Damien Bonnet de Culture Jeux

Damien Bonnet

Damien Bonnet animateur de Culture Jeux

 

animateur de jeux de société Interview réalisée le 16 décembre 2010 et rediffusée en novembre 2014
Pour contacter Damien Bonnet : Culturejeux Tel 06 87 61 46 97

Depuis quand êtes vous installé aux Chaprais ?

Depuis plus de 5 ans lors de la naissance de notre fils, et nous pensons y rester longtemps puisque nous sommes propriétaires d’un appartement à la Cité Parc des Chaprais.
Etes vous bisontin d’origine ?
Non, je viens de Grenoble, mais j’ai déjà habité au centre ville de Besançon, dans la boucle.
Pour vous, le jeu, est-ce une passion ou un métier ?
Au départ, je joue depuis mon enfance, c’est devenu une passion, puis un métier. Je n’ai pas suivi de formation spécifique. C’est le contexte économique qui m’a incité à ouvrir un magasin de jeu avenue Foch près de la gare et à proposer des animations de jeux de société.
Comment a évolué votre activité ?
L’établissement de l’avenue Foch (Coffee Jeux) a ouvert durant plus de 5 ans. Il répondait à un véritable besoin, les clients ne manquaient pas. Mais, lors de la crise bancaire de 2008, on a eu des problèmes de trésorerie que la banque ne nous a pas aidé à résoudre. Elle nous a plutôt enfoncés. Je continue toujours les animations et avec une groupe de joueurs on a créé une association.
De quels jeux s’agit-il ? Des jeux traditionnels (tarot, belote, échecs, scrabble …) ?

jeux en bois
Non, ce n’est pas mon créneau, pour ces jeux là, il existe déjà des clubs spécialisés. Nous sommes complémentaires. Je propose de faire découvrir d’autres jeux de société, surtout des nouveautés. En réalité j’ai deux activités distinctes : des jeux géants pour des festivals de jeux, ils occupent chacun au minimum 1 m² d’espace. Ce sont le plus souvent des jeux en bois avec des règles faciles à apprendre. Par exemple, j’ai participé à l’édition 2010 du « Festi’mômes » de Marnay avec une trentaine de jeux sur 300 m². Il y est passé près de 450 enfants et leurs parents. A Morteau, malgré le temps superbe dehors, la salle était comble.

jeu pour enfants Dobble

La deuxième activité consiste à proposer des animations pour des centres de loisirs. Il s’agit alors de jeux de règles, adaptés à un nombre plus réduit de participants, une trentaine au maximum. Par exemple, j’ai participé (avec le Centre du Barboux) à une animation inter-générationnelle au Foyer Huot de Montrapon : il y avait une vingtaine de jeunes et 6 personnes âgées. Les centres de loisirs peuvent prendre contact avec moi pour trouver des modalités adaptées.

Jeu chevalier
Vous avez aussi créé une association comment s’appelle-t-elle ?
Oui, depuis un an. Elle s’appelle « Doubs You Play ? » pour faire un jeu de mots. Nous avons déjà une vingtaine d’adhérents qui se réunissent dans l’ancienne école des 4 vents, 34 chemin de Vieilley les mardi et vendredi soir (et parfois le samedi) pour jouer à des jeux de plateaux avec ou sans figurines.

Damien Bonnet de Culture Jeux

Avez-vous d’autres projets en particulier sur le quartier des Chaprais ?

Café des pratiques 105 rue de Belfort

Oui, en partenariat avec le Café des pratiques. Nous proposerons dès février au 105 rue de Belfort, le samedi après midi un horaire de jeux pour les petits, puis pour les ados en début de soirée en incluant une collation pour finir à 21 heures.
Il est prévu aussi des séances en semaine pour adultes et jeunes retraités et le vendredi soir pour étudiants ou adultes.
Qui est intéressé par ces jeux ?
Tout le monde, à condition qu’on prenne le temps d’expliquer les règles et qu’on dépasse les représentations repoussantes. Mais il est vrai qu’actuellement spontanément, ce sont surtout des hommes qui aiment jouer aux jeux de stratégie nécessitant une réflexion. Les femmes semblent préférer des jeux d’ambiance, « plus rigolos » avec lesquels on ne se prend pas la tête !
La tendance est au virtuel et à l’individualisme (chacun devant sa console), n’est ce pas la mort du jeu de société ?
Non, pas du tout, il est en plein développement tant chez les créateurs (300 créations par an) que chez les joueurs. Par réaction, des parents ne voulant pas que leur enfant passe son temps entre la télé et l’ordinateur cherchent des jeux qui permettent une communication et de vrais échanges. Même les cadres de banque par exemple se réunissent pour jouer sans ordinateur.
Comment fonctionne cette économie des jeux ?
Il faut distinguer d’un côté, les productions industrielles qu’on retrouve dans les grandes surfaces. Ce sont le plus souvent des boîtes vendues 20 euros ou davantage avec dedans pour 3 euros de matériel plus ou moins bâclé. Le but est clairement de faire du fric. Parallèlement, il existe des créateurs y compris dans la région, les plus connus sont Ludovic Maublanc de Dijon et Albert Raguenès de Besançon. Il avait aussi été à l’origine d’un festival des jeunes créateurs à Besançon qui avait acquis une grande réputation, mais n’a pas été assez soutenu par la ville. Il y a aussi des éditeurs en Haute Saône, des fabricants de jouets en bois dans le Haut Doubs comme Bec et Croc et à Moirans dans le Jura. La diffusion se fait par Internet et par des boutiques comme Jeux de la Comté 26 rue Battant

Vous êtes installé dans le quartier des Chaprais, pourquoi ? Qu’est-ce qui vous plaît ici ?
C’est un quartier assez calme sans trop de grands ensembles. En même temps, il est assez dynamique, c’est un bon équilibre. On y trouve tout ce dont on a besoin à proximité : commerce, pharmacie, médecins, centre de loisirs …

Cimetière des Chaprais

Il y a aussi des sites agréables à voir que ce soit Les Vaîtes à proximité ou même le cimetière des Chaprais avec ses monuments majestueux. Je préfère me balader ici que dans la boucle où j’ai habité.
Y a-t-il des aspects négatifs et des améliorations souhaitables ?
Le premier problème, c’est la circulation dans la rue de Belfort surtout pour les piétons ou les cyclistes comme moi.

bouchon1

On peut espérer que cela s’améliore avec le tram et la déviation de la circulation par une nouvelle voie vers la rue de Vesoul. Dans le quartier, on est bien desservi par les bus, mais on se demande pourquoi à Besançon, il faut que presque toutes les lignes passent par la boucle. Pourquoi pas de ligne directe de la gare vers Planoise et le CHU en passant par la place Leclerc ?
Le second problème, c’est l’incivisme de certains propriétaires de chiens. Et puis, il y a aussi des dégradations de la part de jeunes qui s’ennuient.
La ville fait-elle assez pour le quartier et les jeunes en particulier ?
Je ne le pense pas et avec le tram qui va pomper tout l’argent, cela ne va pas s’arranger ! Les parents demandent un préau pour les maternelles de l’école des Chaprais, la ville répond que la petite salle d’activité suffit pour les 5 classes. Les enfants ont quand même besoin de prendre l’air même quand il pleut.

Lire point de vue de parents à la rentrée 2014

Les équipements de jeux que ce soit dans l’école ou dans les parcs (Résal, Parc des Chaprais …) me semblent insuffisants ou pas assez renouvelés.

jeux pour enfants au Parc des Chaprais
Connaissez-vous des chapraisiens dynamiques qui devraient être connus et valorisés ?
Il y en a beaucoup, il faudrait que je réfléchisse. Il y a bien sûr les instigatrices du Café des pratiques déjà citées Voir le portrait dElisabeth Gerl

Elisabeth Gerl

et par ailleurs, notamment les animatrices de l’Aiglon et celles de la crèche de l’Antenne Petite enfance rue de la Famille.

Voir le site de Culture jeux

Categories: Portraits