Rue Henri Baron

Retour à la page Accueil

La rue Henri Baron : Une des plus petites rues du quartier des Chaprais, entre la rue de Belfort et la rue de la Rotonde, près de la rue du Chasnot, pas très loin de la gare Viotte.

Orientation : Nord-Ouest/ Sud-Est, un passage souvent assez sombre, vu l’étroitesse de la rue

rue Baron porche

Vie des piétons :  pas  de trottoir, le piéton doit « partager l’espace » avec les véhicules garés, les automobilistes (rares heureusement), les poubelles et des déchets : la rue n’est pas un modèle de propreté.

rue Baron piétons dans la neige

Attention, à la traversée de la rue de la Rotonde : le passage pour piétons est dangereux, étant donné la vitesse parfois excessive des véhicules descendant de la rue du Chasnot dans le virage.

Bus au virage rues Baron Rotonde

Stationnement : Aucun emplacement officiel, mais 6 places régulièrement occupées sur le côté gauche, en descendant, aucun garage privé, non plus pour tous les habitants.

rue Baron stationnement

Espaces verts : Très  limités : un petit jardin privé à l’angle de la rue de la Rotonde et une touffe d’herbe à chercher très haut !

rue Baron jardinrue Baron mur et touffe

Logements : Des immeubles anciens de 4 étages et une maison d’un étage

Commerce : Pas de pas de porte dans la rue, mais côté rue de Belfort un petit Casino d’un côté, une poissonnerie de l’autre

poissonnerie 29 rue de Belfortrue Baron tag rue de Belfort

A l’autre extrémité, côté rue de la Rotonde une épicerie-crèmerie bio

rue Baron rue de la Rotonde épicerie

Histoire : La rue doit son nom à un peintre du 19° siècle, né à Besançon en 1816 et mort en 1885 à Genève où il vécut longtemps. Il est réputé pour ses aquarelles et ses lithographies. Ses oeuvres (inspirées notamment par des femmes dans des décors champêtres ou des cabarets) sont visibles dans plusieurs musées nationaux. Il fut élève de Jean Gigoux avec lequel il fit un voyage d’études  en Italie. En peinture, on le classe parmi les romantiques  avec des attaches à l’art du 18 ième. Parmi ses oeuvres on peut citer Les oies du frère Philippe Balduci 1845, Le pupitre de Palestrina (1847), Le  printemps en Toscane (1848) Les noces de Gamache (1849) au musée de Besançon, Les Patriciens 1852,, L’hiver 1878, Les dévideuses … Voir ci-joint Une soirée d’été en Toscane (1847). Lire Estignard (Al.). – Henri Baron, sa vie, ses oeuvres. – Besançon, 1896 Avant 1926, cette rue s’appelait rue Dumont, probablement un ancien habitant..

Henri Baron soirée d'été en Toscane

Points noirs à améliorer : Le ravalement d’immeubles, les tags, la propreté de la rue, la sécurité des piétons.

rue baron rue de la Rotonde

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée
Champs obligatoires*