Avenue Denfert-Rochereau

Retour à la page Accueil

L’avenue Denfert-Rochereau à Besançon relie l’avenue d’Helvétie et le pont Schwint (exDenfert-Rochereau en bas) à l’avenue Carnot à la place Flore (en haut). Elle croise la rue Delavelle à droite et la rue des Villas à gauche. Elle est relativement large mais assez courte.

 

 

CaractéristiquesPhotosInformations
Site remarquable
L'immeuble Le Président derrière le Doubs et le minotaure gelé, à droite, le pont Robert Schwint (ex Denfert-Rochereau)
Autre site remarquable
Les habitations :
une rue résidentielle avec des immeubles marqués par l'histoire horlogère du quartier
ou de haut standing
Des villas
Au début de l'avenue, le gymnase municipal, après le bâtiment récent de l'école de l'HelvétieLe gymnase est occupé par l'association L'indépendante comtoise
voir l'origine du Gymnase dans l'histoire des Chaprais
Des services de santé publicsL'association d'hygiène sociale de Franche Comté a son siège au numéro 15 et un dispensaire qui réalise le dépistage du SIDA, l'hépathite, la tuberculose (consultations gratuites)
Des professionnels de santé (privés)Des médecins :
en dermatologie : Louis Atallah et Emmanuel Quincez,
en ophtalmologie : Thierry Cellier, Sandrine Ernst, Pierre Henri Monnot, JP Romand et Emmanuelle Scheunemann,
en angiologie cardiovasculaire : Delphine Gauthier et Bernard Stortz (1B)
en gastroentérologie : Michel Fantoli
en psychiatrie Hugues Zysman
des dentistes : Amandine Oudet, Marie Bardière et Grégory Vial
en orthoptie C. Etienne, F Maraux, F Teichmann et V. Tschaen
+ un sophrologue : Didier Moniotte
Pas de commerce mais des servicesInformatique, imprimerie et gestion de patrimoine au N° 1salle de gym au n° 6, une salle de danse au n°5 Nouveauté un salon de tatouage
4 avocats aux n° 10 et 14
Une agence d'interim, une caisse de retraite au n° 16
et un plombier(n° 20)
Autres services publicsLes archives de la région dans un bâtiment qui vient d'être réhaussé
et la direction de l'inventaire du patrimoine de la région
Espaces verts
65 platanes répartis de chaque côté de la rue
et quelques arbres et arbustes privésLa cour du Président
Trottoirs : un itinéraire beaucoup emprunté par des piétonsLes trottoirs sont relativement larges de chaque côté avec la protection des platanes. Mais le revêtement et la propreté laisse souvent à désirer. Ils sont parfois encombrés de véhicules.
Quelques rafistolages ont été réalisés entre les arbres près du Gymnase
Une curiosité : l'éclairage public central suspendu qui se balance par grand vent et laisse la nuit les trottoirs dans une semi-ombre verdâtre.
StationnementIl est limité, mais durant les travaux du tram, le stationnement de la place Flore a été transféré dans la partie haute, sur la voie de droite montante. Inversement, il a été supprimé dans la partie basse pour permettre la circulation à double sens pour les bus.
Le Tram ne passe pas dans cette rue mais beaucoup de busL'arrêt de bus, des lignes 4, 11, 12 et 23 devant le gymnase n'est pas abrité malgré l'importante fréquentation.
L'impact des travaux du Tram a été indirect
Pour les vélos,
la piste cyclable descendante a été supprimée en avril 2012 Un bout de piste cyclable a été tracé dans le sens ascendant
Origine, histoireC'est en 1878 que la rue d'Alsace Lorraine a pris le nom du héros de Belfort. Pierre Marie Philippe Aristide Denfert-Rochereau, né à Saint-Maixent-l'École en 1823 et mort à Versailles en 1878, est un militaire français polytechnicien. Après sa participation à des expéditions à Rome, en Crimée et en Algérie, il est resté célèbre pour avoir dirigé la résistance de la place forte de Belfort durant la guerre franco-prussienne de 1870. Avec 15 000 hommes et la population de la ville, il mena une résistance héroïque de 103 jours contre les 40 000 soldats prussiens. Ce n'est que le 18 février 1871, après l'Armistice de Versailles, sur un ordre du gouvernement présidé par Louis Adolphe Thiers, qu'il accepte de quitter librement et invaincu Belfort avec ses troupes, permettant au Territoire de rester français, tandis que l'Alsace et la Lorraine passait sous contrôle allemand. Denfert-Rochereau était protestant et marié avec Pauline Surleau-Goguel, une femme de Montbéliard.
L'avenue Denfert Rochereau au 19° et dans les années soixante (Le Président n'est pas encore construit ni l'extension de l'école Helvétie) Transmis par Christian Mourey de Battant Musique
Merci à lui.
Les établissements Pétolat et Anguenot (horlogerie) et la première Maison de Jeunes
Le Président a été construit sur l'emplacement de La Brasserie de la Mouillère qui était devenue la Brasserie Gangloff (détruite en 1968)
Voir l'histoire du quartier
Points noirs à améliorer : Le carrefour Helvétie /Denfert-Rochereau trop complexe,
l'état des trottoirs et des armoires techniques parfois abandonnées et déteriorées

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée
Champs obligatoires*