Rencontre avec Dominique Calame sculpteur

Rencontre avec Dominique Calame sculpteur

Dominique Calame au jardin

Vous êtes à l’origine de cette rencontre avec les artistes des Chaprais et vous y participez activement Pourquoi ?

J’aime beaucoup les rencontres, les échanges. Ce n’est pas souvent qu’on vienne me proposer une telle idée. Alors, j’y ai répondu favorablement depuis le début. Le projet a pris beaucoup d’ampleur. Maintenant, on se rapproche de l’échéance.

Rencontre artistes et soutiens

Vous connaissiez déjà d’autres artistes dans le quartier des Chaprais ?

Pas tant que cela. J’en connaissais quelques uns, mais je n’imaginais pas qu’on allait être 18 dans cette manifestation. C’est cela qui est intéressant, j’ai découvert de nouveaux artistes, on va pouvoir échanger et découvrir de nouveaux talents

La plupart des artistes qui vont venir aux rencontres des Chaprais sont des peintres ou des photographes, alors que vous êtes connu comme sculpteur

une sculpture féminine de D. Calame : Laure?

Sculpture de Dominique Calame

Oui, je suis principalement sculpteur, mais il m’arrive de peindre. J’ai par exemple réalisé cette peinture avec du rouge, mais on peut y voir un cheval en plein effort.

cheval Dominique Calame

De l’autre côté, il y a des peintres qui sculptent. J’ai commencé à sculpter quand j’étais gamin et à un moment donné, j’ai éprouvé le besoin de montrer, d’exposer.

Quels matériaux utilisez-vous ?

Tout ce qui me tombe sous la main. J’utilise une variété de matériaux disponibles sauf le verre qui suppose un outillage spécifique. Le bois est un des premiers disponibles. Dès mon plus jeune âge, j’ai commencé  tailler des bouts de bois au couteau. Puis j’ai taillé des arbres fruitiers

Dominique Calame

Une des premières sculptures de Dominique Calame : l’homme écrasé ou libéré par la machine ?

J’utilise aussi le métal,  la fibre de verre,  la résine,  le plastique. Pour faire du bronze il faut le donner à couler à des fonderies d’art. Généralement, les gens pensent que travailler la pierre, c’est plus dur que le bois. Mais si le travail de la pierre est dur physiquement, le travail du bois est délicat, il faut tenir compte notamment des veines, suivre le fil.

Avez-vous des thèmes favoris ?

J’ai sculpté des personnages : Pasteur, Victor Hugo.

Pasteur par Dominique Calame

 

Buste de Pasteur

Dominique Calame femme

Mais je ne me cantonne pas au figuratif, je suis ouvert à tous les types de sculptures, à tous les styles figuratifs ou contemporains. L’art abstrait laisse une marge d’interprétation.

Cette sculpture de Dominique Calame a été rebaptisée par le poète Alain Bobillier : L'équilibriste

Sculpture Dominique Calame

Comment ça se passe concrètement ?

Je trouve un matériau ayant déjà une forme qui m’attire.

Dominique Calame bois animal

Par exemple, j’ai un arbre fruitier ayant une certaine forme. Je tape dessus et à un moment donné, on peut se demander si c’est moi qui lui donne une forme ou si ce n’est pas le bois qui me commande. Les trois dernières sculptures ont été réalisées plus vite que je pensais. C’est à la fin, que je vois ce que ça exprime.

Dominique Calame

Entre temps, j’ai ajouté du métal, j’aime bien les mélanges, mais il faut faire attention, les matériaux ne s’accordent pas toujours. En général, quand je commence, je n’aime pas m’arrêter. Surtout avec le bois : je ne le lâche pas. Je passe deux ou trois jours.

C’est une longue histoire qui lie Dominique Calame à la sculpture. A vrai dire il s’agit d’une relation fusionnelle. Lorsqu’il approche la matière, c’est toujours d’égal à égal, lui conservant son âme autant qu’il insuffle la sienne. Il n’a pas oublié que le bois, la pierre, la terre et le métal sont vivants et quand il les façonne, c’est un échange qui s’opère sous ses doigts. C’est cette osmose que l’on ressent devant son travail et le but est atteint : nous faire partager son émotion et sa passion.

A qui sont destinées vos sculptures ?

Je réalise des œuvres et les propose sur mon catalogue. Il m’arrive de répondre à des commandes par exemple des fans de Dalida m’ont demandé une statue à son effigie.

Dalida par Dominique Calame

Je participe aussi à des appels d’offre auprès des collectivités. La mutualité m’a acheté une sculpture, l’hôpital Jean Minjoz, la gendarmerie du Fort des Justices aussi. La plupart de mes acheteurs sont des particuliers, des personnalités, des notaires ou des gens moins connus. A ce jour, j’ai un grand nombre de sculptures dispersées en France.

Avez-vous participé à des expositions ?

Oui depuis de nombreuses années, la liste des expositions réalisées seul ou à plusieurs s’allonge : pour le bicentenaire de Victor Hugo, avec la participation de Didier Lockwood, la Biennale Paul Ricard à Bandol, le salon international de Belfort, la galerie Nathalie Duchayne à Saint Tropez, la galerie du Carlton à Cannes, dans les locaux de l’agence de luxe John Taylor à Cannes et Monte Carlo etc …  J’ai exposé à plusieurs reprises dans le quartier, aux Oiseaux notamment.

Dominique Calame expose aux Oiseaux en mars 2010

Ma dernière exposition a été présentée en Côte d’or vers Beaune. On m’avait sollicité pour exposer dans le grand parc du Château de Gilly.

Qu’allez-vous présenter et proposer aux Rencontres avec les artistes des Chaprais ?

Cantatrice Dominique Calame

Je vais proposer différents formats en fonction de la place disponible. Pour la première fois : « destin interrompu » : un enfant couché. Pour la fête des Chaprais je suis sollicité pour animer des ateliers mais c’est en plein air, on n’a pas peur de salir !

Sculpture avec Dominique Calame

Quels liens avez-vous avec le quartier ?

Cela fait 21 ans que j’habite le quartier, 35 rue des Cras. Je travaille aussi dans le quartier. J’ai exposé au FJT Les Oiseaux et je participe à la fête des Chaprais.

J’ai de bonnes relations avec l’association Vivre aux Chaprais. J’ai aussi répondu à une proposition de mise en valeur de la place de la Liberté.

projet de Dominique Calame pour la place de la Liberté

Maquette du projet de Dominique Calame pour la place de la Liberté

Il y a eu une consultation suite au dépôt de trois projets. Mais on ne sait pas ce qu’est devenue cette initiative dans laquelle je m’étais beaucoup investi.

Pour le reste, je trouve que mes liens avec les habitants des Chaprais sont un peu limités.

Quel est votre avis sur le quartier des Chaprais ?

Je trouve que l’aspect des rues est souvent triste. Si la rue des Cras s’est nettement améliorée depuis quelques années avec des façades ravalées, de la couleur, ce n’est pas le cas de la rue de Belfort qui me semble un peu sinistre. Heureusement, il y a encore des commerces vivants et même de nouveaux comme le CS37 un endroit sympathique où l’on mange bien (de la cuisine corse)

CS 37 rue de Belfort

Voir un premier portrait de Dominique Calame

Dominique Calame sculpteur en 2010

Contact : 06 22 18 80 39

Voir l’annonce des Rencontres avec les artistes des Chaprais

Categories: Artistes et autres