Portrait d’une agronome chapraisienne directrice de l’ADEME

Interview de Blandine Aubert directrice régionale de l’ADEME

 

Blandine Aubert ADEME

Qu’est-ce que l’ADEME ?

C’est un établissement public qui propose une expertise, des financements et des conseils sur les déchets, l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables, la production et la consommation durables.

énergies renouvelables

 

Que veut dire ce sigle ?

Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie. C’est devenu très récemment l’agence de la transition écologique. Elle est sous tutelle de deux ministères : la transition écologique et la recherche.

ADEME logo

A qui s’adresse-t-elle ?

Principalement aux entreprises et collectivités territoriales et aussi aux particuliers par l’intermédiaire de relais comme l’ADIL du Doubs par exemple sur la rénovation énergétique des logements.

ADEME B FC

Dans votre communication, vous mettez l’accent sur la question des déchets, pourquoi ?

Chacun de nous produit en moyenne 568 kg de déchets par an soit 2 fois plus qu’il y a 40 ans. Ces déchets finissent dans les poubelles ou dans les déchetteries. C’est bien de trier, mais ce n’est pas suffisant. Il faut limiter la quantité de ce qu’on jette, en changeant nos modes de consommation et de vie. Il faut essayer d’agir le plus possible à la source, limiter les emballages, réduire le gaspillage, réparer les objets plutôt que les jeter, organiser une économie circulaire.

ADEME économie circulaire

Vous proposez aussi beaucoup de conseils et d’aides pour économiser l’énergie dans le logement.
Oui, il y a un programme spécifique destiné aussi aux particuliers, appelé FAIRE. A Besançon, il faut s’adresser à l’ADIL du Doubs implantée au Fort Griffon à Battant.

FAIRE ADEME

Depuis quand l’ADEME existe-t-elle ?

Elle est le résultat de la fusion en 1992 de 3 agences spécialisées. Dès le début, il y a eu une antenne régionale en Franche Comté qui a été animée par Gérard Magnin puis d’autres, en particulier Paul-Marie Guinchard.

Depuis quand êtes vous directrice régionale ?

J’ai été directrice de l’ADEME de Franche Comté à partir de 2013, puis de Bourgogne Franche Comté depuis 2016 suite à la fusion des régions.

ADEME B FC 2019

L’ADEME a ses bureaux rue de Belfort depuis quand ?

Auparavant, l’agence était installée rue Gambetta et au 44 rue de Belfort (au dessus de la poste) depuis janvier 2018.

44 rue de Belfort ADEME

Combien y a-t-il de salariés à Besançon ?

Nous sommes 25 pour toute la grande région, répartis sur deux sites. Nous sommes 12 à Besançon.

Il y a une majorité d’ingénieurs puisque le service proposé par l’ADEME est surtout technique.

Personnellement, quelle a été votre formation et votre parcours professionnel ?

Je suis agronome de formation. J’ai commencé à travailler pour le ministère de l’agriculture dans la région Rhône Alpes pour m’occuper de recherche, de développement des territoires ruraux et d’aménagement du territoire. J’ai travaillé ensuite pour le Conseil Régional de Franche Comté. Et j’ai saisi cette opportunité de poste à l’ADEME qui me rapprochait de mes préoccupations environnementales premières.

Etes vous originaire de Franche Comté ?

Oui, je suis même bisontine. J’ai fait mes études à Lyon puis à Paris et je suis donc revenue à Besançon en 2004.

Quels sont vos liens avec le quartier des Chaprais ?

Je travaille donc rue de Belfort et j’ai la chance d’habiter un peu plus haut dans le quartier des Chaprais. En dehors de mon travail, je m’occupe de mes trois enfants et je suis investie dans la vie du quartier tant à la paroisse qu’au Café des pratiques dont je suis devenue la Présidente de l’association dès 2011.

Que pensez-vous du quartier des Chaprais ?

C’est un quartier que j’ai découvert un peu par hasard en 2004. Je connaissais plutôt l’autre côté de la ville, Chemaudin et Planoise. Il me plaît beaucoup. Il y a beaucoup de services à proximité. J’apprécie de pouvoir faire la plupart de mes déplacements à pied ou en trottinette. C’est un quartier où il y a du lien social particulièrement grâce à des lieux comme le Café des pratiques.

Actuellement avec la pandémie de Coronavirus, chacun doit être confiné. Comment cela se passe -t-il pour vous ?

L’ADEME a une bonne expérience de télétravail. Cela fonctionne bien.

ADEME numérique

Donc les bureaux sont fermés mais chacun continue à travailler. Avec une priorité, veiller au paiement des subventions pour les entreprises et les associations.

En effet nous versons entre 20 et 30 millions d’euros de subventions par an pour financer les projets contribuant à la transition écologique.

Et que deviendront les objectifs de l’ADEME à la fin de cette période ?

On sait que toute crise est une opportunité pour des changements. On espère que la prise en compte de la nécessité de la transition écologique sera renforcée. Cette crise montre les limites de notre modèle économique. Par exemple, l’idée de relocaliser certaines activités devrait progresser. Nous y travaillons en ce moment pour faciliter le plus possible la transition des entreprises vers des modèles plus durables.

 

Pour contacter l’ADEME voir son site web de Bourgogne Franche Comté

44 rue de Belfort – 25 000 Besançon

Tél : 03 81 25 50 15

Categories: Actualités, Portraits