Qui sont les Chapraisiens ?

Spécificité et diversité des Chapraisiens

Le CCAS de Besançon vient de publier une nouvelle « Analyse Partagée des Besoins Sociaux 2017 » qui présente des données statistiques générales et quartier par quartier.

Malgré le délai, les statistiques datent le plus souvent de 2013, ce document est très instructif. Que peut-on en retenir pour notre quartier ?

Avec 15600 habitants, Chaprais-Cras est le quartier le plus peuplé de Besançon après Planoise-Chateaufarine. Sa population est en hausse de 2,9 % alors que celle de Besançon est en baisse

plan des quartiers de Besançon

Pour affiner l’analyse statistique, l’INSEE a subdivisé le quartier en 6 sous-quartier (IRIS*)

IRIS des Chaprais

Cette hausse de population  est concentrée dans l’IRIS 0501 « Mouillère » qui se démarque très clairement du reste du quartier par une forte  croissance  de sa population, + 800 habitants depuis 1999 soit +17 % .

Si on considère le nombre de ménages,  il est passé en 10 ans de 8399 à 9454 ( 12, 5 %) sur l’ensemble du quartier avec des évolutions très différentes Les ménages sont composés essentiellement d’une seule personne (59 %)

Nombre de ménages aux Chaprais

Cette évolution est accompagnée par une forte progression du nombre de logements (218 logements supplémentaires) principalement à l’île aux moineaux

 

Ile aux moineaux mai 15
Globalement, Chaprais-Cras se caractérise par le stock de logements locatifs privés le plus important des quartiers de la ville, avec 4 876 logements, représentant 52 % des logements occupés contre 40 % pour Besançon. En revanche, 6 % seulement sont locataire d’un HLM aux Chaprais

locataires aux Chaprais

La situation professionnelle des Chapraisiens en 2013

CSP aux Chaprais en 2013
Les habitants des Chaprais occupent de façon importante, des fonctions qualifiées (28 % de cadres et professions intermédiaires) ou ils sont retraités (29 %).

La part des retraités s’élève à 41 % dans l’IRIS Chaprais. La part des cadres et professions supérieures atteint 26 % à la Mouillère. La part des ouvriers + employés atteint 29 %  à Chasnot et au Parc des Chaprais

Le niveau de vie des Chapraisiens

Pourtant le revenu disponible médian par ménage (la moitié a moins et l’autre moitié davantage) a plutôt baissé en 12 ans

revenu disponible médian aux Chaprais

On observe un niveau de vie nettement plus élevé dans le sous-quartier Mouillère
Le rapport du CCAS considère que le quartier est moins concerné que d’autres par la précarité et par les difficultés sociales. Les indicateurs de fragilité sont toutefois plus élevés pour les Iris Rotonde et Parc des Chaprais mais toujours inférieurs à la moyenne bisontine.

Si le taux de pauvreté atteint presque 20 % des ménages sur l’ensemble de Besançon, il dépasse 10 % dans le quartier et même 15 % dans l’îlot Rotonde

On enregistre 1359 chômeurs aux Chaprais (catégories A B+ C) et 578 ménages reçoivent le RSA

Personne ne peut ignorer tous les mendiants à la porte des commerces de la rue de Belfort en particulier

Un tiers des jeunes ménages de moins de 30 ans sont en dessous du seuil de pauvreté à Besançon

C’est une caractéristique propre à Besançon :  le taux de pauvreté le plus élevé est celui des ménages de moins de 30 ans. Il atteint 35 % à Besançon en 2013 une part nettement supérieure à ce qu’on observe dans des villes équivalentes comme Metz, Rouen, Caen, et surtout Orléans (27 %) Il s’agit de personnes seules en situation précaire comme des apprentis (dont certains sont hébergés au FJT La Cassotte, de familles mono-parentales recevant le RSA ou de demandeurs d’asile.
Le taux d’emploi précaire des 15- 24 ans est passé de 17,2% en 1982 à 50,2% en 2012, et 51,6% en 2014 en France selon l’INSEE.

Le rapport étudie aussi l’importance des personnes très âgées
En 2013, Besançon compte 5 978 personnes âgées de 80 ans ou plus parmi ses habitants. Ceux-ci sont particulièrement présents dans les iris* suivants : Bregille, Rue de Vesoul, Fontaine-Argent, Chaprais, Mouillère, Rue de Belfort et Cras. L’allocation personnalisée d’autonomie (APA) aide 64 000 personnes en Bourgogne-Franche-Comté. Cette aide financière mise en place en 2002 et destinée aux personnes de plus de 60 ans vise à participer aux frais occasionnés par la dépendance. Elle est versée par les conseils départementaux. Dans la région, à partir de 75 ans une personne sur cinq est allocataire de l’APA. On observe ainsi que neuf bénéficiaires sur dix ont plus de 75 ans et près de la moitié plus de 85 ans. Le recours à l’APA est en effet lié à la perte d’autonomie qui s’accentue naturellement avec l’âge. Pas de statistiques précises sur le quartier où est implanté plusieurs établissements pour personnes âgées plus ou moins dépendantes.

maison de retraite en 2013 rue Paul Bert

 

Autre information contenue dans le rapport

Insécurité aux Chaprais : une évolution contrastée entre les faits et le ressenti

insécurité

Sentiment d’insécurité : dans les résultats de l’enquête sur le sentiment d’insécurité, cela correspond aux réponses négatives résultant de la question « dans votre vie quotidienne, vous sentez-vous en sécurité dans le quartier où vous résidez ? »
Précision: à partir de 2004 les cambriolages ont été recensés dans les faits enregistrés de l’observatoire de la sécurité.

 

* IRIS : de quoi s’agit-il ?

Ce sigle signifie « Ilots Regroupés pour l’Information Statistique » Chaque IRIS constitue la brique de base en matière de diffusion de données statistiques infra-communales. Il doit respecter des critères géographiques et démographiques et avoir des contours identifiables sans ambigüité et stables dans le temps. Les communes d’au moins 10 000 habitants et une forte proportion des communes de 5 000 à 10 000 habitants sont découpées en IRIS. Ce découpage constitue une partition de leur territoire. La France compte environ 16 100 IRIS

Voir un précédent article : Des riches et des pauvres … les Chaprais un quartier encore mixte

Voir la page consacrée à la présentation du quartier et des ses habitants

Voir les statistiques publiées en 2010

Categories: Actualités