La Bibliothèque Sonore présidée par Jeanine Bonamy à la Journée Santé Bien être le 16 mars

Jeanine Bonamy présidente de la Bibliothèque Sonore

Vous participez à la Journée Santé Bien être des Chaprais Pourquoi ?

On fait partie du quartier et on a envie de faire connaître plus largement notre association.

Depuis quand vous occupez vous de cette association ?

Depuis 2007, d’abord comme secrétaire puis comme présidente de la Bibliothèque Sonore depuis 2017

Jeanine Bonamy BS

Pouvez-vous rappeler les buts de cette association ?

Offrir de la lecture audio à des personnes empêchées de lire, que ce soit des mal-voyants ou des jeunes atteints de troubles « dys » grâce à des enregistrements de livres audios à leur intention par des Donneurs de Voix bénévoles.

La Bibliothèque sonore dispose d’un local aux Chaprais ?

Association Valentin Haüy rue Krug

Oui, nous partageons un local 21 rue Krug avec l’association Valentin Haüy qui nous héberge. Auparavant nous étions déjà ensemble rue des Fontenottes, pas très loin des Chaprais. L’association a fêté ses 30 ans en 2015

 

Comment votre association fonctionne-t-elle concrètement ?

Nous fonctionnons grâce à 25 bénévoles : 16 donneurs de voix et 9 animateurs.

animatrices de la Bibliothèque sonore

4 animatrices : Lucette Robardet, Jeanine Bonamy, Claudine de Sars et Marie-Jeanne Magnin

Les donneurs de voix enregistrent chez eux des livres sous forme de fichiers MP3 gravés ensuite sur des CD par des animateurs. Ces CD sont par la suite prêtés gratuitement à nos adhérents audio-lecteurs dont l’empêchement de lire est attesté médicalement. L’accès aux livres peut aussi se faire par téléchargement sur un serveur national au moyen d’un code d’accès individuel.

A qui la Bibliothèque sonore propose-t-elle ses services ?

Principalement à deux catégories de personnes : des jeunes collégiens (et quelques lycéens) et des personnes âgées. En 2018, nous avons prêté à 702 personnes dont 509 jeunes.

Qui sont les bénévoles ?

Ce sont essentiellement des retraités, en majorité des femmes. Nous manquons de voix, notamment des voix masculines et nous accueillons volontiers de nouveaux bénévoles, Donneurs de Voix et Donneurs de Temps.

Comment devient-on « donneur de voix » ?

Il faut le demander. Ce n’est pas une tâche très facile. Il faut avoir une voix qui passe bien, parler clairement avec du relief mais sans trop d’effets, ni monocorde ni trop théâtrale. On propose une formation aux nouveaux donneurs de voix. L’enregistrement doit se faire avec un micro-casque relié à un ordinateur. Il faut apprendre à manier un logiciel gratuit « Audacity ».  On travaille le fichier sonore comme un traitement de texte. On peut contrôler grâce à un spectrogramme, faire des coupures etc.

Bibliothèque sonore spectrogramme

On n’enregistre pas plus d’une demi heure à la fois avec des plages de 10 minutes. Il faut avoir de la patience mais on peut prendre le temps qu’on veut.

Quels genres de livres sont enregistrés ?

C’est assez éclectique. Beaucoup de romans ou essais régionaux pour les personnes âgées : les livres d’André Besson, de Joseph Pinard, d’Eveline Toillon et d’Anguenot sont très demandés.

Pour les jeunes, ce sont surtout des livres au programme des collèges demandés par les professeurs : ce peut-être la Princesse de Clèves, Châteaubriant, Racine ou Boris Vian. On peut proposer localement jusqu’à 2465 livres dont 964 produits localement (56 enregistrés en 2018) Les autres sont importés d’autres Bibliothèques sonores (il y en a 115 en France) et nous avons également accès à un serveur national qui comporte 8500 titres et 27 revues hebdomadaires ou mensuelles. On a effectué plus de 5000 prêts au cours de l’année 2018.

Qu’allez-vous proposer le 16 mars à la Journée Santé Bien être ?

Journée Santé Bien être calicot

Tout le monde connaît un jeune souffrant de dyslexie ou une personne âgée ayant des difficultés de vision, atteinte de DMLA par exemple. Nous voulons faire savoir à ces personnes qu’on peut leur proposer une aide. On montrera des CD, l’appareil VICTOR avec de grosses touches. Il a un inconvénient, il coûte assez cher. On cherche des donateurs.

Bibliothèque sonore Victor

Avez-vous des relations avec d’autres intervenants à la Journée Santé Bien être ?

Pas beaucoup, mais on a l’habitude de travailler avec l’Association Valentin Haüy qui sera présente aussi pour aider les mal-voyants. On est complémentaires. On a déjà participé aux Forum des associations à la Cassotte organisé par l’association Vivre aux Chaprais.

Vous personnellement, quel a été votre parcours professionnel ?

J’ai été professeur de physique à l’Université de Besançon. Mon domaine de recherche était la physique moléculaire. Ma spécialité concernait l’étude des interactions moléculaires dans les gaz en combustion (moteur cryogénique de la fusée Ariane qui met en jeu la combustion de l’hydrogène et de l’oxygène ou moteurs d’automobiles qui utilisent des hydrocarbures).

Jeanine Bonamy portrait

Y a-t-il un lien avec votre engagement associatif ?

C’est surtout lié au fait que je suis membre du Lions Club depuis 25 ans. Je considère que j’ai la chance d’être assez favorisée, je me dois donc d’aider les autres. Le fil rouge du Lions Club international est la lutte contre la cécité. Dans cet objectif, les Lions de France ont créé les Bibliothèques sonores dont la première à Lille en 1972. Celle de Besançon a été créée en 1985. Il y en a maintenant 115 en France, regroupées en une seule association nationale l’Association des Donneurs de Voix..

Quel est votre avis sur le quartier des Chaprais ?

Tout le monde en dit du bien, que c’est un quartier agréable à vivre, il y a une vie de quartier. Je fréquente plusieurs commerces de la rue de Belfort avec parfois quelques difficultés de stationnement.

Contact La Bibliothèque sonore comme l’association Valentin Haüy

tient une  permanence le jeudi de 14 h 30 à 17 h 30

21 rue Krug  (à l’intersection de l’avenue Carnot, face au Sacré Coeur)

03 81 80 45 52