Il y a 150 ans, se déroulait la première course de vélocipèdes entre Paris et Rouen…

Avec le Tour de France, le vélo est, en ce moment,  à l’honneur! Or, il y a 150 ans, le 7 novembre 1869, se déroulait la première course organisée pour les vélocipèdes, entre Paris et Rouen, soit une distance de 123 km!

Course de vélos 1869

 

La course de 1869

Mais quel rapport avec notre quartier les Chaprais ? Il se trouve que l’un des héros de cette course qui compta quelques 202 inscrits, mais seulement 120 concurrents au départ ..et 34 à l’arrivée!… est enterré au cimetière des Chaprais.

Il avait alors terminé la course 2° ex eaquo avec André Castera, à un quart d’heure du premier, James Moore arrivé à Rouen à 6h10 du soir (18h10) alors que le départ avait été donné, à Paris, à 7h30!

Ce héros vélocipédique qui termina donc second avec André Castera se nommait Auguste Célestin BOBILLIER. Il n’était pas bisontin d’origine : né dans l’Isère le 30 janvier 1849, il épousa la fille d’un bisontin connu, le docteur Perron.

Après une brillante carrière militaire dans l’artillerie, le capitaine Bobillier fut décoré, en 1893, de la Légion d’Honneur. Il mourut à Besançon, à son domicile, au 11 avenue Villarceau, le 19 mai 1911. Il est donc enterré dans le caveau familial des familles Brocard /Perron (carré A7, concession perpétuelle n° 2769 ), la mère de la fille du docteur Perron ayant pour nom de jeune fille Eugénie, Marie, Joséphine BROCARD.

tombe Brocard Perron

P1070447

Pourquoi une telle course? Initiée par la Compagnie Parisienne de Vélocipèdes, il s’agissait en fait de relancer la fabrication de ces engins.

vélocipède parisien 2

Et la revue Le Vélocipède illustré » daté du 30 septembre 1869 : « La majeure partie des personnes qui ne monte pas à véloce se figure que c’est un exercice très fatigant. Il faut leur démontrer le contraire et gagner ainsi des adeptes à la bonne cause. Il faut leur montrer qu’avec le Bicycle, on peut parcourir des distances considérables, avec une fatigue incommensurablement moins grande que celle que produit la marche, et dans un temps beaucoup plus court. En présence de faits constatés, le public se rendra compte des mérites réels du Vélocipède à qui l’on peut demander hardiment des économies de force et de temps ».

le vélocipède illustré

Il était précisé par voie d’affiche que le premier prix était de 1 000 francs, le 2° un vélocipède et le 3° une daille d’or…Chacun devant recevoir une médaille de bronze s’il accomplissait le parcours en 24h! Ce qui fut le cas de Miss America, une des quatre femmes engagées (2 devaient abondonner très vite…) : elle arriva à Rouen à 6h20 du matin et fut classée 29°! En fait, nous révèle M. François Robin, Président du vélocipède club parisien et descendant d’Auguste Célestin Bobillier, Miss America était une…lyonnaise!

Il faut noter que A.C. Bobillier était venu de Voiron à Paris, afin de participer à cette course, avec son vélocipède. Il impressionna beaucoup le public, relevait la presse de l’époque, car, à l’arrivée, alors des coureurs apparaissaient « …pâles, amaigris et les yeux cernés… » , lui  n’avait pas l’air fatigué! pourtant son « véloce » pesait quelques 40 kg. Il était dû à Alfred Berruyer de Grenoble et était à jambes étrières. C’est à dire qu’il avait une béquille!

caducètres pour vélos

Après ce premier Paris/Rouen, il fut organisé 11 courses semblables en France avant que n’éclate la guerre de 1870.

C’est ainsi qu’à Besançon, le club de vélocipèdes de la ville, organise une course entre Besançon et Baume les Dames (32 km) le 21 novembre 1869. 9 coureurs franchirent la distance : Zaremba, le vainqueur parcourut la distance en 2h 18 minutes.

Nouvelle course le 10 juillet 1870 : Dijon/Besançon, 95 km : 14 coureurs engagés. C’est Albert LAUMAILLE, de Chateau-Gontier qui la remporta en 5h20 minutes. Le 8°, Dubois, devait arriver 2h49 plus tard!

Des courses furent ensuite organisées en Belgique, en Italie et en Angleterre. Mais le vélo avait été déclaré « fils de France »!

Sources :https://parisrouenavelocipede2019.wordpress.com/histoire/ M. François Robin; M. Keizo Kobayashi « Histoire du Vélocipède de Drais à Maichaux : 1817- Mythes et réalité ».

histoire du vélo