Début septembre 1936, c’était la fête aux Chaprais…

La prochaine fête des associations, samedi 10 septembre, organisée, aux Chaprais/Cras, sous l’égide de l’ASEP, et le 31° Troc des Chaprais sous l’égide de l’Union des Commerçants, ce dimanche 4 septembre  nous incitent à revenir sur ces grandes fêtes populaires organisées dans les années 1930 dans notre quartier.

Pour l’instant, nous avons pu remonter jusqu’à 1885 (et les recherches continuent…), pour trouver trace d’une fête régulière, aux Chaprais, un dimanche du début du mois de septembre. Mais avec la création de la Commune Libre des Chaprais, cette fête prend une toute autre dimension. Il suffit de lire les dernières lignes d’un article du journal Le Petit Comtois, daté du 7 septembre 1936, pour s’en convaincre : »...Honneur aux Chaprais dépositaire de la bonne gaieté gauloise.Honneur à tous ceux qui, ces deux jours, ont aidé Besançon à se dérider. Notre bonne »vieille ville espagnole » en a bien besoin ».

Il faut dire que les organisateurs avaient bien fait les choses. Voici quel était le programme de la journée du samedi 5 septembre.

 » 20h30 retraites aux flambeaux et concert par les Amis des Arts et l’Union Musicale des Chaprais.

  21h15 réception du Négus

  21h30 arrivée du Duce. Entrevue entre les deux chefs d’Etat sous la médiation du Maire des Chaprais.

  21h45 départ du cortège de toutes les personnalités sous la conduite des Amis des Arts et de l’Union Musicale des Chaprais par l’avenue de la gare, la rue de Belfort jusqu’à la Mairerie des Chaprais (installée provisoirement au Café du Cercle, 37 rue de Belfort, aujourd’hui le café « Midi 37 » , fermé depuis quelques années).

Carte postale ancienne de la rue de Belfort avec le Café du Cercle, siège provisoire de la "Mairerie" lors des fêtes de la Commune Libre des Chaprais

Le café du Cercle, rue de Belfort, siège de la Mairerie lors des fêtes de la Commune Libre des Chaprais

  22h30 grand bal gratuit au Café Français (alors 42 rue de Belfort).

Carte postale ancienne de la rue de Belfort avec enseigne du Café Français où se déroulait le bal de la Commune Libre des Chaprais

Le café Français, rue de Belfort disposait d’une salle de bal ou de réunion.

Voici le compte-rendu de cette première journée, dans Le Petit Comtois du 6 septembre 1936.

« Ils avaient promis que même s’il pleuvait dans la boucle, il ferait beau aux Chaprais. C’était vrai. La soirée fut clémente. Le ciel lui même rendait hommage aux beaux efforts de nos Montmartois, les Chapraisiens.

Samedi donc, la Commune Libre avait fait les choses mieux que jamais: elle recevait à 20h15 le Négus et Mussolini. C’était une entrevue diplomatique que tous les pourparlers internationaux n’avaient pu faire aboutir. Pourtant ce rêve d’une réconciliation devint une réalité. (rappelons que l’Italie vient de conquérir l’Ethiopie, après quelques mois de guerre et que le Négus, l’empereur Hailé Sélassié s’est réfugié en Angleterre. Il retrouvera son trône dès 1941). Devant la gare Viotte, les deux belligérants firent bien quelques difficultés. Mais l’échange d’une boîte de macaronis et d’un régime de bananes fit plus que bien des paroles.

Dans le cadre des fêtes de la Commune Libre des Chaprais, parodie de rencontre, en septembre 1936 entre le Négus et Mussolini alors ennemis.

La rencontre historique, aux Chaprais, du Négus et de Mussolini

Une foule considérable assistait à l’entrevue. Le Maire des Chaprais avait accueilli les deux personnalités assisté de son chef du protocole et du commandant des sapeurs pompiers. Pendant ce temps un garde champêtre du cru assurait avec bienveillance mais fermement un discret service d’ordre.

Parodie d'une rencontre improbable entre Mussolini qui a envahi l'Ethiopie et le Négus, empereur d'Ethiopie, alors en exil en Angleterre, lors de la fête de la Commune Libre des Chaprais en septembre 1936

Mussolini et le Négus, alors ennemis, parodiés lors de la fête de la Commune Libre des Chaprais en septembre 1936

De l’immense cohue qui assiégeait les abords de la gare Viotte, un magnifique défilé se dégagea, qui, par tous les Chaprais, emmena les deux émissaires hommes d’Etat. Et tout se termina par un copieux vin d’honneur à la « Mairerie ». Ceux qui ne participaient pas à ces agapes avaient ailleurs de quoi s’amuser: les manèges tournaient, les tirs pétaradaient et au bal voisin on dansait à perdre haleine.

Mais samedi n’était qu’un prélude. Aujourd’hui, de nouvelles réjouissances sont au programme. Hors la fête foraine, il y aura à 10h un cortège dans la ville, fleuri de toutes les notabilités citées. Puis à 14 h ce sera place du 4 Septembre le départ d’une inénarrable course cycliste. Les 15 engagés accompliront Place du 4 Septembre/Place de la Liberté en passant par la rue de la République, la rue des Granges, le pont Battant, le quai de Strasbourg, l’avenue d’Helvétie et la rue des Chaprais. Le championnat du monde de demi-fond couru avant hier, n’est rien auprès de cette formidable épreuve. Qu’on se le dise! » (si nous avons bien compris, les vélos étaient sans chaîne ni pédales…).

A quand  une nouvelle commune Libre des Chaprais à même d’organiser ce type de fête populaire?….

Vous pouvez vous reporter aux billets déjà écrits sur la commune Libre des Chaprais et la Mairerie

Lire l’article du 1 février 2014 La Mairerie et la Commune Libre des Chaprais

(pour voir les autres, utiliser la rubrique recherche à droite de cette page).

 Et n’oubliez pas que le 8 septembre 1944, Besançon était libéré. Vous pouvez lire les 24 portraits des Résistants morts lors des combats pour cette libération, publiés l’été dernier et réalisés par M. Bernard Carré Voir tous les articles  (ou saisir « Résistant » dans la rubrique recherche). Ces noms figurent sur la stèle érigée en leur mémoire, place de la Liberté.

Reproductions des cartes postales anciennes du site Mémoire Vive de la ville de Besançon.