Le voyage du président de la République, Albert Lebrun, à Besançon, le 2 juillet 1933

Nous avons déjà évoqué ce voyage dans un article publié, sur ce blog, le 5 juillet 2014. Nous y précisons qui est Albert Lebrun et le programme de cette visite officielle.

Il faut souligner cependant que ce voyage, comme celui 10 ans plus tôt d’Alexandre Millerand, se fait sous surveillance policière. Là aussi on craint une action plus ou moins spectaculaire des communistes bisontins. Un rapport du commissaire central de police donne le ton, c’est le cas de le dire.

visite président rapport police

Afin de protester contre les condamnations de militants indochinois, à SaÏgon, le 6 mai 1933, les communistes bisontins pourraient utiliser des sifflets (comme ils l’avaient déjà menacé en 1923) lors du passage du cortège présidentiel. Le verdict de Saïgon est en effet très lourd : 8 condamnations à mort, 98 condamnations au bagne dont 19 à perpétuité pour avoir mis en cause le statut colonial de la Cochinchine!

 

Le service d’ordre est préparé minutieusement. Des « Laissez circuler » sont distribués au compte-goutte. Les invités sont priés de montrer leur invitation officielle!

visite président laissez circuler

 

visite président invitation banquet

visite président badge 001

Mais finalement tout semble se dérouler sans incident.

visite lebrun 2

Vers 11h40, le cortège présidentiel quittait l’observatoire pour le rond point des Bains en passant dans le quartier par la rue de la Paix, l’avenue du Maréchal Foch, la rue de Belfort et l’avenue Carnot.

A 11h55 il apparaît à l’entrée du Casino. Albert Lebrun est accueilli par M. Krug, ancien maire de Besançon, en sa qualité de président de l’union des sociétés de secours mutuels du Doubs. 104 sociétés du Doubs sont représentées!

Le banquet, au Casino commence à midi et quart. Il réunit 500 convives annonce la presse. Mais, si l’on en croit un document de la préfecture répartissant les frais, il y aurait eu 446 couverts.

visite président frais banquet

A la table d’honneur, aux côtés du président de la République,à sa droite, le maire de Besançon, Charles Siffert et, à sa gauche, le marquis de Moustiers, sénateur et président du conseil général du Doubs.

Pas moins de cinq discours précèdent celui du président qui évoqsue le passé historique de notre ville et les visites qu’il vient d’effectuer.

L’Eclair Comtois du 3 juillet 1933 écrit :

« Le banquet terminé, une foule nombreuse attend rue d’Helvétie et rue de la république le passage de M. Albert Lebrun. Quand il sort du Casino des cris enthousiastes retentissent et des applaudissements crépitent. Le chef de l’Etat, debout dans sa voiture sourit et salue inlassablement. Les photographes prennent hâtivement des clichés.

Avant de prendre la route de Morre, le cortège officiel se dirigeant avenue Fontaine-Argent se rend d’abord au préventorium de Palente… »

 

visite président dépêche républicaine 3

 

La visite présidentielle se poursuit par une visie à Pontarlier. Le président passera la nuit à quelques kilomètres de Pontarlier avant de regagner Paris le lendemain.

Sources : archives municipales et départementales.