Hugues Menant directeur de La roue de secours

Interview de M Hugues Menant directeur de l’association La roue de secours

Hugues Menant directeur de la roue de secours

Vous dirigez La roue de secours, de quoi s’agit-il ? une association ou une administration ?
C’est une association loi 1901 créée en 1998, elle est présidée par Jean-Jacques Bretillot

La roue de secours

Quel est son but ?
Comme le nom l’indique, elle aide les personnes à résoudre des problèmes de déplacement afin de lever des obstacles à l’accès à l’emploi ou à son maintien.

Comment l’aide se concrétise-t-elle ?
En réalité nous avons deux services : d’abord la location solidaire pour une réponse immédiate à une difficulté concrète. Par exemple, tout à l’heure, une personnes est venue louer un scooter pour lui permettre de se rendre dès lundi à un travail intérimaire. Sans ce moyen de transport, elle n’aurait pas pu se rendre dans cet emploi à des horaires et à un endroit inaccessible par des transports en commun. Ensuite, nous avons créé une plateforme  de mobilité pour accompagner les personnes en insertion sur une période plus longue. Nous proposons un diagnostic, une formation etc …

Votre service correspond-il à un besoin  ? A combien de personnes a-t-il bénéficié ?
Oui, il correspond à un vrai besoin. L’an passé 500 personnes ont bénéficié de la roue de secours à Besançon, mais aussi dans le département et même au delà dans la région Franche Comté. Cela correspond à 15 000 journées de location. On peut dire que sans ce service, ces 500 personnes n’auraient pas pu travailler 15 000 journées. Il y a un effet sur l’emploi indéniable.

Comment se répartissent les usagers de vos services ?
Globalement, il y a presque autant de femmes que d’hommes. Mais parmi les personnes qui louent des véhicules, il y a une majorité d’hommes. Pour les autres services, c’est l’inverse, il y a une majorité de femmes. Les âges vont de 18 à 50 ans.

De combien de véhicules disposez-vous ?
Une centaine de véhicules dont 10 vélos électriques, 4 vélos ordinaires, 80 scooters et une voiture à louer (en plus de notre camionnette de service)

Vous n’avez qu’une voiture à louer, c’est peu ?

Oui c’est trop peu. C’est pourquoi nous lançons un appel aux personnes qui disposent d’une voiture qu’elles n’utilisent plus. Nous acceptons les dons de véhicules en état de marche ou ne nécessitant qu’une petite réparation. En échange, nous pouvons fournir un reçu fiscal permettant une déduction de ses impôts.

Quel est le tarif de location ?
5 euros la journée et 80 euros par mois en général

roue de secours pour un emploi

Les entreprises privées de location ne se plaignent-elles pas de la concurrence ?
En réalité nous sommes complémentaires. Nous n’avons pas le même public. Chez les loueurs de vélos, on y va surtout pour les loisirs, la promenade, le tourisme. A la roue de secours, c’est uniquement pour un travail. Il y a des conditions.

location de véhicules par la roue de secours

La plupart des personnes qui s’adressent à nous ont très peu de ressources, elles le font sur recommandation du CCAS, de la Mission jeune pour l’emploi, de pôle emploi, du FJT de la Cassotte ou des Oiseaux ou même d’agences d’intérim.

Alors, comment financez-vous toute cette activité ?
Heureusement nous touchons des subventions et des aides de l’Etat (politique de la ville), du conseil départemental, du Grand Besançon, du CCAS, du Fond social européen, ainsi que de la fondation PSA et d’ERDF (pour les vélos électriques)

Pour entretenir tout ce parc de véhicules, cela demande du travail ?
Oui, nous avons un bon mécanicien à Besançon (et un autre ailleurs)  qui entretient, répare rapidement (nous avons des pièces détachées).

Tsolak et Raoul à la roue de secours

Aujourd’hui, Tsolak le mécanicien accueille un jeune (Raoul) à qui il fait découvrir le métier. L’association est aussi un organisme de formation pour son personnel. J’en ai bénéficié moi même ayant commencé comme emploi aidé.

Depuis quand êtes vous dans le quartier ?
Personnellement, je n’habite pas le quartier, mais j’y travaille depuis quelques années. L’association a démarré 34 rue d’Arènes. Mais avec l’extension de nos activités, notre local était devenu  trop petit. Nous avons profité des locaux laissés vacants par la  régie des quartiers 13 rue Krug. Cette implantation est assez pratique,  pas trop éloignée du centre ville et à proximité immédiate du tram. Dans ce bâtiment, nous pouvons y placer le hall d’accueil, avec le bureau de Charline,  la secrétaire

Charline secrétaire de la Roue de secours

deux autres bureaux, le garage et l’atelier à l’arrière  et même une salle de réunion pour la formation à l’étage. Nous sommes 8 salariés dont 5 sur Besançon.

La roue de secours, 13 rue Krug

Comment contacter la roue de secours  ?
Venir aux permanences 13 Rue Charles Krug, 25000 Besançon les lundi, mercredi et vendredi de 10 à 12 h et tous les après midi à partir de 14 h jusqu’à 17 h 30 les mardi et jeudi et 18 h 30 les lundi et vendredi  Tel  : 03 81 83 13 28  mel :  rouedesecours@wanadoo.fr

Hugues Menant est un sportif qui pratique le handball à Champagnole dans un club le CHB qu’il a présidé
Handball à Champagnole
Voir le portrait des responsables  de l’association Valentin Haüy qui a ses locaux rue Krug
Categories: Portraits