Les Chaprais dans La Dépêche Républicaine de Franche-Comté du 30 juillet 1926….

Petit entracte historique dans la publication des billets consacrés à la peinture et à la sculpture…Nous avons eu la curiosité de rechercher dans la presse de l’époque comme Le Petit Comtois, les faits locaux concernant notre quartier. A la date du 30 juillet 1916, pas grand chose. Mais à la date du 30 juillet 1926, s’il est annoncé, dans Le Petit Comtois un seul vol concernant notre quartier, La Dépêche Républicaine de Franche-Comté mise en ligne récemment sur le site Mémoire Vive de la ville est lui, beaucoup plus riche.

La "une" de la Dépêche Républicaine de Franche-Comté du 30 juillet 1926

La Dépêche Républicaine de Franche-Comté du 30 juillet 1926

Tout d’abord deux vols sont signalés dans le quartier :

« Vols d’habits

Une enquête est ouverte au sujet du vol d’un complet veston en drap gris bleu et d’un veston avec gilet et gabardine noire. Ce vol a été commis par un inconnu dans la soirée du 12 juillet au préjudice de M. Maurice Emile, chef de section à la compagnie des chemins de fer PLM et de Me Klentz Emilia, gérante, demeurant tous deux 4 rue de Vittel.

Photo de la rue de Vittel autrefois

La rue de Vittel autrefois
(photo Bévalot)

 

Photo de la maison du n°4 de la rue de Vittel aujourd'hui

Le n° 4 de la rue de Vittel aujourd’hui

 

 

 

 

 

 

 

 

Il semble que, jusqu’après la guerre, le 4 rue de Vittel ait été un hôtel meublé.

 

Vol de linge

Une enquête est ouverte au sujet d’un vol de linge commis dans la nuit du 26 au 27 juillet par un inconnu à la barque lavandière de l’avenue d’Helvétie au préjudice de Me Poncet demeurant 24 rue de la Madeleine. »

Barques lavandières sur le Doubs à la hauteur de la Tour de la Pelotte

Barques lavandières sur le Doubs

Photo des barques et des lavandières, quai de Strasbourg, au début du XX° siècle

Les barques Lavandières du quai de Strasbourg

 

 

 

 

 

Nous aurons l’occasion, dans un prochain billet d’évoquer ces barques lavandières qui étaient fort nombreuses à Besançon.

Autres nouvelles : Au Casino : aujourd’hui et demain, en soirée, la troupe de comédie qui a conquis les suffrages de la population bisontine donnera « Les supercheries du divorce », la spirituelle comédie dont le succès est assuré. Comme de coutume la mise en scène de M. Miral sera un régal pour les yeux.

Dimanche en soirée, grand gala avec les FRATELLINI les inégalables clowns encadrés de 10 attractions.

La location s’impose : hâtez-vous de retenir vos places.

Plus intéressant encore on apprend, dans les annonces légales, la vente du Café de la Perle, du 9 avenue Carnot, par M. Eugène Vernet, limonadier à M. Maurice Greset et Me. Madeleine Mathis son épouse, limonadiers 15 rue du Capitole (rue des Granges actuelle).

Le café de La Perle aujourd'hui

Le café de La Perle aujourd’hui

Mais aussi l’installation de la fabrique d’horlogerie, CHAUVELOT-MAYER,  7 rue des Chaprais (passage Charpy, actuel Passage Rambaud).

chauvelot

L’annuaire Fournier nous indique que cette fabrique existe toujours en 1936 avec un nouvel associé : BOUGAULT. Une autre fabrique d’horlogerie s’installera dans ces locaux, après la guerre. Nous aurons l’occasion d’en reparler….

Cartes postales anciennes et Dépêche Républicaine : site Mémoire vive de la Ville de Besançon. Photo de la rue de Vittel autrefois, cliché Bévalot, collection particulière DR.