Noria Del Peral gérante de la Planète aux affaires

Noria et Planète aux affaires

Portrait de Madame Noria Del Péral, gérante de La Planète aux affaires

Interview réalisée le 13 janvier 2016 et portrait publié le 14 janvier.
Comment caractérisez-vous votre activité ?
Dépôt vente de vêtements, sacs à main et bijoux.

vêtement Planète aux affairesprésentoir de bijoux Planète aux affaires
Depuis quand avez-vous ouvert ce commerce ?
Depuis mars 2003, je suis installée au 20 rue des Chaprais, en remplacement d’une boutique de photographie tenue par Madame Cugnet.

Planète aux affaires, rue des Chaprais

La planète aux affaires  20 rue des Chaprais Tel 03 81 80 91 01

Avez-vous d’autres liens avec le quartier des Chaprais ?
Oui, j’habite actuellement boulevard Diderot depuis 3 ans, j’ai habité 17 ans rue de Belfort au n° 48 et aussi en face, rue des Chaprais.
sacs à Planètes aux affaires
Pourquoi avoir choisi cette activité ?
Au départ, j’étais institutrice en Algérie. Quand je suis arrivée à Besançon, je me suis occupée de mon mari et de mes 4 enfants. Maintenant, ils sont grands, le dernier a 19 ans. Je voulais ouvrir un commerce de chaussures mais aucune banque n’a voulu me prêter l’argent nécessaire pour démarrer. C’est un comptable, M Carré qui m’a suggéré d’ouvrir un dépôt vente. Je le remercie, c’était une bonne idée. Il faut dire que j’ai le commerce dans le sang. Toute ma famille est dans le commerce, mon père vend des vêtements, les autres sont dans l’immobilier. Ma mère a une plantation de dattier qui produisent de succulentes dattes.

dattes
Quelle est votre clientèle ?
Elle est variée, surtout des femmes, autant des mamies que des jeunes filles, mais il y a aussi des hommes qui viennent dans mon commerce. On ne peut pas vraiment dire qu’il s’agisse d’un commerce de proximité. Il y a finalement assez peu de gens du quartier, beaucoup viennent d’ailleurs. En réalité, j’ai deux sortes de clients, ceux qui apportent des vêtements et ceux qui viennent pour en acheter, ce ne sont pas souvent les mêmes.

La planète aux affaires cliente
Vous n’êtes pas la seule dans ce secteur d’activité, comment réagissez-vous face à la concurrence ?
Il y a beaucoup de commerces de vêtements neufs, il y a des friperies, mais moins de vêtements d’occasion de bonne qualité. Je m’entends avec tout le monde.
Témoignage de Claire, une jeune cliente habituée :
J’aime venir ici rechercher quelque chose d’original. Une fois, j’ai trouvé un collier en métal articulé assez lourd qui met bien en valeur le cou. Tout le monde me demande où je l’ai trouvé. Je crois que je l’avais payé 15 euros. Moi, j’aime bien cette façon d’acheter, faire des découvertes. Le prix, l’accueil, la gérante est vraiment sympa, ça compte aussi.

Cliente de Planète aux affaires
Qu’est-ce que vous vendez le plus ?
Des chaussures, car j’aime bien cela. En janvier, ce sont les bottes qui sont les plus demandées.
Bottes à la planète aux affaires
Qu’est-ce qui ne se vend pas bien ?
Je ne prends pas tout. Si cela ne se vend pas, je ne le prend pas. A défaut de racheter, il m’arrive d’accepter des dépôts que je donne à une association des Clairs Soleils au Centre Martin Luther King.
Pensez-vous à la vente d’un objet particulièrement original ?
Oui par exemple un collier de la marque Guess

Proposez-vous d’autres services à part le dépôt vente ?
Oui, on peut déposer dans mon magasin des vêtements pour le pressing. C’est un couple très sympathique de Baume les Dames (le Pressing Schwartz) qui réalise ce travail.
Y a-t-il une régularité dans votre commerce ?
Le magasin est ouvert tous les matins (sauf le lundi) de 9 h à midi et tous les après midi de 14 h à 19 h. La fréquentation est très variable. Il y a des samedis où je ne vois personne et d’autres où 20 clients se pressent. En ce moment, je fais des soldes comme tout le monde.

Planète des affaires : cliente et Noria

Témoignage d’une autre cliente devenue amie :
Noria est vraiment très accueillante. Moi qui ai travaillé longtemps dans le commerce, je passe souvent dans la boutique de Noria. J’y ai par exemple trouvé ce manteau qui me va bien. Je n’aime pas aller dans des chaînes de distribution avec des alignements de fringues toutes semblables. Je viens du quartier Saint Claude pour aller dans les commerces des Chaprais.

vêtement La Planètes aux affaires
Que pensez-vous du quartier ?
J’aime bien, ça va. J’aime bien Besançon, ça me rappelle un peu ma ville natale de Sétif sur les hauts plateaux, il y fait froid aussi parfois.
Quels commerces et services fréquentez-vous dans le quartier ?
Je reste à proximité, je vais chez le boulanger, au Casino, au bureau de tabac etc …
Que manque-t-il comme commerces dans le quartier ?
Il y en a beaucoup, mais il n’y a pas de commerce de chaussures neuves, pas de quincaillerie, ni de mercerie. On aimerait bien un café où tout le monde puisse aller tranquillement, qui ne soit pas un bar réservé de fait aux hommes. Il y a bien le Café des pratiques, mais c’est un peu loin d’ici.
Que pourrait-on améliorer dans le quartier ?
Le comportement de certaines personnes. Je pense à ceux qui laissent leur chien faire des crottes sur les trottoirs. Un jour, j’ai demandé à une dame qui laissait son chien crotter devant ma vitrine de la ramasser. Elle ne veut pas le faire et me dit « rentrez-donc chez vous, allez dans votre souk, au lieu de me faire la leçon !» D’habitude, je suis aimable mais là, je me suis un peu énervée, je lui ai répondu sèchement « Madame je suis née en France, je suis française autant que vous, sans doute avant vous, révisez votre histoire-géographie !».

Voir la page sur la rue des Chaprais

Voir le portrait de François Tholomier, chef d’entreprise rue des Chaprais

De quel commerce manque-t-on rue de Belfort ?

 

Categories: Actualités, Portraits