Il y a soixante-quinze ans, les combats pour la libération de Besançon commençaient…

Il y a 75 ans, la ville de Besançon était libérée grâce à une action conjointe de l’armée américaine et des Résistants.

75° Libération Besançon

M. Gautier Jacmaire, est l’auteur d’un mémoire de master d’histoire (2013-2015) intitulé « Besançon Area » : les combats pour la Libération de Besançon et son secteur en 1944 ». Il indique, entre autres, à ce sujet :

« Besançon elle-même n’a pas beaucoup souffert lors de sa libération. Quatre jours de combats seulement, avec très peu de victimes civiles et de dégâts matériels. Certaines villes ou villages furent le théâtre de plusieurs semaines de combats acharnés, et furent presque complètement rasés. Ce fut le cas par exemple de Saint-Lô en Normandie, surnommée la  « capitale des ruines » par les Américains ou le village de Bennwihr en Alsace ». 

Quel est donc le bilan des victimes civiles ?

S’appuyant sur les chiffres publiés par le Colonel Dutriez dans son ouvrage « Septembre 1944, le 6e corps libère Besançon »

Colonel Dutriez septembre 44

 

M. Gautier Jacmaire retient « plus de 50 tués dont 29 à l’intérieur de l’agglomération de Besançon. La cause de ces victimes civiles est, d’après Michel Marlin, davantage à mettre au crédit d’une certaine imprudence. En effet, beaucoup d’entre eux ont bravé les dangers de la guerre et ont osé sortir de chez eux en plein milieu des combats, atteints alors par un obus de mortier, une balle perdue ou, plus rarement, pris délibérément pour cible par des tireurs. ».

Des obsèques collectives de ces victimes ont été organisées dès le 11 septembre 1944 à l’hôpital Saint-Joseph (le lycée avait été réquisitionné afin d’en faire un hôpital militaire français, puis après la défaite et l’occupation,  un hôpital militaire allemand).

Obsèques 11 septembre 44

Le premier journal à reparaître dans la ville « Les Nouvelles de Besançon », et ce, dès le 10 septembre 1944, publie dans son édition du 11 septembre, la liste des victimes : en tout 34 noms auxquels s’ajoutent 18 des 24 résistants tués lors des combats. A ces 34 doivent s’ajouter 4 autres noms qui apparaissent dans une liste publiée par la mairie et conservée aux archives municipales.

Lors de la réunion du Comité Local de la Libération, sous la présidence du Docteur Maître, en lieu et place du conseil municipal, le 30 octobre 1944, il est décidé la prise en charge des frais d’enterrement des victimes civiles : 73 au total. Cette différence peut s’expliquer par des décès survenus tardivement entre le 11 septembre et la fin du mois d’octobre 1944, suite à des blessures reçues lors de ces combats.

Américains rue de Belfort

Les américains rue de Belfort

Jeep US rue de Belfort

Mais seuls les noms de 62 victimes sont, à ce jour, connus, si l’on tient compte des 24 résistants.

Nous leur rendons donc hommage. Cette liste figure dans la brochure éditée pour ce 75° anniversaire.

75 ans Libération

Dans le cadre de ce 75° anniversaire de la libération de Besançon, deux conférences d’Histoire sont prévues, organisées par la commission patrimoine et partage du Conseil Consultatif des Habitants Chaprais/Cras.

Conférence d’Anne-Laure Charles sur Besançon sous l’Occupation

Vendredi 6 septembre 2019, Petit Kursaal, 17h00

(entrée libre dans la limite des places disponibles) 

Il y a 75 ans, les forces américaines, appuyées par celles de l’Armée B du général de Lattre de Tassigny et des membres de la Résistance locale, permettent la libération de Besançon le 8 septembre 1944. L’occupation de la ville par l’Armée allemande avait débuté le 16 juin 1940 : quelles entités allemandes sont alors en place pendant la guerre ? De quelle(s) manière(s) leur nombre et leur composition fluctuent-ils ? Comment l’administration française locale et les Bisontins appréhendent-ils cette présence ennemie, et quelles caractéristiques se dégagent de leurs relations tout au long de l’Occupation ? 

Historienne contemporanéiste, Anne-Laure Charles termine actuellement sa thèse consacrée à la capitale comtoise à travers la Seconde Guerre mondiale, sous la direction de Paul Dietschy, professeur d’histoire contemporaine et directeur du Centre Lucien Febvre, à l’Université de Franche-Comté.

Conférence de Gautier Jacmaire sur les combats de la Libération de Besançon

Samedi 7 septembre 2019, 14h30

Lycée Saint Joseph, 24 avenue Fontaine Argent

(entrée libre dans la limite des places disponibles) 

Suite au débarquement sur les plages de Provence le 15 août 1944, les troupes alliées poursuivent les armées allemandes en retraite vers le nord. Le 4 septembre 1944, la 3e division d’infanterie américaine arrive aux portes de Besançon. S’en suivent quatre jours de combats intenses qui se concluent par la libération de la ville le 8 septembre 1944. Quelle fut la stratégie américaine concernant la capitale comtoise ? Comment les Allemands organisèrent-ils la défense de la ville ? Quel rôle ont joué les FFI lors de ces quatre jours de combats ? Et quel fut le bilan humain et stratégique de cette libération ? 

Passionné d’histoire militaire, Gautier Jacmaire est diplômé d’un Master en histoire contemporaine dont le mémoire traite des combats de la Libération de Besançon. Travaillant depuis 3 ans dans le Nord de la France sur divers sites des deux guerres mondiales, il continue en parallèle ses recherches sur l’engagement américain à Besançon.

Fleurissement des tombes des Résistants tués lors des combats pour la libération de Besançon

Pour le cimetière des Chaprais

RDV le samedi 7 septembre à 10h00

au pied de la grande croix de mission

Et le dimanche 8 septembre 2019, à 18h30

Cérémonie officielle à la Citadelle

flyer libé 2 001 (2)

Photos : collection C. Mourey, Musée de la Résistance, photothèque ville de Besançon