Le comportement électoral des Chapraisiens

Le comportement électoral des Chapraisiens diffère nettement de celui des autres citoyens. On l’observe lors des résultats du premier tour des régionales.

élections régionales %

 

Le nombre d’inscrits dans les bureaux de vote du quartier Chaprais/Cras a augmenté régulièrement depuis 2008 remarquait JC Goudot dans un billet publié le premier avril 2014

A tel point qu’il a fallu créer un nouveau bureau de vote, dès 2012, le 514 dans l’école Paul Bert. Ce qui fait bureaux de vote dans le quartier : du 503 au numéro 510, plus le 514. Les inscrits sont donc passés de 9 784 en 2008, à 9 951 en juin 2012, puis 10 146 en mars 2014. 

Mis à part un fort taux de participation au second tour de la présidentielle de mai 2012 (76,75% de votes exprimés), les taux varient de 55,68% ( 5 448 suffrages exprimés) aux municipales de 2008 à 57,18% (5 938 suffrages exprimés) pour ce 2° tour des municipales de 2014, soit un différentiel de 490 voix. En juin 2012, au second tour des législatives, il y avait eu 5 778 suffrages exprimés pour 58,06% des inscrits.

Cette année 2015 un nouveau bureau a été créé le 515 : le onzième si on prend en compte le bureau de Tristan Bernard

Sur 11 287 inscrits répartis dans 11 bureaux, 5560 sont venus voter (taux d’abstention de 51 %),  il y a eu 5388 suffrages exprimés c’est à dire 47, 8 %

Marie Guite Dufay

32 % des suffrages exprimés se sont portés sur la liste de Marie Guite Dufay  qui l’emporte dans tous les bureaux sauf dans les bureaux de l’Helvétie n° 504 (de très peu) et 505 très nettement.  Ce n’est pas nouveau.

François Sauvadet

25, 5 % des suffrages se sont portés sur la liste de François Sauvadet qui arrive en tête dans les deux bureaux de l’Helvétie

Sophie Montel

Les électeurs de Sophie Montel représentent 16, 3 % des suffrages aux Chaprais Cette liste arrive en 3 ° position dans tous les bureaux sauf les n° 507 (Paul Bert)  et 509 (Chaprais 1) où elle dépasse celle de la droite traditionnelle.

Cécile Prudhomme

Cécile Prudhomme recueille 6, 3 % des voix

Nathalie Vermorel

et Nathalie Vermorel 5, 9 % davantage qu’au niveau régional (respectivement 3, 9 % et 4, 6 %)

Christophe Grudler

Christophe Grudler a obtenu 3, 6 % et Maxime Thiébaut 3, 4 % (beaucoup moins qu’au niveau régional (5, 2 %)

Les autres petites  listes ont obtenu 2, 2 % pour Julien Gonzalez, 1 % pour Claire Rocher et 0, 9 % pour Charles Henry Gallois

Si l’on tente un regroupement,  il y aurait 44 % pour la gauche, au maximum 33 % pour la droite et le centre et au maximum 20 % pour l’extrême droite

Rappel d’un cas particulier

Au niveau du bureau de vote 506  (Duchaillut) les résultats définitifs  étaient les suivants à 19 h

Inscrits 1311, votants  598 (en hausse mais quand même 54 % d’abstention) ) 13 blancs, 5 nuls

Ont obtenus :

Marie-Guite Dufay  193 voix = 32 %  François Sauvadet 123 voix = 20,5 %  Sophie Montel 104 voix = 17 %

Cécile Prudhomme 60 voix = 10 % Nathalie Vermorel 44 voix = 7 %  Christophe Grudler 17 voix = 3 %

Maxime Thiébaut 12 voix Claire Rocher (LO) 10 voix  Julien Gonzalès 10 voix et Charles Henry Gallois 7 voix

Ce bureau de vote semble comme d’habitude assez atypique

Voir les résultats des départementales 

A suivre …

Comment et pour quoi  les électeurs ont-ils voté ?

des candidats connus  ? des propositions précises ? des exemples locaux ? en fonction de la couleur ? du nombre de partis qui soutiennent ?

Si l’on regarde les documents de propagande reçus à domicile : les listes de Sophie Montel, Julien Gonzalès et Charles Henry Gallois ne présentent qu’un seul candidat, la tête de liste. Inversement Christophe Grudler et Nathalie Vermorel présentent 16 candidats. Les autres listes se contentent de 8 ou 9.

La couleur bleue est dominante pour Sauvadet, Montel, Gallois et Thibaut. Le vert est retenu par Cécile Prudhomme et par Julien Gonzalez. MG Dufay a choisi le rose, Nathalie Vermorel le rouge et vert, Grudler l’orange et Claire Rocher le rouge et jaune.

La plupart des listes n’affichent qu’un parti ou organisation sauf Marie Guite Dufay qui en aligne 5 ou 6, Nathalie Vermorel 7. Sauvadet et Prudhomme en affichent 2

Sauvadet, Dufay, Vermorel et Gonzalez énoncent une vingtaine de propositions, les autres candidats une dizaine ou 3 pour Claire Rocher et Grudler qui évoque « 3 millions de raisons ».

Les références locales précises sont rares : aucune pour Sophie Montel, Claire Rocher et Charles Henry Gallois qui se contentent de recopier le texte national passe-partout.

Les explications et arguments sont plus ou moins développés en 500 mots par le FN, en 590 par François Sauvadet, en plus de 800 par Marie Guite Dufay et en plus de 1000 mots par Nathalie Vermorel par exemple.

Bref, certains électeurs semblent voter « les yeux fermés ». C’est moins le cas aux Chaprais, où l’on semble être capable de lire !

 

Comparaison avec les résultats du premier tour aux précédentes élections régionales le 14 mars 2010 :

Dans les 8 bureaux de vote du quartier Chaprais-Cras, sur les 9730 inscrits 4825 avaient choisi une des 10 listes. Le taux de participation était  sensiblement plus élevé que dans le reste de la ville.

La liste Joyandet arrivait légèrement en tête (34%) talonnée par celle de Marie Guite Dufay (33%)
Avec Europe écologie (11%) et le Front de gauche (4,8%), le PS et ses alliés atteignaient ensemble 49 % au lieu de 53 % dans l’ensemble de la ville.
Les 2 listes d’extrême droite totalisaient 8,5 % (10 % dans la ville).
Le Modem ne faisait pas mieux dans le quartier qu’ailleurs (3,5%) L’extrême gauche était plus faible dans le quartier (3,6%) Les écologistes dissidents n’avaient obtenu que 1%

 

Categories: Elections politiques