail.
Quelles sont les perspectives pour les jours et mois à venir ?

• Les locaux sont ouverts au public depuis ce matin (11 mai) dans une configuration conforme aux directives de prévention.
Pour les activités collectives qui constituent la base de notre fonctionnement, pas de reprise avant septembre. Par contre, les cours d’instruments de musique, individuels, peuvent reprendre maintenant. Pour les enfants, toujours dans l’incertitude de concrétiser les Centres de Loisirs pour l’été, même si certains projets à l’intention des jeunes ont été annulés.

logo ASEP

Que diriez-vous à vos adhérents au moment de cette reprise ?
Rester optimiste malgré la situation. A ce propos, d’ailleurs, l’ASEP s’engage à rembourser les frais d’inscription des différentes activités interrompues depuis début mars.

A propos d’un article paru dans l’Est Républicain évoquant un « groupe Histoire de l’ASEP », pouvez-vous nous en dire un peu plus ?
C’est un groupe d’habitants issus du Comité de quartier…
Le CCH ?
Oui, ils l’ont quitté, et sachant que l’ASEP est très attaché à soutenir les initiatives des habitants, l’accueil s’est fait tout naturellement, les locaux s’y prêtant. C’est tout récent, la démarche date de 2 à 3 mois.
Nous pourrions, de ce fait, reprendre nos discussions sur le projet que notre Association vous avait présenté à propos de l’informatique ?
• Bien sûr, nous pouvons le poursuivre, sachant que les locaux de l’ ASEP, comme je vous l’ai dit, sont configurés pour ce type de réunion.
Alors, merci, Madame, et à bientôt.

Interview réalisé par Jean François Moine le 11 mai 2020

Comment se présente l’ASEP sur son site Web ? 

Association créée en 1965.
L’association a pour objet la pratique de l’éducation physique et des sports, et a pour but de promouvoir, soutenir et favoriser les œuvres d’éducation populaire, sous toutes leurs formes et pour tout ce qui peut s’y rattacher dans les domaines physique, intellectuel et moral. Association de quartier depuis 1984, l’ASEP est conventionnée avec la ville de Besançon depuis 1995.

 L’équipe :
Magali Barthoulot, Sébastien Burlet, Noémie Courtieu, Corynne Durand, Catherine Gallois, Anna Grapsa, Bruno Lejeune, Thibaut Patton, Anthony Santoro, Pamela Schillinger, Philippe Vuillemin.

Suite aux mesures gouvernementales contre le Coronavirus prises le 04/05/2020, l’ASEP assurera des permanences à partir du 11 Mai.   
Afin de respecter au mieux les consignes de sécurité, nous ne pourrons malheureusement pas reprendre les activités de loisirs, adultes et enfants, ni les accueils du mercredi jusqu’à nouvel ordre.  Le Centre des Cultures Urbaines de Besançon (CCUB) est également fermé.
Cependant, nous pourrons vous accueillir sur place à l’ASEP  du Lundi au Vendredi de 9h à 18h à partir du 11 Mai.

Pour toute question, demande, écoute, vous pouvez également joindre l’équipe au 03-81-80-66-83

 

Categories: Actualités, associations