Le distillateur FAIVRE-CHALON, rue des Chaprais : récit d’une enquête…

Tout commence par la découverte, sur le net, de ce dépliant publicitaire de la distillerie Faivre-Chalon, située rue des Chaprais. C’est notre ami Guy Renaud qui la découvre, et qui la transmet à quelques uns de ses contacts susceptibles de le renseigner sur cette distillerie et son histoire.

tarifs alcools Faivre Chalon

Ah! Les liqueurs « logées en litres ».. L’absinthe (ce qui implique que cette publicité date d’avant l’interdiction de l’absinthe, en 1914)

M. Christian Mourey, commerçant bien connu, sous l’enseigne « Battant Musique », féru d’histoire locale, est le premier à avoir  réagi et a suggéré une piste au 14 avenue Fontaine-Argent :

« De 1899 à 1926, j’ai identifié un Faivre Chalon, distillateur au 14 Avenue Fontaine Argent, îlot industrieux,dans une rue industrielle. Je vous joins une photo. Je n’ai rien trouvé rue des Chaprais. »

 Le 14 avenue Fontaine Argent (photo C. Mourey DR)

Jean-Claude Goudot suggère à son tour « … la piste  de Mouterde comme ayant été, peut-être, le successeur de ce Faivre-Chalon avenue Fontaine-Argent, puisque le 14 communique, via le local actuel des Encadreurs (qui, de ce fait sont accessibles tant par le 14 avenue Fontaine Argent que la rue de la Mouillère), Mouterde dont le local est installé au 15 rue de la Mouillère ».

Vins et cidres Mouterde

Vins et cidres Mouterde

C’est au tour de Guy Renaud de réagir: « je vous joins des éléments pour situer les « vins et cidres » de la rue de la Mouillère. Et l’incendie de la vinaigrerie en 1904 au même endroit ! ». Belle piste en effet mais qui va nous conduire tout droit, d’après les photos à l’ancienne clinique de la rue de la Mouillère: mais là, il s’agit d’une autre histoire que nous ne manquerons pas de vous conter dans un prochain article…

Mouterde rue de la Mouillère

Montage photos, légende Guy Renaud (DR)

Aussi Christian Mourey vient nous éclairer :

   »  Les établissements Mouterde sont éloignés du 14 av. Fontaine-Argent. Ils en sont même séparés par les dépôts entre autres,                   Pateu-Robert (en PJ lors de la reconstruction de l’échauguette de la citadelle détruite à la Libération, voir photo ci-dessous). Ils affichent « vin et cidre », alors que Faivre- Chalon est spécialisé dans les produits de distillation ».

Pateu et Robert

Cette dernière photo, a été prise par M. André Perreau, Dr vétérinaire au 11 rue de la Mouillère devant le dépôt Pateu Robert. Aujourd’hui décédé, sa famille nous  a aimablement permis de la reproduire ici (mais les droits restent réservés). Elle ouvre d’ailleurs de nouvelles perspectives à propos de Pateu-Robert sur lequel nous avons déjà écrit sur ce blog…

Le mot de la fin appartiendra à M. Roger Chipaux qui met ainsi tout le monde d’accord et confirme que Christian Mourey était sur la bonne piste!

Car Roger Chipaux est, entre autres, généalogiste et…il a acheté sur le net, ce flyer. De ce fait, il s’est livré  à une étude généalogique détaillée dont il nous a livré les conclusions. Merci Roger. En voici les grandes lignes.

Le distillateur qui nous a conduit à cette enquête est bien Charles Ulysse Faivre Chalon (son prénom n’était pas précisé). Il est originaire des Fins où il est né en 1845. Il est décédé en 1911. Il s’est marié à Besançon en 1881 avec Lucie,Marie,Stéphanie Magnenet décédée en 1891.

Il est identifié comme distillateur rue des Chaprais en 1882 puis 1894.

Ils ont  eu un fils, René,Just, né à Besançon en 1882, décédé dans notre ville en 1969. Et il occupait le métier de marchand de vin et spiritueux au 14 avenue Fontaine Argent.

Ces entrepôts avec cuves existeraient toujours de nos jours…Mais il ne coule plus de vin, pas plus qu’aux entrepôts Union de l’avenue Carnot! Mais ceci est une autre histoire.

Et, pour nous résumer,voici donc un mystère levé et trois nouvelles pistes à creuser…..

Si vous êtes intéressé(e), vous aussi par ces échanges, si vous avez des questions, des photos anciennes du quartier, des publicités et autres qui vous interrogent, écrivez nous! Et rejoignez nous dans cette modeste démarche de recherche concernant la vie, autrefois, aux Chaprais.

J.C.G.