Du théâtre au CDN en automne

Après avoir proposé au début des vacances scolaires  un spectacle pour enfants très apprécié :

Tristesse et joie dans la vie des girafes

CDN Girafe

Girafe est une petite fille de neuf ans, ainsi surnommée parce qu’elle est très grande pour son âge. Elle vit avec son père (au chômage) et son ours en peluche dénommé, Judy Garland. Il dit plein de gros mots

CDN girafe et son ours

Elle a besoin d’argent pour finir son exposé sur l’animal qui lui vaut son surnom et part à l’aventure.

CDN comédiens Girafes

Tristesse et joie dans la vie des girafes est une pièce de Tiago Rodrigues  avec Marc Berman, Jean-Toussaint Bernard, Maloue Fourdrinier, Christophe Garcia

Le CDN présente le jeudi 8 novembre 2018 à 20 h

Le jeu de l’amour et du hasard de Marivaux

CDN Marivaux jeux

Dorante et Silvia doivent se marier, sans s’être jamais vus. Pour observer son promis, Silvia échange ses vêtements avec sa servante Lisette, sans savoir que Dorante a fait la même chose avec son serviteur Arlequin. Dans une double illusion qui s’annule, les maîtres craignent de s’éprendre d’un inférieur, tandis que les valets vivent le fol espoir d’échapper par un mariage à leur condition subordonnée. Mettant en scène ce jeu cruel, Benoît Lambert confie à une jeune troupe le soin de mener de front lutte des classes et guerre des sexes.

Texte de Marivaux, mis en scène par Benoît Lambert avec Robert Angebaud, Rosalie Comby, Etienne Grebot, Edith Mailaender, Malo Martin et Martin Sève en alternance, Antoine Vincenot

Une production du CDN de Bourgogne

 

Les 13, 14 et 15 novembre, Je suis d’ici et d’ailleurs 

de Violaine Schwartz avec Fanny Bernardin, Maya Guyot, Louna Loew, Juliette Mouteau, Xenia Sartori

Je suis d'ailleurs et d'ici

Ils viennent d’Erevan, de Prizren, de Nouadhibou : d’ailleurs. Ils vivent maintenant à Besançon : ici. Violaine Schwartz a recueilli la parole d’anciens et d’actuels demandeurs d’asile rencontrés par le biais du Collectif de Défense des Droits et Libertés des Étrangers. À partir de leurs témoignages, elle a écrit plusieurs courtes pièces qui donnent à entendre la voix de personnes en exil, à la recherche d’un lieu où reprendre vie. Sur scène se rejouent la violence qui a forcé ces exilés à partir de chez eux, le hasard des chemins parcourus, la dureté et l’arbitraire des lois, l’angoisse des papiers à remplir, l’attente infinie d’une réponse positive en leur faveur, mais aussi les moments de répit, de solidarité, de partage. Après Comment on freine ?, qui tissait des liens entre les tragédies d’ailleurs et la vie d’ici, et Tableaux de Weil, écrit à partir des témoignages d’ouvrières du textile à Besançon, Violaine Schwartz poursuit avec Je suis d’ailleurs et d’ici l’exploration politique de la parole brute et sa transformation poétique en langue de scène. Le théâtre, cet ici qui permet d’accueillir l’ailleurs, devient alors le lieu où peut se dire et se nouer la rencontre avec l’autre. Créé avec grand succès en novembre 2017 avec des étudiants de l’Université de Franche-Comté, le spectacle est repris cette année avec certains d’entre eux, que le CDN accompagnera sur la voie de la professionnalisation.

Violaine Schwartz est comédienne, chanteuse et auteure. Son roman La Tête en arrière, lui a valu une nomination au Prix Femina, et Le Vent dans la bouche a obtenu le prix Eugène Dabit. Auteure associée au CDN de Besançon de 2014 à 2018, elle y a écrit Comment on freine ?, mis en scène en 2015 par Irène Bonnaud, et Tableaux de Weil, joué par les comédiens du DEUST théâtre. La même année, elle présente au CDN son récital J’ai le cafard, avec la contrebassiste Hélène Labarrière. Cette saison, elle participe aussi comme comédienne à l’aventure de Looking for Oresteia.

CDN sept 2018

Au CDN avenue Droz

Esplanade Jean-Luc Lagarce

accueil@cdn-besancon.fr

03 81 88 55 11

Puis ce spectacle sera en tournée régionale les 23, 24 et 30 novembre au Kursaal, à Saint Claude et à Montferrand

Autre spectacle proposé par le CDN en novembre en dehors du quartier :

Le Dernier Jour où j’étais petite

les 27, 28, 29 et 30 au petit théâtre de la Bouloie

Mounia Raoui est une amoureuse : seule en scène, elle livre sa grande histoire d’amour avec le théâtre. Forte d’un insatiable désir de raconter, la comédienne-écrivaine évoque ses rêveries enfantines et ses errances d’adulte, ses désespoirs et ses révoltes. Dans une adresse directe, tantôt au public, tantôt à sa plume, elle laisse jaillir ses interrogations sur la vie d’artiste et sur la vie tout court. «Le théâtre, l’amour, dit-elle, c’est du travail.» Avec humour et détermination, elle incarne la difficulté de choisir un travail qui implique souvent le chômage, l’incompréhension des proches, la solitude, le découragement qui guette, mais aussi l’élan qui porte. Comment lutter ? Comment trouver sa place ? Le Dernier Jour où j’étais petite, c’est ce jour perdu dans la mémoire à partir duquel la vie a cessé d’être facile. Dans un compagnonnage avec Arthur Rimbaud, Mounia Raoui utilise la force poétique du verbe pour se tirer de l’enfer, et fait du travail théâtral un levier pour à la fois grandir et retrouver l’enfance.

Categories: Actualités