Concert aux Oiseaux : Laetitia Sheriff

Quand :
12 février 2015 @ 20:30 – 23:00
2015-02-12T20:30:00+00:00
2015-02-12T23:00:00+00:00

Laetitia Sheriff en concert dans le cadre du festival Generiq
au FJT Les Oiseaux 58 rue des Cras
Laetitia Sheriff

Cela fait précisément dix ans que, armée de sa basse frémissante et de sa voix entêtante, Laetitia Shériff a surgi – avec l’album Codification – dans le paysage du rock indépendant français, y inscrivant d’emblée une empreinte farouchement singulière. Après Games Over (2008) et divers projets menés en parallèle dans l’intervalle (le groupe Trunks ou des musiques pour des films documentaires et des spectacles), elle sort un troisième album solo à la fois sombre et scintillant, qui pourrait bien être son meilleur. Tiraillées entre ballades électriques (Fellow, A Beautiful Rage II) et estocades soniques (The Living Dead, To Be Strong), ces dix chansons forment un ensemble aussi ardent que cohérent (entièrement en anglais dans le texte), porté tout du long par une écriture au cordeau et une interprétation à fleur de peau. Fi des comparaisons avec PJ Harvey, Kim Gordon ou Kristin Hersh : Laetitia Shériff s’affirme ici avec une belle autorité et, visant parfaitement, atteint l’auditeur en plein coeur Les InRocks

Contrairement au patronyme qu’elle s’est choisi, Laetitia Shériff n’est pas du genre à (faire) respecter la loi. Elle serait même plutôt de ceux qui la transgressent avec gourmandise, comme en atteste la liste de ses collaborateurs par le passé, tous des vandales de la bien-pensance musicale (l’immense saxophoniste de jazz François Jeanneau, la diva punk Lydia Lunch, le producteur de musiques électroniques Robert Le Magnifique, l’expérimentateur Noël Akchoté ou encore le guitariste polymorphe Olivier Mellano…).

En dix ans, sans aucun plan de carrière réfléchi à l’avance, la chanteuse/bassiste a su laisser son empreinte indélébile sur une poignée de disques exigeants, sous son nom ou bien sous un autre (Trunks), mais également dans des BO de documentaires, au cinéma, au théâtre ou dans des spectacles de danse.
Néanmoins la véritable performance de Lætitia Shériff, c’est de réussir à justement canaliser cette soif de liberté, à formater son audace formelle. Son dernier disque, « Pandemonium Solace and Stars », est ainsi une petite merveille de rage lumineuse, de désespoir fertile, qui l’autorise désormais à marcher dans les pas d’illustres aînés comme Scott Walker, Neil Young ou Nick Cave. Bien sûr, dans sa discothèque personnelle, on imagine que les disques de Sonic Youth, Dominique A ou The Breeders tiennent également une place de choix. Elle en partage les obsessions en tout cas. Et l’art de la mélodie sournoise, comme par exemple celle du refrain de « The Living Dead » qui vous poursuit toute la journée.

Épaulée par son vieil ami Thomas Poli (guitariste de Montgomery et collaborateur de Dominique A), le batteur Nicolas Courret (Eiffel) ainsi que la violoniste Carla Pallone (Mansfield.TYA) invitée sur trois titres, Lætitia Shériff voyage ici entre la « Daydream Nation » de Sonic Youth et le « Hips And Makers » de Kristin Hersh, quand le son clair des guitares voudrait ignorer encore un instant le grondement inquiétant de la basse. Mais qu’elle vous attrape par le colback et vous crache son « Wash » au visage ou qu’elle vous bouleverse par l’intensité de son « A Beautiful Rage II », la Shériff vous remue toujours de l’intérieur. Parce qu’au grain de sa voix, au son de ce disque équilibriste, on sent qu’elle ne triche pas. Qu’elle ne peut pas.« It sounds like Love » susurre la belle à la fin du « Far & Wide » tout en suspension qui clôture cet album. Il y a de ça effectivement.
Voir sa page Facebook

concert payant : 5€ en location
réservation vivement conseillée sur le site de la rodia : www.larodia.com

Categories:

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée
Champs obligatoires*