Le bureau de poste des Chaprais, 3 rue de la Liberté, suite…

Le premier billet consacré, la semaine dernière, à la naissance du bureau de poste des Chaprais, a suscité un regain d’intérêt pour cette petite chronique illustrée de l’histoire du quartier. A ce sujet, m. Laurent Bonnefoy, qui nous avait communiqué des renseignements importants concernant l’ouverture des bureaux de poste à Besançon, nous précise qu’il n’est pas membre de la société philatélique et cartophile bisontine mais de Philapostel Franche-Comté et de l’Académie de philatélie. Par ailleurs son livre consacré aux Douanes dans le Doubs serait quasi épuisé. Donc, si vous êtes intéressé(e) dépêchez-vous de l’acquérir chez votre libraire préféré. Il n’y en a plus en stock!

En 1900, les boîtes aux lettres étaient en métal, de couleur bleue. photo du Musée de laz Poste à Paris DR

Une boîte postale en 1900
(cliché Musée de la Poste à Paris).

Reprenons donc le fil de l’histoire de la création de ce bureau de poste aux Chaprais, ouvert le 1er Juin 1883. On trouve aux archives départementales les différents courriers adressés au directeur de la poste du Doubs, en préalable à cette ouverture. Et même en date du 26 mai 1883, un document manuscrit organisant les navettes à pied entre ce nouveau bureau de poste, la poste centrale et la gare Viotte. Tout était très minuté!

Les Receveurs se succèdent au bureau de poste des Chaprais. Liste communiquée par Laurent Bonnefoy

Liste des différents receveurs de la poste des Chaprais (communiquée par Laurent Bonnefoy

En 1891, on apprend qu’un facteur à la retraite accepte le gardiennage de ce bureau des Chaprais. Qu’entendait-on alors par « gardiennage »? Une permanence de service?

Puis en 1893, le bureau s’agrandit. On passe de 53,9 m2  à 114 m2. Ce qui correspond exactement à la partie droite du rez de chaussée du 3 rue de la Liberté du petit immeuble actuel (occupé par l’association ADESEA), avec son entrée. Le côté gauche, avec entrée indépendante ayant hébergé autrefois (dates?..) une boulangerie.

Si bien que le receveur réclame un poêle plus important pour la salle des facteurs et…3 becs de gaz supplémentaires pour l’éclairage.

Aujourd'hui encore, la porte droite d'entrée du bâtiment du 3 rue de la Liberté ouvre sur des locaux associatifs occupés autrefois par le bureau de poste des chapraisntrée

L’entrée actuelle du 3 rue de la Liberté

Photo d'un facteur, en mai 1909, dans la Bouclen rue Mégevand, devant entrée de la Faculkté des Lettres. photographie prise par un soldat américain qui saississait tous les anciens métiers bisontins

Un soldat américain prend ce cliché en mai 1919, devant l’entrée de la Faculté des Lettres rue Mégevand (cliché retrouvé par Christian Mourey)

En 1909 (courrier du 13 février), le directeur des postes demande, pour chacun des bureaux de poste des Chaprais et de Battant, la création d’un emploi de gardien de poste auxiliaire qui aurait 5 à 6h de service à assurer. Et si nous ne trouvons pas la réponse dans ces archives, un rapport du responsable du bureau des Chaprais, en date du 27 août 1911, au directeur de la poste, explique comment il a réparti les horaires du nouvel emploi de gardien créé, qu’il doit partager entre son bureau et celui de Battant. Vous voyez bien que les Chaprais et Battant, un temps, ont marché main dans la main!

Une anecdote concernant encore l’année 1909 mérite d’être rapportée. Un rapport signale que la boîte aux lettres mise à la disposition du public, rue du Pater, n’a pu être ouverte le 17 juillet! Il a fallu l’intervention d’un serrurier et la facture sera adressée à la ville, ces boîtes étant municipales!

En 1922, le sous-secrétaire d’État des postes et des télégraphes signifie la suppression de deux emplois aux Chaprais!

Aussi  n’est-il pas étonnant de trouver, à la date du 4/12/1924, un rapport dénonçant le sous effectif de ce bureau!

Et en 1925, un emploi auxiliaire est créé.

Alors quels étaient les effectifs de ce bureau?

On  découvre la réponse dans un rapport de 1935. Il y aurait eu alors, 8 personnes employées aux Chaprais: le receveur, 3 dames commis, 3 dames employées et un manutentionnaire. Voici ce qu’écrit m. Henry Studenman , le Receveur, le 7 octobre 1935 :

 » La crise qui affecte l’industrie horlogère a eu une certaine répercussion sur le service postal, en particulier le nombre de chargements déposés au bureau de Besançon-Chaprais a subi une légère diminution.

Toutefois, l’état des choses précité semble avoir été compensé par l’augmentation d’autres parties du service : pensions, assurances sociales (dépôt des cartes) et vente de timbres. En résumé la baisse à peine sensible ne paraît pas suffisante pour entraîner un changement dans l’effectif actuel ».

Après cette date, il n’y a plus de documents, à notre connaissance, aux archives.

Le nouveau bureau de poste de la rue de Belfort ouvrira au cours de l’année 1962.

Le bureau de poste actuel de la rue de Belfort a succédé à celui du 3 rue de la Liberté, en 1962?

La poste actuelle rue de Belfort ouverte en 1962