Association Valentin Haüy, Bibliothèque sonore, portrait de leurs responsables

Interview de M Michel Bloch et M Truchot Président et Président honoraire de l’association Valentin Haüy
Association Valentin Haüy MM Bloch et Truchot
et de M Michel Woronoff, Président de la Bibliothèque sonore

réalisée le 27 septembre 2012 , mise en ligne le 11 octobre republiée en décembre 2014

Vous êtes deux associations distinctes dans le même local, avec quel point commun ?
Nous sommes au service des personnes mal-voyantes ou non-voyantes. L’Association Valentin Haüy oeuvre pour le bien être des personnes, faciliter la vie de ceux qui voient mal ou pas. La Bibliothèque Sonore permet d’entendre des textes, même si on ne peut pas déchiffrer ou tourner les pages d’un livre. Nous sommes des gens qui se connaissent, se rencontrent. L’Association Valentin Haüy partage ses locaux avec la Bibliothèque Sonore

local de AVH et BS rue Krug
Pourquoi vous êtes vous installé à cet endroit ?
Auparavant, nous avions un local rue des Fontenottes, il était relativement accessible, mais trop petit. L’association Haüy a acheté ce local situé au coin de l’avenue Carnot et de la rue Krug, en face la BNP et l’église du Sacré Coeur. Il est plus vaste (sur deux niveaux) et normalement accessible aux personnes handicapées. Dans l’avenir, avec le tram, il sera bien placé entre deux stations.

local de l'AVH avenue Carnot en septembre 2012
Regrettez-vous cette décision du fait des travaux du tram ?
Il est vrai qu’actuellement, c’est mission impossible pour une personne non voyante de marcher seule avenue Carnot. il faut en prendre son parti, il est tout de même possible de venir accompagné ou d’envoyer un parent ou un ami venir à sa place au local.

6 octobre 2012 barrières mauves avenue Carnot et rue Krug
Pour contacter l’association Valentin Haüy

21 rue Krug tel 03 81 80 45 52
comite.besancon@avh.asso.fr

 

Quels sont les objectifs précis de l’association ?

Il s’agit d’aider les personnes aveugles ou malvoyantes, améliorer leur vie quotidienne, leur fournir du matériel, les aider dans des démarches administratives, les représenter dans des commissions. Par exemple, nous participons à la commission d’acessibilité de la ville de Besançon

Mal-voyant rue Krug

C’est une association nationale qui existe depuis quand ?
Créée en 1889, l’Association Valentin Haüy (prononcer A-U-I) a été reconnue d’utilité publique en 1891. Son fondateur, Maurice de la Sizeranne, devenu aveugle à l’âge de 9 ans, avait pour ambition de soutenir les aveugles dans leur lutte pour l’accès à la culture et à la vie professionnelle.
Aujourd’hui, et avec constance depuis 120 ans, l’Association Valentin Haüy poursuit l’objectif premier de son fondateur : lutter avec et pour les personnes déficientes visuelles pour la reconnaissance de leur droits, leur participation à part entière à la vie sociale et professionnelle, le développement de leur autonomie au quotidien, leur information et l’information du grand public sur la réalité du handicap visuel, les moyens de sa prévention et la nécessité de toujours faire évoluer le regard que la société, et parfois les personnes déficientes visuelles elles-mêmes, portent sur le handicap.
L’Association Valentin Haüy est présente dans toute la France. Son siège est à Paris. Elle compte 110 comités régionaux et locaux et 8 établissements
Concrètement que faites vous dans votre local 21 rue Krug ?
Nous tenons une permanence toutes les semaines, le jeudi après midi de 14 h 30 à 17 h 30. Il y a un téléphone pour nous contacter le 03 81 80 45 52.
Nous proposons du matériel spécialisé à prix coûtant des cannes, des montres parlantes etc … Nous avions un club informatique, mais il est suspendu actuellement faute de matériel récent et du fait d’une demande limitée. Pour répondre à des demandes ponctuelles, la formatrice, Mme Ilze Kuenzi se déplace à domicile.

Nouveauté 2014 : ll n’y a pas de changement d’horaires, mais, en ce qui concerne le club informatique, il n’est plus en sommeil, c’est un nouveau bénévole : Rémy Vuittenez qui se rend au domicile de personnes qui ont besoin d’aide. Deux autres activités on démarré à la rentrée, elles sont animées par une autre nouvelle bénévole : Véronique Loiseau, qui propose des balades accompagnées et des après-midi lecture.

Ilze Kuenzi
Une fois par mois, nous organisons une causerie avec un goûter. Par exemple, le 9 octobre nous avons invité un policier en retraite qui proposera son témoignage. Nous avons assez de place dans ce local qui est à deux niveaux avec accès de plein pied. En dehors du local, nous participons à des forums par exemple organisé par l’Agence Régionale de Santé. Nous organisons aussi un arbre de Noël (dans la salle paroissiale de Palente)
Combien de personnes rassemblez-vous localement ?
Nous sommes une centaine. Nous sommes loin du compte, il y a certainement beaucoup plus de personnes ayant des difficultés visuelles à Besançon et dans l’agglomération. Nous devons encore nous faire connaître. Les gens doivent savoir qu’ils peuvent trouver une aide ici. Nous ne faisons pas payer l’adhésion. Ce sont les activités qui sont payantes et nous touchons des subventions et recevons des dons.

passer sur le trottoir en face !
Pour favoriser l’accessibilité et le déplacement des personnes malvoyantes que faire concrètement ?
Cet objectif n’est pas facile à atteindre : cela coûte cher, il y a des immeubles trop anciens qui ne peuvent guère être aménagés. Il faut déjà intervenir préalablement aux constructions. De ce point de vue, il y a eu des progrès à Besançon grâce notamment à l’adjoint en charge de ces questions. Durant les travaux du tram, cela devient très difficile. Ce qu’il faut éviter ce sont les obstacles ou les trous qui ne peuvent pas être repérés d’avance. Le nouvel aménagement de la place Payot ne nous semble pas une réussite avec des surfaces lisses et au milieu des espaces en terre pas au même niveau. Les poteaux doivent être suffisamment élevés et avec un sommet contrasté (bicolore)

traverser la rue
Que peuvent faire ceux qui voient pour aider les mal-voyants ?
Beaucoup de personnes (environ deux millions en France) ont des difficultés visuelles. Très peu le font savoir, de peur d’être cataloguées comme « handicapées » . L’entourage risque de mal agir. L’association a édité un DVD Un regard pour deux, Conseils à l’usage de ceux qui voient
Que faire au carrefour, dans la rue, au bureau, au restaurant, le chien guide, les différentes formes de malvoyance

Michel Woronoff Bibliothèque sonore
M Worornoff,  vous êtes président de le Bibliothèque Sonore du Doubs à Besançon, depuis quand ?
Depuis 6 ans. L’association existe depuis 40 ans au niveau national et depuis une vingtaine d’années au niveau local.
Bibiliothèque sonore
Pour contacter l’association tel 03 81 80 45 52 permanence au 21 rue Krug le jeudi de 14 h 30 à 17 h 30

Bibliothèque sonore AVH
Quel est l’objectif de cette association ?
Nous nous adressons aux malvoyants, non voyants et aux handicapés moteurs qui ne peuvent pas tourner les pages d’un livre. Nous leur offrons des livres enregistrés en fichier MP3 L’envoi et le retour est gratuit. Environ 200 personnes empruntent ces enregistrements.
Combien de livres avez-vous enregistré ?
Nous en avons enregistré 700 localement. En vingt ans, nous avions beaucoup enregistré de livres en cassettes. Mais ce procédé est dépassé et fragile, nous avons du jeter tous ces vieux enregistrements.

Jean Echenoz  : Courir
Quels genres de livres proposez-vous ?
Il y a une certaine diversité : par exemple dans les plus récemment enregistrés, il y a Courir d’Echenoz, Le voyage du père de Bernard Clavel, Mémoires d’Outre-tombe de Chateaubriand, Le vent du soir de Jean d’Ormesson, Le Horla de Maupassant, le cri de la mouette d’Emmanuelle Laborit, des romans de Mary Higgins Clark, L’art de bien vieillir de Anselm Grün etc …Nous partons du principe qu’on enregistre bien que ce qu’on aime bien. Ce sont donc les donneurs de voix qui choisissent. On ne retient cependant pas les livres sectaires d’un point de vue politique ou religieux.

AVH et Bibliothèque sonore
Qui réalise ces enregistrements ? Quelles qualités faut-il avoir ?
Les donneurs de voix sont des bénévoles. C’est un travail assez difficile, il faut du temps. On enregistre une demi heure, puis on s’arrête. Il faut avoir une voix compréhensible qui passe bien. Evidemment parmi les lecteurs, il y a beaucoup de retraités, des enseignants, mais pas uniquement.
Combien de personnes empruntent ces enregistrements ?
Environ 200 personnes empruntent. Il pourrait y en avoir davantage. Nous ne sommes pas encore assez connus. C’est pourquoi nous participons à des salons comme Les Mots Doubs

Michel Woronoff Président honoraire de l'Université
Quel a été votre parcours professionnel ?
Je suis universitaire, professeur de Langue, Littérature et Civilisation de la Grèce antique
Directeur-fondateur de l’Université Ouverte en 1981, Président de l’Université de Franche-Comté en 1991. Acuellement Président honoraire.
Que pensez-vous du quartier des Chaprais ?
Je n’y habite pas, mais je le connais assez bien. Ma fille et mon gendre habitent rue de Belfort, tous mes petits enfants ont été à l’école primaire des Chaprais. C’est un quartier agréable avec beaucoup de commerces et de services de proximité, ce qui est rare.
Quelles suggestions pour améliorer le quartier ?
Actuellement, il y a beaucoup de travaux. Pour l’avenir, c’est encore trop tôt pour faire des propositions précises. Il est certain que le passage du tram va faciliter la vie.

tram avenue Carnot devant le Sacré Coeur