Étude des plaques commémoratives des victimes de la Grande Guerre dans les deux églises des Chaprais

Monsieur Roger Chipaux, membre du groupe Histoire, Mémoire, Patrimoine des Chaprais, s’est livré à une étude attentive et comparative des plaques commémoratives apposées dans les deux églises des Chaprais.

A l’exception de quatre de ces victimes, il tient à la disposition des familles, les fiches généalogiques qu’il a patiemment élaborées.

Il suffit de nous les demander.

Nous le remercions vivement pour ce travail de mémoire qui s’ajoute à celui de M. Guy Georges Lesart sur 4 poilus victimes et au billet qu’il a publié précédemment sur le capitaine Ihler.

Dans chacune des deux églises des Chaprais, St-Martin et Sacré-Coeur, se trouve une plaque dédiée aux paroissiens décédés durant la Première guerre mondiale.

La plaque de St-Martin porte 83 noms , celle du Sacré-Coeur  70 noms soit un total de 153 noms. Au moins une personne ne concerne pas 14-18 : le Capitaine Charles IHLER (voir billet en date du 19 mars 2016).

Dans l'église Saint Martin des Chaprais, on peut voir, sur un pilier, la liste des victimes de la guerre 14/18 pour la paroisse.

La liste des victimes dans l’église Saint Martin des Chaprais

Dans l'église du Sacré Coeur on peut voir 2 plaques commémoratives des victimes de la guerre &':&_

Plaque commémorative église du Sacré Coeur

Dans l'église du Sacré Coeur on peut voir cette 2° plaque commémorative

Autre plaque commémorative au sacré Coeur

 

Sur les 152 noms on trouve 8 doublons : René BALANDIER, Georges DEBAIN, Gabriel DORMOY, René DUPAS, Francis JACOUTOT, Georges JOURNOT, André MARTIN et Georges ARNOULD / ARNOUX.

Donc 144 personnes sont à identifier.  Sept posent des problèmes, quatre résistent à toute identification : Henri BLANC, Georges GUILLEMIN, Georges MUNIER et Gaston ROLLIER, trois restent incertains : Henri CHATELAIN, Camille CART et Gaston Raoul MABILE. De plus l’absence de prénom pour DUMONT  ne permet pas une identification certaine,  il y a 2 possibilités.

On peut ajouter, concernant ces plaques, qu’il y a eu des additions, pour celle de St-Martin : 77 noms au départ et 6 noms rajoutés et pour celle du Sacré-Coeur : 60 noms et 10 rajoutés. Même sur les listes initiales, l’ordre alphabétique est un peu flou, et surtout l’orthographe des noms n’est pas très fiable : parfois une lettre fait défaut : JANMEURE au lieu de JEANMEURE, BROCHET au lieu de BROCHOT, EHRAHRT au lieu de EHRHARD, GUERIN au lieu de GUERRIN, MONNIN au lieu de MONIN, RENERY au lieu de REMERY, VILLIN au lieu de VUILLIN, mais surtout : RIETSCH pour RIETSCHLE et CRETOZ pour CRESTO-ALEINA ! Les prénoms aussi peuvent poser problème.

Quelques recherches permettent d’identifier 141 personnes, on peut tirer quelques statistiques de cet ensemble.

74 personnes (plus de la moitié) sont nées à Besançon, les autres sont nées en majorité en Franche-Comté et pour le reste un peu partout jusqu’à Tahiti (Gaston MAILLE) ou en Argentine (Louis SCHWENGER).

Les âges au décès vont de 18 ans (Georges BAUDERE) à 52 ans (Léon VERON, un militaire). Les décès ont lieu durant le conflit et bien après :  Gaston Raoul MABILE (1925), Adrien MARTELET (1920), René TOURNIER (1920), Léon VERON (1921). Trois décès ont eu lieu en mer lors du naufrage du Gallia. Le premier décédé est René BIETH le 10/08/1914.

51 sont célibataires et 47 mariés, pour le reste (43) on n’a pas d’indication dans l’acte de décès. Ceux qui sont mariés ont souvent des enfants, au moins quatre pour Louis CORNU, Gaston FOURNIER, Jean GUERRIN, Charles MOREL, Léon RIETSCHLE

Certaines familles ont été durement touchées puisqu’on trouve les deux frères Fernand et René DELAVOLAINE, Apollinaire et Edmond GUYOT, Armand et François JEANMEURE, Edouard et Marius SIMONET et surtout les 3 frères PROST-TOULLAND : Henri, René (Irénée) et Jean. On peut ajouter que Francis JACOUTOT était le beau-frère d’ Adrien MARTELET.

Pour 93 individus on a une indication de profession (66%), elles sont très variables et peu significatives, les plus représentées : militaire, jardinier, employé au Chemin de Fer, comptable et quelques étudiants.

Dans quatre cas on n’a pas d’indication d’adresse, pour d’autres, éloignés des Chaprais, il faut tenir compte de l’adresse de la famille ou de la belle-famille, ce qui donne la répartition géographique suivante : 27 personnes rue de Belfort, 7 personnes : Chasnot, Les Vaites, Fontaine-Argent, Carnot,  6 personnes : Les Cras, Rue de Chalezeule, 5 personnes : Palente, route de Baume, rue de l’Église, etc.

On peut noter que 7 individus ne figurent pas dans le Livre d’Or de Besançon et que plusieurs n’ont pas eu de mention « Mort pour la France » sur leur acte de décès.

Extrait du Livre d'Or des anciens combattabnts morts pour la patrie

Une partie du livre d’or des anciens combattants morts pour la patrie

Sur cet ensemble 19 personnes (13%) ne sont pas vraiment des Chaprais (Palente, route de Baume, rue de Chalezeule, Chailluz …). D’autre part des chapraisiens figurent dans le Livre d’Or de Besançon mais pas sur les plaques, par exemple Georges BLOCH, Alexandre CLAPIER, Maurice GACHOT, Émile HUMBERT, Georges JACOT, Jean-Baptiste PERNIN, Henri PETITHORY, Félix RAVIER  …

Cette énumération de noms nous fait toucher du doigt l’hécatombe ; dans la petite rue de l’Eglise, il y eut 5 victimes : au: Robert VIENNET, au 12 : Jean Baptiste GONNIN, au 16 : Adolphe CHEVASSUS et au 33, dans la même maison : Pierre SARTIN et Louis VICAIRE.

Silhouette d'un combattant dessiné avec le nom des victimes de la Grande Guerre

Silhouette d’un combattant dessiné avec le nom des victimes de la Grande Guerre

Des sculptures de l'anvcuen monument aux morts qui était situé devant la gare Viotte ont été déposées et replacées en un lieu de mémoire aux Glacis

Les sculptures de l’ancien monument aux morts aux Glacis

noms des victimes dessinant des silhouettes sur le nouveau monument aux morts

noms des victimes dessinant des silhouettes sur le nouveau monument aux morts

Trois exemples de fiche généalogique établie par M. Roger Chipaux :

——————————–
Émile François Joseph CHARPY
Menuisier, 20 rue des Chaprais

Né le 18/4/1887 à Besançon, fils de Jules Constant CHARPY, employé au
Chemin de Fer, et de Léonie VIEILLE

Marié le 27/1/1912 à Besançon avec Juliette Marie LENOIR, dont au moins
un enfant : Louis Jules Hyacinthe (1913-1985)

Décédé le 22/8/1918 à Beuvraignes (80), Mort pour la France
Chasseur au 16° bataillon de chasseurs à pieds
Cité dans le Livre d’Or de Besançon
———————————
Louis Alexandre CORNU
Épicier, cafetier, 42 rue du Chasnot

Né le 2/3/1880 à Besançon, fils de Émile Désiré Stéphane CORNU,
menuisier, et de Anne PERROT

Marié le 2/6/1905 à Besançon avec Zélie Joséphine VEUVE, dont au moins 4
enfants : Germaine Anne Emma (1906-1989), Alice Emma Augusta
(1908-1992), Madeleine Joséphine Alberte (1910-1995) et Louis Marius
(1915-1999)

Décédé le 12/11/1914 à Hautebraye (60), Mort pour la France
Soldat au 60° Régiment d’Infanterie
Cité dans le Livre d’Or de Besançon
———————————–
Gaston René Victor VUILLEMOT
Boulanger, Vieilley (25)

Né le 3/10/1890 à Besançon, fils de Arsène Hippolyte VUILLEMOT,
boulanger, et de Marthe Adèle MOUSSU

Marié le 16/11/1917 à Besançon, avec Marthe Marie Emilie BAUD

Décédé le 30/08/1918 à Cuffies (02), Mort pour la France, Croix de
Guerre. Sergent au 42° rgt d’Infanterie
Absent du Livre d’Or de Besançon

Nous lançons un appel concernant les 4 victimes pour lesquelles n’ont pu être trouvés des renseignements précis. Rappelons leur nom :Henri Blanc, Georges Guillemin, Georges Munier, Gaston Rollier. Si des membres de leur famille peuvent nous renseigner, nous publierions avec plaisir les éléments de biographie communiqués.