La poste des Chaprais est fermée pour travaux : retour sur son Histoire….

Comme vous avez pu le constater, la poste des Chaprais est fermée pour travaux de rénovation jusqu’au mois de novembre de cette année. Nous avons déjà évoqué dans deux articles histoire de cette poste. Mais à l’occasion de ces travaux, il ne nous semble pas inutile de revenir sur son histoire et ce, en vous rapportant les propos écrits du journaliste l’Est Républicain daté du 22 septembre 1965, quelques jours avant son ouverture. Vous pourrez constater l’émerveillement de ce journaliste qui semble avoir trempé sa plume dans l’encrier des Postes et Télécommunications pour écrire son article.

Bureau de poste en 1965

 

La Poste en septembre 1965 : depuis, le marbre noir a vieilli….

Bureau de poste octobre 19

La façade aujourd’hui ..

marbre du bureau de poste en 2019

Le marbre aujourd’hui

L'Est Républicain 22/9/19

 » RENOUVEAU DANS LES POSTES BISONTINES

Petit « Palais de marbre » le bureau des Chaprais ouvre ses portes lundi

La « grande dame des Postes » qui, dans Besançon, conservait le charme de plus en plus vieillot de ce début de siècle, voire de la seconde moitié du précédent, a décidé de se rajeunir. Nous allons bientôt l’apprécier dans de nouveaux atours qui lui redonneront l’allure raffinée et distinguée qu’elle avait indiscutablement perdue.

Une opération « mode » se termine au Chaprais, une autre débute à Battant. La grande poste centrale laissera-t-elle ses petites sœurs de quartier faire preuve de coquetterie sans donner elle-même le ton ? On l’ignore encore. Mais sans doute un jour viendra où elle aussi secouera la poussière de ses anciens amis pour se présenter, pimpante et souriante. En ce qui concerne la grande poste, l’opération est, on le conçoit, extrêmement délicate car se posent les problèmes communs à toutes les réalisations importantes c’est-à-dire celui de l’emplacement, de l’accès des parkings, et nous en passons. Toujours est-il que rechercher dans Besançon une heureuse solution au seul problème que nous venons d’énoncer, peut conduire le plus optimiste des hommes aux limites de la crise nerveuse. En plus, et dans un tel cas, il ne peut être question de faire de l’urbanisme au « petit pied ». Et si l’on veut être objectif, il ne saurait être question de reprocher à l’administration de ne pas s’engager, sans que sa décision n’intervienne après mûres réflexions.

La fin de la « poste prison »

les Chaprais seront donc que le premier quartier bisontin a bénéficié de ce modernisme qui, depuis quelques années, s’inscrit dans la politique d’aménagement et d’équipement des PTT. Avec l’aide des municipalités, cet effort s’est déjà manifesté dans nos campagnes. On se doit de souligner que les  PTT ne sont pas tombés dans le travers des « bureaux types », ce qui nous aurait valu des immeubles sortis du même moule. Partout ils sont fort agréables à contempler. Partout ils s’inscrivent dans le cadre des pays où elles sont implantées. Partout aussi, il marque la fin de ces « postes prisons » où les receveurs et les « demoiselles des postes » étaient enfermés tels des bêtes curieuses malfaisantes derrière d’inesthétiques grillages. Faites l’essai : pour sourire un client que vous apercevez découper en petits carrés, il faut presque faire preuve de mauvais esprit. Depuis que les bureaux sont clairs, aérés, fleuris, que rien ne brise le contact entre l’employé et l’usager, l’ambiance s’est nettement améliorée. Tout le monde y gagne, et si le prix des timbres n’était pas si élevé, se rendre à la poste deviendrait véritablement un plaisir.

Une des plus belles façades de la rue de Belfort

ce double aspect de la profession et du service que l’on est en droit d’attendre des PTT existe au Chaprais. Rue de la liberté, les usagers se rendront quelque jours encore dans son bureau assez sombre qu’ils connaissent depuis toujours.

ancien bureau de poste

Le vieux bureau de poste de la rue de la Liberté en 1965

Mais en fin de semaine, ce sera le grand déménagement pour gagner l’immeuble spacieux ouvert à quelques 200 m dans la rue Belfort.

Il possède la plus belle façade de cette rue avec son revêtement de marbre que l’on retrouve à l’intérieur dans le vaste hall d’accueil du public.

Incontestablement les PTT n’ont pas lésiné sur les moyens. C’est là une recette postale moderne, avec table, fauteuils, cabines téléphoniques ultramodernes de même que l’éclairage et l’insonorisation. Le tout est parfaitement disposé. Si la clientèle n’est pas satisfaite c’est qu’elle sera difficile.

guichets du bureau de poste en 1965

L’intérieur du bureau de poste rue de Belfort, avant son ouverture au public

Ce bureau ouvrira ses portes lundi 27 septembre. Jusqu’à cette date, les opérations se traiteront toujours rue de la Liberté.

À Battant la même opération de rajeunissement est en cours. Dans quelques mois on ne reconnaîtra pas le vieux bureau (et en écrivant « vieux » nous somme vraiment modeste au choix des qualificatifs). Les murs extérieurs étant sous la protection des Monuments historiques, il ne faut pas s’attendre à les voir se transformer en marbre, mais très certainement ils feront quand même un brin de toilette.

Voilà donc deux heureuses réalisations à l’actif des Postes et Télécommunications. »

Début octobre 1965, ce bureau sera inauguré officiellement. Nous aurons l’occasion d’y revenir, puisque dans les discours officiels, nous avons découvert de nouveaux renseignements à caractère historique.

Source : Est Républicain

Crédit photos : B. Faille site Mémoire vive Besançon ;JCG.