Qui se souvient des Docks Franc-Comtois?

At coin de la rue de Belfort et de la rue Charles Fourrier, un magasin des Docks Francs-Comtois

Les docks francs-comtois rue Charles Fourier

Qui se souvient des magasins de quartier des docks franc-comtois? Ces épiceries à succursales multiples, comme celle que l’on voit sur cette carte postale ancienne (au coin de la rue Charles Fourier et de la rue de Belfort), ont été fondées par Joseph Mathey et son cousin M. Galland en 1912.

Un membre de chaque famille assurait conjointement la direction de cette société anonyme. Dès 1913, on compte déjà 59 succursales dans la région, 125 en 1925 et 154 en 1930! Son chiffre d’affaires est alors, à cette dernière date, de 74 millions de francs et les bénéfices dégagés s’élèvent à 1,770 million.

docks

A droite photo datant de 1953 (photothèque ville de Besançon) : René Vieille-Marchiset, chauffeur-livreur. Au volant de son camion SAURER, il a parcouru, en 43 ans, plus de 2 millions de kms sur les routes de Bourgogne et de Franche-Comté et ce, sans aucun accident!

les docks 50° anniversaire

Ci-contre, le 50° anniversaire des Docks et ci-dessous, une machine IBM installée en 1962.

 

 

 

En 1932, ces docks franc-comtois fusionnent avec les docks bourguignons, autre société créée par Joseph Mathey. Les entrepôts de cette société se situent rue des Docks, actuel boulevard Diderot. Mais le nom donné à cette rue remonte à 1881, date de la création de la société des docks et entrepôts de Franche-Comté nous explique Eveline Toillon dans son ouvrage sur Les rues de Besançon.

les docks boutique 1963

Ci-contre, à gauche, intérieur d’une boutique en 1963.

En 1965, ces docks fusionnent avec l’Économique Bisontin et les Comptoirs de Bourgogne, afin de donner le jour à une nouvelle société qui prendra le nom de CEDIS : CEntre Est DIStribution : la CEDIS créera les fameux SUMA ( SUper MArché) et les « Mamouth ».

Cette société assure, à ce moment là, une part de marché de 14% dans le secteur alimentaire. C’est dire son importance! Elle est alors dirigée par Gabriel Mathey. Joseph avait eu, en effet, trois fils : Gabriel, Jean et Henri et 2 filles.

En 1985/86, la CEDIS fusionne avec Casino: cette nouvelle société deviendra alors 18 hypermarchés Mamouth et 116 supermarchés SUMA et RAVI.

Un des derniers dirigeants de la famille, Henri Mathey, mort en 2010, à l’âge de 91 ans est un héros de la seconde guerre mondiale : il a combattu comme pilote de chasse dans les forces Aériennes Françaises Libres créées par le Général De Gaulle!

Les photos illustrant cet article sont tirés du site Mémoire Vive de la ville de Besançon : 3 appartiennent à la collection Bernard Faille, photographe à l’est Républicain .

docks catalogue

docks francs comtois protège cahier