Les Cafés-Histoire des Chaprais : une initiative plébiscitée

Sept séances de « café-Histoire » ont été  organisées  par  le  groupe  « Histoire, Patrimoine, Mémoire » de « Vivre aux Chaprais » et ce,  avec  la  dernière qui a eu lieu le  30 novembre, à la villa Médicis.

 A l’initiative de la  formule,  M. Bernard Carré     qui l’avait  vécue  en Bretagne. Le principe :  évoquer,  faire  connaître,  garder la mémoire  d’un quartier, d’une  ville,  autour d’un thème, avec  des  témoignages d’autochtones, dans  une  ambiance  conviviale. Depuis  le premier, organisé l’an dernier   sur l’avenue Fontaine-Argent, la formule  a connu un  succès renouvelé   obligeant  les organisateurs  à  avoir recours à un système d’inscription pour y participer et à doubler les séances.  Les derniers ont eu lieu le 16, puis le 30 novembre 2017 dans le  somptueux décor de l’ancien Grand Hôtel des Bains devenu aujourd’hui la Villa Médicis.

Un quatuor   composé  de Christian Buron, Jean-Claude Goudot, Alain Prêtre et Guy Renaud, avait   préparé   minutieusement   la première séance. Il s’agissait d’évoquer  les   années  où  fut tentée   à Besançon la  création d’une station thermale. Le  lieu de la  rencontre   était propice puisque    l’hôtel Médicis,  qui est aujourd’hui une  résidence pour personnes  âgées,  fut  un fleuron hôtelier  de  l’ensemble thermal qui s’étendait de ce bâtiment  jusqu’à l’actuel boulevard  Diderot.

casino et CDN

                                                                                                                                                                   Le site actuel

                                                                                                                                                                                                                                     Le site à la fin du XIX° siècleLa Mouillère fin XIXe

De ce vaste  espace qui  fut entouré  jusque dans les années  1950  d’une clôture  restent,   outre  la villa Médicis,  l’actuel CDN,  qui  fut la salle des   fêtes de la station,   ainsi que  le  casino   qui a gardé  sa  fonction première.   La mode  du thermalisme   (fin du second  empire/ fin XIXe) fut  exceptionnelle.    Le nombre de  villes  où l’on allait « prendre  les eaux » fut considérable  et  de grands ensembles architecturaux, parfois à l’abandon,  témoignent  partout en France  encore  de cette vogue.

En 1866,      deux   francs-comtois découvrent   du  côté de Miserey   une couche de  sel gemme  imposante, 55m d’épaisseur. Lorsque ce sel  est  extrait par le procédé classique d’injection d’eau chaude,  il  donne  une  eau   dont  la  salinité  est dix  fois supérieure à celle de la mer

C’est  en  1883   qu’est inaugurée  la station thermale    lancée par  un homme d’affaire  parisien du nommé Vialatte précise  Jean Claude Goudot.   Des  architectes   bisontins   sont  chargés de l’ensemble du projet Boutterin, Rouzet, Forien  (à qui sont dus plusieurs  bâtiments    de style art déco du quartier  telle la villa  Lorraine de la rue de Vittel)   . On  fait  appel pour la décoration aux  meilleurs peintres  paysagistes comtois  Isenbart , Fanart,  au  sculpteur Becquet   dont  la  statue de Terpsichore,  déesse de la danse domine,  encore le  CDN.  Deux fresques  sont encore visibles au CDN précise Amandine  Pollet  venue au nom du théâtre  apporter  sa connaissance du site. Tout  le  quartier la Mouillère,   (nom  générique indiquant  des  zones humides) semble propice à  cette activité : la beauté  du site avec vue sur le Doubs et la citadelle, la  gare  de la Mouillère construite par l’architecte  Ducat (celui de l’église Saint Ferjeux) qui  peut drainer la  clientèle  suisse. Un  funiculaire   permet  aux curistes  d’aller  après les soins   s’oxygéner en  se promenant sur les hauteurs de Bregille. Un centre médico-social, enfin, est créé, « les Salins de Bregille ».  Installé sur les flancs de la colline  du même nom, il peut descendre chaque  jour  ses patients bénéficier  du thermalisme.  »

Gare de la Mouillère avec la Citadelle

article Guy publicité pour bains Mouillère

Un     funiculaire   permettra  aux curistes  d’aller  ensuite  s’oxygéner en  se promenant sur les hauteurs de Bregille. Un centre médicosocial toujours existant est créé, les Salins de Brégille  installé sur les flancs de la colline  du même nom. Il peut descendre chaque  jour  ses patients bénéficier des soins du thermalisme.

   Les affiches, les cartes postales  témoignent de  l’appellation  « Besançon  les bains » qui fut utilisée pendant une cinquantaine d’années ;  mais,  souligne  Evelyne Toillon , présente dans la  salle, celle-ci   ne  fut  jamais avalisée par  les instances municipales.   Un conseiller aurait, raconte-t-elle, déclaré   « officialiser  le nom « Besançon les bains »    c’est comme si l’on passait la porte noire au Ripolin ».

Bains salins de la Mouillère

L’hôtel des bains comprenait  80 chambres avec  ascenseur, téléphone, etc.  . Les  salles de   détente   étaient luxueuses et l’on comptait bien  attirer  une importante clientèle  étrangère.

Hôtel des bains vestibule

Vestibule de l’établissement thermal

Après dilution,    l’eau salée, transportée  par  bac  puis  saumoduc  qui suit la ligne de chemin de fer  jusque    la Mouillère,  permettait aux curistes  de venir  soigner,  selon les affiches  de l’époque,  les  problèmes de santé des femmes et des  enfants

Mais   la  vocation  de station thermale  de  Besançon  ne   se  poursuivit pas  au-delà de 1932 soit  quarante années  seulement de plein exercice  effectif .  Il suffit  de  regarder    la listes des stations thermales  existantes   ou  ayant cessé   leurs activités en France pour se rendre  compte  que la concurrence  était rude, même si les affiches proclamaient « Besançon à six heures et demi seulement de Paris ».    Sur cette   fragilité  vint se greffer  la  guerre de 1914 qui  vit les installations thermales devenir un immense  hôpital de l’arrière, puis ce fut la grande crise économique de 1929.

Qu’allait devenir  cet ensemble monumental ?   La  ville, dans un premier temps racheta les installations, les  loua ;  ce qui  lui donnait plus de soucis  que    de   rentabilité ou d’usage.

La salle des fêtes devint un cinéma  tenu par Roger et Evelyne  Fallet  qui  durant  la seconde  guerre  mondiale  se distinguèrent  par des faits de résistance à l’époque  où  la feld-kommandantur en  avait fait son mess et  son lieu de loisir.  Après la seconde guerre mondiale,    les installations thermales  sont rasées   et laissent place  à l’hôtel Mercure et  aux  habitations   qui   font face au parc Micaud.       « Lors de   cette   grande  démolition, raconte   Guy Renaud, j’avais 23 ans   et fréquentais la maison des  jeunes. On est allé   demander   au maire Jean Minjoz l’autorisation de récupérer  toutes  les  canalisations en cuivre en  vue    de financer   nos  activités de loisir notamment l’achat d’une ferme dans le haut Doubs. Cela  rapporta 60 000 francs, ce qui était une  belle somme pour l’époque ».

Au cours de la seconde séance, le jeudi 30 novembre, toujours à la Villa Médicis, madame Marie-Hélène Joly, directrice adjointe de la villa, a présenté ses recherches qui durent depuis plusieurs années et les  documents personnels amassés au fil du temps. Passionnée, passionnante, elle nous a conté le quotidien dans ces lieux mythiques, réservés, il faut le dire, à une riche clientèle. Les cures thermales ont été expliquées;  les jeux du casino, les réceptions dans la salle des fêtes du Casino dont le toit pouvait ouvrir sur le ciel étoilé, les beaux jours, la vie aussi bien au Grand Hôtel des Bains que dans les jardins du casino, les excursions ont été racontées!

Les auditeurs   de France  culture   connaissent  tous la  célèbre  émission de  notre éminent historien  franc comtois  Jean-Noël Jeanneney  « Concordance des temps ». L’Histoire se répète …. avec des variantes passionnantes. La volonté   d’attirer  les touristes dans  notre magnifique  cité  de Besançon  avait    présidé   à cette  entreprise. La problématique   reste  encore d’actualité   si l’on en croit les nombreuses professions de foi de ces dernières années allant dans ce sens.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   GGL

Photos : Alain Prêtre, Mémoire Vive Besançon. DR.

M. Jean-Claude Bonnot, auteur du livre « Gestapistes et Agents Troubles Franche-Comté Bourgogne » dédicacera son livre à la librairie l’Intranquille, rue des Granges, le vendredi 8 Décembre 2017 de 15h à 18h00.

Réponses au petit quizz sur  Besançon les Bains

Voici les bonnes réponses à ce quizz que vous trouverez dans un article, publié  en date du 11 novembre 2017

1.- Quel est, d’après vous, l’établissement qui a ouvert le premier, en 1892

B.Le Casino

2.- Quels sont les architectes comtois à qui il a été fait appel pour la construction de l’Hôtel des Bains ?

A.Maurice Forien

B.Marcel Boutterin

C.Alfred Ducat

Tous les trois !

3.- La Villa Médicis s’appelait, auparavant ?

A.Le Grand Hôtel des Bains 

4.- Les eaux salées de l’établissement thermal provenaient de ?

B. Miserey Salines

5.- L’établissement thermal a fermé ?

B. D’un manque de rentabilité 

6.- La gare de la Mouillère a été inaugurée en ?

B.1884

7.- Président de la République Française, il a pris un repas au Casino lors d’un déplacement officiel à Besançon. De qui s’agit-il ?

B.Albert Lebrun (visite officielle le 2 juillet 1933)

8.- L’établissement thermal a été détruit en ?

B.1967/68

9.- Le réseau Casino était ?

  1. Un réseau clandestin de renseignements sous l’occupation allemande

10.- La salle des fêtes du Casino est devenue, au cours des ans? A.Un foyer pour soldats B. Un Cinéma C. Un théâtre.  Tous les 3 !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée
Champs obligatoires*