PATEU-ROBERT, une entreprise prestigieuse, autrefois aux Chaprais

Portrait de léon Simon Pateu qui développa l'entreprise familialePateu-Robert, entreprise du bâtiment, aujourd’hui plus spécialisée dans la rénovation de bâtiments historiques, est née en 1856. Elle a été créée par François Jean-Marie Pateu (1835-1905) dont on sait peu de choses sinon que les Pateu étaient honorablement connus à Besançon.En 1868 l’entreprise de couverture en ardoises est installée 45 rue d’Arènes. Puis  dès 1899,elle est domiciliées au 9 de l’avenue Carnot. Il semble que ce soit le fils, Louis Simon, né le 8 février 1862 qui développera l’entreprise familiale. Un de ses amis d’enfance et d’école, Jules DOUGE, témoignera plus tard, lors du décès de Louis Pateu (le12 décembre 1908) que, dès 12 ans, il déclarait :« Je veux être entrepreneur ». Il a suivi des cours de dessin et d’architecture à l’école municipale des Beaux Arts de Besançon.

Parmi les travaux qu’il exécuta, on relève le Casino, l’établissement des bains de la Mouillère, la restauration du château de Buillon, la reconstruction de l’usine Pernod et le camp d’instruction du Valdahon. Lorsqu’il décède, sont rappelés ses nombreux titres et décorations : entrepreneur de travaux publics, juge au tribunal de commerce de Besançon, capitaine-adjudant du bataillon des sapeurs-pompiers de Besançon, président du conseil d’administration de l’établissement thermal la Mouillère, président du syndicat d’initiative de Besançon et de Franche-Comté, officier de l’instruction publique, chevaler du mérite agricole (au titre de son action au sein de la société d’agriculture et d’administrateur du Crédit agricole). Ajoutons qu’il fut également conseiller municipal de la ville. Plus de 10 personnalités bisontines prononcèrent un discours lors de ses obsèques!

C'est l'entreprise Pateu qui construisit ce Casino selon les plans de l'architecte Forien.

Le bâtiment du Casino construit par Léon Pateu

Revenons à son entreprise :  dès 1926, l’entreprise devient Pateu Robert et, en 1935, elle est transformée en une SARL dont les gérants sont son fils Georges François (1889-1957) et Paul ROBERT : capital 600 000 F sous forme de 600 parts de 1 000 F (anciens, bien sûr..). Paul Robert ( né en 1874) est un neveu de François Jean-Marie Pateu.  Dès 1901, il est recensé dans l’habitation de son oncle. Il sera conducteur de travaux chez son oncle avant de s’associer avec son cousin. Marié en 1902, il habitera, avec femme et enfants au 9 avenue Carnot.

A droite sur la photo, la cuisinière Elisabeth Prêtre avec les Pateu.

La cuisinière des Pateu, Élisabeth Prêtre, avec une partie de la famille

Au début de ce XX° siècle, les Pateu disposent d’une cuisinière, madame Élisabeth Prêtre que nous voyons à droite sur cette photo avec des membres de la famille Pateu.

Pateu-Robert installera d'abord son entrepôt et chantier au 19 rue de la Mouillère, puis son siège social.

Le 19 rue de la Mouillère siège de l’entreprise Pateu-Robert : entrepôt et chantier

En 1936, Pateu Robert dispose d’un entrepôt 17 bis rue de la Mouillère (à l’emplacement de l’ancienne maternité).

En 1949, Georges François Pateu cède ses parts à la famille Robert. Le capital est alors de 6 600 000 F (toujours anciens) sous forme de 6 000 parts nouvelles de 1 000 F.

L’entreprise a toujours son siège au 9 avenue Carnot.

L'entreprise Pateu-Robert installe au début du XX° siècle entreprise et familles au 9 avenue Carnot face à la villa médicis actuelle

Le 9 avenue Carnot, en face villa Médicis, siège, autrefois de Pateu-Robert

En 1951, le siège social est transféré 19 rue de la Mouillère.

En 1953, le capital est porté à 9 900 000 F sous forme de 6 600 parts de 1 500 F.

Et 1954 représente un tournant puisque Georges François Pateu et Paul Robert prennent leur retraite. sont donc nommés aux postes de gérants Pierre ROBERT, Maurice Robert, Michel Robert.

Nous poursuivrons l’historique de cette entreprise dans un prochain billet qui sera publié la semaine prochaine.

Sources: Mrs Roger Chipaux pour la partie généalogie, Alain Prêtre (remerciements pour la photo inédite, tous droits réservés), Christian Mourey, Mémoire Vive ville de Besançon,archives départementales du Doubs.

Voir l’article consacré aux entreprises du bâtiment présentes aux Chaprais dans les années 80 dont Pateu-Robert