Théâtre au CDN

Nous sommes repus mais pas repentis au CDN les 27, 28 et 29 avril

Repus mais pas repentis au CDN

À partir de Déjeuner chez Wittgenstein, pièce pour acteurs intelligents, de Thomas Bernhard
une pièce de théâtre conçue par Séverine Chavrier  avec Séverine Chavrier, Laurent Papot et Marie Bos

avec la participation des élèves du Conservatoire de Lausanne sous la direction de Magali Bourquin :
Elizaveta Petelina (piano), Arthur Traelnes (violon) et Camille Thévoz (violoncelle)

Production  du Théâtre Vidy-Lausanne, Compagnie La Sérénade Interrompue

Repus mais pas repentis

Présentation de la pièce :

L’œuvre de Thomas Bernhard vibre d’une rage dévastatrice et bataille à la fois contre et avec le poids d’une culture faite de traditions, de ruptures et de contradictions : entre Schubert et Hitler. Attaquant violemment son Autriche natale, il dénonce l’utilisation d’une culture muséifiée comme cache-misère de la médiocrité et camouflage de l’histoire sanglante du XXème siècle. C’est cette voix solitaire et obstinée qui s’exprime dans Nous sommes repus mais pas repentis. Déjeuner chez Wittgenstein est le point de départ de cette création qui intègre des extraits d’autres oeuvres de Bernhard. Après la mise en scène du grand maître polonais Krystian Lupa présentée la saison dernière, Séverine Chavrier pose sur la même pièce un regard radicalement neuf. Le repas de famille qui se joue tourne au saccage : débris d’une intimité familiale faite de mauvaise foi et de cruauté, décombres de la raison du frère philosophe, décomposition de la carrière de comédiennes des soeurs, vaisselle en miettes et mobilier dévasté. Pas question ici de recoller les morceaux : corps, parole, musique, vidéo sont convoqués pour que les soliloques se heurtent et exacerbent les tensions. Mettre en pièces, mais aussi mettre en scène : de ces éclats, de l’humour qui les sous-tend, ressort une mise en jeu du théâtre lui-même et de sa place dans un monde en déliquescence

Présentation de Séverine Chavrier

De sa formation en lettres et en philosophie à ses études de piano au Conservatoire de Genève et d’analyse musicale en passant par de nombreux stages pratiques sur les planches, Séverine Chavrier a gardé un goût prononcé pour le mélange des genres. Comédienne et musicienne, elle dirige aussi sa propre compagnie, La Sérénade interrompue, avec laquelle elle développe une approche de la mise en scène où le théâtre dialogue avec la musique, l’image et la littérature. Ses spectacles sont une plongée dans l’univers des auteurs qu’elle affectionne : Hanokh Levin (Épousailles et représailles, 2010), l’auteur de science-fiction britannique J.G. Ballard (Série B, 2011), William Faulkner (Les Palmiers sauvages, 2014, répété en résidence au CDN de Besançon), ou Thomas Bernhard pour sa nouvelle création.

Au CDN avenue Droz mercredi 27 à 20 h, jeudi 28 à 19 h et vendredi 29 à 20 h (durée 2 h 20)

Tel 03 81 88 55 11