Journée du Patrimoine au cimetière des Chaprais

A Paris, il y a le Père Lachaise, à Besançon on a (presque) aussi bien : le cimetière des Chaprais

Merci aux trois bénévoles passionnés qui se sont succédés (sous la pluie malheureusement) pour faire découvrir  à une cinquantaine de visiteurs quelques aspects de ce vaste cimetière créé en 1824. Il s’agit de Jean Claude Goudot, Brigitte Delsalle et Michèle Roche, membres du  CCH

Journée du patrimoine Cimetière des Chaprais

Après avoir rappelé le contexte de la création de ce cimetière, notre accompagnatrice Madame Brigitte Delsalle délimita l’objet de la visite : la partie « romantique » du cimetière qui se caractérise par des allées courbes et beaucoup de végétation : une sorte de jardin à l’anglaise. Elle est située en haut, près de l’église Saint Martin.

Plan du cimetière des Chaprais

Parmi la vingtaine de tombes sélectionnées, on pourra observer une diversité de styles, de symboles et de matériaux dans l’art funéraire et remarquer les sépultures de personnages célèbres. Il fallait être riche et célèbre pour disposer d’une telle sépulture. On ne retrouve pas trace de gens du peuple !

tombeau en fonte de Saint-Eve

Une premier monument est réalisé en fonte par et pour une famille de fondeurs la famille Saint-Eve. L’entreprise familiale a eu jusqu’à 215 salariés. Comme beaucoup de sépultures, elle a beaucoup souffert. Voir un précédent article

Cimetière : Saint-Agathe libraire

A proximité, on peut observer la tombe (en pierre) d’un libraire-imprimeur : Louis Saint-Agathe connu pour ses idées fouriéristes. Son établissement était installé 42 grande rue.

Julie Considérant

Autre fouriériste, Victor Considerant dont la femme Julie née Vigoureux a une tombe ornée d’un bulbe de tulipe souvent symbole de la vanité des biens de ce monde.

C-A Maire, colonel baron

Après le caveau (envahi par la végétation) de l’architecte Pierre Marnotte, on observe la tombe pyramidale d’un militaire né à Mouthe : Claude Augustin Maire,  colonel, baron de l’Empire.

chapelle Gevigney

près de l’église est construite une belle chapelle surmontée d’une statue de Saint Bernard pour la famille Durand de Gevigney

cimetière : Joseph Liard

La tombe de Joseph Liard est moins flamboyante, mais intéressante par les symboles de son métier (ingénieur des Ponts et Chaussée) représentés en relief  sur chaque face  : par exemple l’entrée du tunnel du canal du Rhône au Rhin à Thoraise. La tombe voisine d’un militaire décédé en 1832 est encore bien entretenue.

tombe aux trois coeurs

Un peu plus bas, cette stèle est ornée de trois coeurs transpercés d’une flèche : la personne décédée a été pleurée par trois enfants.

Baron Boulart cimetière des Chaprais

Un autre monument d’allure classique à la gloire d’un militaire, Boulart, baron d’empire, mort à 66 ans en 1842

Jean Druot napoléonien

Jean Druot,  colonel d’infanterie a participé à toutes les batailles napoléoniennes : 23 campagnes « sans reculer » apprend-on

cimetière vicomtesse

La vicomtesse Jenny Cécilia Cotter de la Hitte a eu droit à une  épitaphe originale.

Gondy maire de Besançon

Jean Claudius Albert Gondy dispose d’une superbe tombe en marbre (avec son buste). Patron d’une entreprise d’horlogerie située rue Gambetta (actuellement l’hôtel Ibis), franc-maçon, il fit une carrière politique comme radical-socialiste qui le conduisit au poste de maire de Besançon en 1898.

Micaud et Bretillot au cimetière

Pour d’autres maires de Besançon, Micaud et son gendre Bretillot qui lui succéda, la sépulture est moins monumentale, mais elle s’étale sur un plus grand espace.

pyramide Alphonse Delacroix

La pyramide de l’architecte Alphonse Delacroix  ne passe pas inaperçue : il est connu en particulier pour la réalisation de la promenade Micaud

sculpture Pasche cimetière des Chaprais

La plus éclatante sculpture qui vient d’être rénovée est celle de la famille Pasche : un sculpteur qui s’est mis en scène avec sa mère et sa soeur.

Un monument rappelle la Résistance des frères Chaffanjon libraires morts en déportation ou de celle de Pierre Rimey  mort à 22 ans.

Il y a bien d’autres curiosités à découvrir.

En résumé, une illustration de l’art funéraire et une évocation d’épisodes historiques intéressants qu’on ne peut pas ignorer dans le quartier des Chaprais

Une bonne initiative qu’il conviendrait de renouveler pour ne pas limiter ces informations à un si petit nombre de personnes. Il y a des volontaires au sein de l’association Vivre aux Chaprais.

Voir tous les articles consacrés au cimetière des Chaprais

Prochain rendez-vous pour mieux connaître l’histoire des Chaprais et de ses rues : jeudi 29 septembre à 19 h 30 au FJT La Cassotte conférence animée par Eveline Toillon

Categories: Histoire & Patrimoine