Blaise Cendrars au CDN

Quand :
25 mai 2016 @ 19:00 – 22:15
2016-05-25T19:00:00+02:00
2016-05-25T22:15:00+02:00

Dernières représentations de Braise et cendres, la vie rêvée de Blaise Cendrars au CDN

Un texte et une interprétation à ne pas manquer !

CDN mai juin 2016

D’après les œuvres autobiographiques et poèmes de Blaise Cendrars  adaptés et mis en scène par Jacques Nichet interprétés par Charlie Nelson

Blaise Cendrars, pseudonyme de Frédéric Louis Sauser est né à la Chaux-de-Fonds  en Suisse  le 1er septembre 1887, d’une mère écossaise et d’un père Suisse . C’est un adolescent rebelle, qui abandonne ses études de médecine puis de lettres pour entreprendre de grands  voyages, Russie, Chine, Afrique, Brésil. Lors de son périple en Amérique en 1912, il compose son premier grand poème Les Pâques à New York. De retour à Paris en 1913, il fréquente le milieu des peintres et publie  La prose du transsibérien et de la petite Jehanne de France avec des compositions en couleurs de Sonia Delaunay-Terk. un poème-tableau de deux mètres de hauteur, présenté sous forme de dépliant.
Blaise Cendrars
Dès le début de la guerre, il s’engage dans la Légion étrangère. En 1915,  il est grièvement blessé et perd un bras. Après la guerre,  il  écrit désormais de la main gauche, il publie Les poèmes élastiques (1919). Lassé des milieux littéraires parisiens, il voyage en Amérique du sud et en Afrique noire, où il se passionne pour la culture orale et compose des recueils de contes, Anthologie nègre (1921) , Petits contes nègres pour les enfants blancs  (1928) ,Comment les blancs sont d’anciens noirs (1930).
A partir de 1924, il écrit de moins en moins de poèmes et se consacre à l’écriture de romans, de reportages, de nouvelles. C’est en 1925,  qu’il publie son œuvre la plus célèbre, L’or, épopée californienne, puis en 1926 Moravagine que lui a inspiré sa rencontre avec un fou dangereux interné pour homicide dans une clinique près de Berne, et Les confessions de Dan Yack en 1929. De 1930 à 1941, il publiera une série des longs reportages. En 1945 il publie L’homme foudroyé puis en 1946 La main coupée , roman dans lequel il dénonce « l’ignominie » de la guerre. Il est mort pauvre et malade à Paris, le 21 janvier 1961.
Selon Jean Pierre Rosnay,  « Blaise Cendrars célébra avec une rare authenticité, et une langue qui lui ressemble en tout points – c’est à dire une langue audacieuse et novatrice – le monde moderne naissant, avec ses machines à n’en plus finir, ses gares qu’il compare à des cathédrales et tous les visages anxieux ou étranges qu’il croise au cours d’un siècle qui découvrait la vitesse et les grands espaces, dans un tumulte de révolution et de guerre »

« Écrire, c’est brûler vif, mais c’est aussi renaître de ses cendres », écrivait Blaise Cendrars, qui fit de la braise et des cendres son nom de plume, sans aucun doute une plume de phénix. Cette renaissance par l’écriture donne vie à des textes autobiographiques où le rêve le dispute à la réalité. Couchés sur le papier au cœur de la nuit comme la transcription d’un songe, récits et poèmes suivent le cours tortueux du labyrinthe de la mémoire.

Charlie Nelson au CDN

Jacques Nichet, pour souffler sur les braises de ces textes prêts à rougeoyer de nouveau, confie à Charlie Nelson le rôle d’un conteur capable de convoquer, d’un simple geste ou d’une inflexion de la voix, les fantômes qui accompagnaient le poète dans sa nuit. Seul en scène, le comédien fait résonner la gouaille d’un homme fraternel, sa vivacité et sa puissance d’imagination face aux incertitudes d’un monde violent. Les cauchemars de l’enfance, les voyages avec leur lot d’enthousiasme et d’amertume, la terreur et les mystères de la Grande Guerre, la fragilité d’une amie suicidaire, autant d’épreuves affrontées sans céder au désespoir et illuminées par l’écriture poétique. Non pensée pour la scène, la parole vive de Braise et cendres se révèle pourtant profondément théâtrale, dans sa capacité à croiser visible et invisible par la puissance d’incarnation charnelle qu’elle contient et déploie.

D’après les œuvres autobiographiques et poèmes de Blaise Cendrars :
Œuvres autobiographiques complètes, Tomes I et II, édition sous la direction de Claude Leroy, Collection La Pléiade, Gallimard, 2013.
Partir, Poèmes, romans, nouvelles, mémoires, Collection Quarto, Gallimard, 2011.
Du monde entier au cœur du monde, Poésies complètes, Gallimard, 2006.

Braises et cendres au CDN

Au CDN les  24 et 25 mai à 20 h et le 25 mai à 19 h

Réservation au 03 81 88 55 11

Avenue Droz, esplanade Jean Luc Lagarce

Categories:

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée
Champs obligatoires*