Voirie : Vivre aux Chaprais reçue en mairie

Compte rendu de la réunion mercredi 28 janvier 2015
Rencontre entre Madame Marie Zehaf, Maire adjointe, M Daniel Mourot et M Alain Coillot du service de la voirie et trois représentants de l’association Vivre aux Chaprais : MM Fabien Bugnet Président, Christian Renard vice président et Thomas Lutz porte parole
1. Nous remercions nos interlocuteurs pour cette invitation, nous remarquons que plusieurs rencontres ont déjà eu lieu et que nos préoccupations et demandes n’ont guère changé. Nous espérons que les dossiers ne resteront pas bloqués plus longtemps.
2. Nos interlocuteurs nous informent d’emblée que «à la demande ou avec l’accord des commerçants du secteur de la rue de Belfort et de la rue du Chasnot un système de réglementation payant sera mis en place pour favoriser la rotation des véhicules» Nous exprimons des doutes sur l’enthousiasme des commerçants sur une solution qui vise à faire payer les clients de passage. Nous rappelons que l’association Vivre aux Chaprais défend le maintien d’une diversité des commerces et des services qui fait la spécificité du quartier. A ce titre, l’association Vivre aux Chaprais préconise depuis longtemps une formule de stationnement minute gratuit sous forme de zone bleue (avec disque bleu). On nous rétorque que ce système fonctionne certes bien dans de petites villes comme Ornans, mais pas dans de grandes villes (et Brest?) On nous indique que la surveillance du stationnement coûte cher, les recettes des parcmètres contribuent à en baisser le coût pour les contribuables. Nous faisons remarquer la discrimination subie par les commerçants de la rue de Belfort vis à vis du centre ville où l’on a 59 minutes gratuites dans les parkings. On demande quel est le bilan des « espaces de livraison » rue de Belfort. Nous observons la persistance de gros camions sur la voie publique juste à côté de ces espaces vides ! En revanche, un petit emplacement est nécessaire pour les livraisons du relais colis rue de la Rotonde. La discussion se termine sur un accord sur la finalité : assurer la rotation (éviter les voitures ventouses) et un désaccord sur la solution proposée.
Télécharger le courrier reçu à ce sujet en janvier 2015   repvoirie-statchasnot115
3. La prise en compte du point de vue des piétons. Y a-t-il un interlocuteur privilégié ? Pas spécifiquement, si ce n’est Madame Pauline Jeannin conseillère déléguée aux modes doux. Sans revenir sur l’action de l’association pour améliorer la sécurisation des itinéraires piétonniers lors des travaux du tram, nous faisons remarquer que ce point de vue du piéton est rarement pris en compte,. Il y a les passages protégés : nous demandons qu’il ne disparaissent pas à l’occasion de travaux (au dessus du pont Guillotin devant le 30 rue de l’église) il  faudrait attendre les beaux jours ? Il y a la traversée trop compliquée en bas de l’avenue Denfert Rochereau vers le pont. Il y a les trottoirs à refaire quelles priorités ? avenue Denfert, rue de Belfort à coordonner avec la réfection de la rue par le Conseil Général. Des aménagements ont été fait pour faciliter le passage des personnes en fauteuil roulant : trottoirs abaissés, plans inclinés au risque de susciter des chutes (non-voyants par exemple avenue Carnot près du local de l’association Valentin Haüy). Avec l’abaissement des trottoirs dans les virages les piétons ne se sentent guère en sécurité vis à vis des véhicules (y compris les bus) mordant sur le trottoir (ex rue Suard). On nous fait remarquer que la ville ne fait qu’appliquer la réglementation.

rue du Château rose armoire et tranchée pour la fibre optique
4. A propos de l‘état déplorable de bien des trottoirs (et parfois de la rue), nous faisons remarquer que c’est le résultat d’un usage de la voie publique par des poids lourds (camions ou engins de chantier). Cette occupation et dégradation est ensuite payée par les contribuables. Pourtant il existe une réglementation. Mais les entreprises et particulièrement celles qui réalisent des raccordements de réseau semblent intouchables. Elles auraient obligé la ville à réduire le temps (de 5 ans à 3 ans après une réfection de la voie publique avant de pouvoir la creuser à nouveau). Dans la pratique, à tout moment un chantier est ouvert, la boue s’étale, le trottoir est creusé puis vaguement rebouché, et il n’y a plus de continuité dans le revêtement. Les piétons doivent subir. Est-ce bien normal ?

Pub JC Decaux contre les crottes
5. De façon spécifique, nous sommes d’accord pour déplorer le comportement des certains propriétaires de chiens. Sans contester la campagne publicitaire (JC Decaux) contre « les crottes de la rue des Deux princesses » nous demandons quelles mesures concrètes sont prises ? Y a-t-il eu des amendes payées ? Pas encore ! Il y a seulement 2 médiateurs qui font de la sensibilisation.

Tags rue de Belfort en hauteur
6. Dans le même ordre de nuisances, nous évoquons l’enlèvement des tags que nous trouvons insuffisant. La ville aurait abaissé les tarifs d’abonnement, mais les tags en hauteur (ex rue de Belfort, rue des Chaprais… ) ne sont toujours pas enlevés ce qui suscite des vocations de grimpeurs chez les délinquants. On nous assure que les jeunes formés aux « arts graphiques urbains » avec le soutien de la ville (par exemple à l’ASEP)  ne sont pas du tout les mêmes que ceux qui dégradent les murs par des graffitis. Il paraît que de nombreux délinquants ont été interpellés par la police, mais on ne sait pas ce qu’il en résulte. Un seul nous est cité (bouc émissaire ?) « Toufik de Planoise » qui a du payer pour des affichettes collées sur des panneaux de signalisation. (pas aux Chaprais)

poteau au 85 rue Belfort
7. A propos de l’occupation du domaine public et surtout des trottoirs, on rappelle la présence gênante de poteaux en particulier au 85 rue de Belfort appartenant à Numéricable. Le Maire en personne a du se plaindre du laisser aller de cette entreprise, sans résultat. Une entreprise donc pas recommandable ! On est d’accord pour déplorer aussi ces armoires techniques abandonnées non fermées ou seulement emmaillotées de PVC comme rue Baigue. On est aussi d’accord pour déplorer les nuisances à proximité des fast-foods  ( déchets abandonnés et nuisances en tout genre). Mais quelles mesures ?

déchets de fast-food rue du Balcon
8. Nous rappelons notre demande de mesures pour éviter que les cyclistes (faute de pistes cyclables) ne mettent pas en danger les piétons en circulant sur les trottoirs déjà étroits par exemple rue de Belfort.
9. On demande un aménagement du rond point avenue Foch pour mieux faciliter le passage par l’avenue Edgar Faure. Réponse : il y aurait trop de contraintes techniques (même pour une pancarte  ?)

carrefour dangereux rue de Belfort / Rambaud
10. On demande si le réaménagement (complet) du carrefour rue de Belfort / passage Rambaud, rue du Chasnot/ rue de la Rotonde est encore envisagé.  Actuellement, il est dangereux : le passage piéton (trop éloigné et peu accessible) n’est guère utilisé par les piétons et cyclistes empruntant le passage Rambaud. Réponse : non l »idée n’est pas abandonnée, mais il faudrait attendre les travaux de l’immeuble au dessus de La Royale ! Objection, cela n’empêche pas les études

difficultés de croisement rue C. Fourier

Croisement difficile rue C. Fourier

11. Une bonne nouvelle, la décision est prise de mettre la rue Charles Fourier en sens unique descendant, il reste à faire quelques aménagements.
12. Nous avions plusieurs autres sujets de préoccupation comme le réaménagement de la place de la Liberté, la circulation des bus, le fleurissement de la place Flore etc  Mais plusieurs interlocuteurs sont concernés la CAGB principalement.
Conclusion : un échange de vues intéressant, un accord fréquent sur les principes mais des résultats qui risquent malheureusement de prendre encore du temps avant de se concrétiser

Bureau du directeur de la voirie

Nous avons été reçu durant plus d’une heure dans le bureau de M le directeur de la voirie

Télécharger le courrier reçu en décembre des services de la voirie  2014-12-17repZehaf