Christian Bornat dessinateur illustrateur

Christian Bornat dessinateur illustrateur

Christian Bornat au balcon

Quelle est votre formation ?

Je suis autodidacte. Tout jeune, j’ai la passion du dessin. À l’école où j’étais premier en dessin, je passais mon temps à caricaturer mes professeurs. Depuis de nombreuses années, je fais partie de l’ « Art Libre Comtois » un groupe d’une trentaine d’artistes amateurs.

Quelles techniques utilisez-vous ?

Le dessin, le crayon, l’encre de Chine, l’aquarelle.

Christian Bornat

Est-ce votre métier ?

-Non, Je travaillais dans la banque à Lons-Le-Saunier, ma ville natale puis à Besançon depuis 1991.

Etes vous le seul dans votre famille à avoir ce goût pour les pratiques artistiques ?

dessin de grue par Bornat père

J’ai hérité de la fibre artistique du côté paternel. Mon père Dijonnais d’origine peignait à l’huile, sa tante faisait des gouaches, son cousin était sculpteur de métier, il restaurait les cathédrales et a participé au chantier de la Porte-Noire. Ma soeur fait des pastels.

Comment vous est venue l’idée de développer cette pratique ?

En 1970, inspiré par les oeuvres de l’artiste Gaston Coindre, je découvre les «vieilles pierres » de notre région. C’est un véritable coup de foudre duquel naîtra un amour durable

Quelles ont été vos premières réalisations et expositions ?

En 1972 à l’âge de 21 ans, encouragé par ma famille et mes amis, je fais ma première exposition de dessins à la plume intitulée « Vieilles demeures de Lons-le-Saunier et de Franche Comté». D’autres suivirent : dessins au fusain, aquarelles.

Baume les Messieurs Christian Bornat

En 1978, un ami journaliste Jacques Besson (un homonyme de l’écrivain) m’invite à faire un livre sur Baume-Les-Messieurs. Je réalise les dessins à la plume et à l’aquarelle et il écrit les textes. Nous publions une oeuvre poétique sur Baume « Roches et Vertiges »

En 1994, mon épouse me fait découvrir la Bresse. Ses vieilles maisons, son bocage m’inspire. Je fais une série d’aquarelles sur les « Les maisons bressanes» et elles seront éditées en cartes postales.

En 1998, nous partons au Vietnam adopter notre fille. De la rencontre avec ce pays, nait une série d’aquarelle. Elles seront éditées en cartes postales au profit de l’«Association du docteur Thérèse du Vietnam ». – En 2010 quand nous y retournons, je réalise « Carnet de voyages au Vietnam ». Je m’efforce de traduire les émotions en 70 dessins illustrant les scènes de vie, les visages, les paysages. Je ferai deux expositions l’une à Besançon et l’autre à Dijon.

Vous avez réalisé un véritable travail d’ethnographe, d’historien ou de géographe ?

Christian Bornat ferme bressane

En 2012. En effet, ce fût presque une étude ethnographique sur la présence de ces surprenantes cheminées à mitres ouvragées des XVI, XVII ème siècle. Pendant plusieurs jours, je les ai recherchées au milieu du bocage Bressan de la Bourgogne et de l’Ain. Je les ai observées en scrutant chaque détail. Mêlant encre de chine et aquarelle, il en est sorti 34 dessins, réalisés à la demande de l’écomusée de Pierre-De-Bresse et exposés en témoignages du passé «  Les cheminées sarrasines »

 

Vous êtes donc surtout  intéressé par la région de Franche Comté ?

Je suis un fervent admirateur du travail de l’abbé Garneret. Je m’intéresse depuis toujours à l’histoire et à l’architecture de notre région. Elle varie d’un département à l’autre m’offrant un vaste terrain de « jeux » me permettant d’assouvir mes passions du dessin et de l’aquarelle.

citerne par Christian Bornat

J’ai réalisé des dessins de citernes du Haut Doubs, constructions traditionnelles ingénieuses pour recueillir l’eau afin d’abreuver les troupeaux d’alpage, cela pourrait faire l’objet d’une exposition. Mais ce qui me tient le plus à coeur en ce moment, c’est la série des dessins de façades et de maisons, d’endroits pittoresques de notre ville. Pas à pas au travers de la ville, je les ai cherchés. À l’encre de chine et aquarelle, j’ai souligné des détails que le passant pressé ne voit pas. « Balades dans Besançon »

Pourquoi avez-vous décidé de contribuer aux  Rencontres avec les artistes des Chaprais les 17 et 18 mars 2018 ? Qu’allez-vous exposer ?

Artistes des Chaprais 3/18

C’est mon quartier, cela me tient naturellement à coeur de participer à ce projet qui lui donne de la vie qui montre des aspects pas forcément connus du quartier.

La Cassotte par Christian Bornat

Je vais exposer des dessins qui mettent en valeur des endroits particuliers, des maisons, des cours intérieures etc …

Voir l’annonce de cet événement artistique

Quelle est votre façon de faire ? dessinez-vous sur place ?

Non, en général, je prends une photo et je dessine chez moi.

Quels sont vos liens avec le quartier des Chaprais ?

Christian Bornat montre

J’y habite depuis 1992. J’y ai fondé ma famille. J’apprécie le quartier avec ses commerces, son côté familier et la proximité du centre ville. Je me déplace souvent à pied. Nous participons depuis de nombreuses année en famille au troc des Chaprais. C’est un moment convivial qui réuni de nombreux habitants du quartier.

En dehors du dessin et de l’aquarelle avez vous d’autres loisirs, d’autres passions ?

J’aime la gastronomie pour sa convivialité. Dans notre quartier, nous avons la chance d’avoir le  Mistigri. J’aime faire découvrir cet endroit authentique aux amis, à la famille quand ils sont de passage. À la belle saison, j’aime partager un moment avec des amis à la tuilerie du XVII ème siècle de Vaire-Le-Petit. Dans cet endroit original, chaque dernier vendredi du mois nous nous retrouvons autour d’un verre en savourant les produits des exposants du coin dans une ambiance un peu rabelaisienne. Je suis passionné de peintures évidemment, de gravure, mais aussi de livres anciens aux belles reliures, ainsi que du statuaire religieux, de Gustave Doré, Gaston Coindre, de Rabelais… de tout ce qui a attrait à l’art et à l’histoire en général. Dans le quartier, il y a beaucoup de personnes intéressantes à rencontrer, les expansives comme Fernande ou plus discrètes comme Jean François Chaudot le restaurateur de meubles passionné de la rue du Chasnost.