Il y a 10 ans, Claude Salomon nous quittait…

Portrait de Claude Salomon alors Conseiller Général

Mr. Claude Salomon : cliché communiqué par le secrétariat général du Conseil départemental

Le 3 septembre 2005, mr. Claude Salomon décédait, à l’âge de 56 ans, emporté par une longue et douloureuse maladie.

Rappelons qui était Claude Salomon pour celles et ceux qui ne l’auraient pas connu.

Claude Salomon a été enterré au cimetière des Chaprais

Sépulture de Claude Salomon au cimetière des Chaprais.

Ce fils, petit fils, arrière petit fils de cheminots est né à Besançon, le 13 mars 1949. Il a toujours habité aux Chaprais, rue des Jardins. Cadre à la Banque Populaire, il était connu pour son engagement syndical et associatif. En 1982, il devient conseiller général de notre canton ,  Besançon Est, et ce, sous l’étiquette du RPR, durant 19 ans. Il succédait à Raymond Tourrain. ( Raymond Tourrain, ancien Résistant, membre du groupe Guy Moquet, était aussi un homme politique connu ; il est, entre autres, l’auteur du livre « Les fusillés de la Citadelle ou l’histoire du Groupe Guy Moquet »).

En 1983, Claude Salomon est élu conseiller municipal de Besançon sur une liste d’opposition; il le restera également  jusqu’en 2001. C’est cette année là  que sa carrière politique se termine, son parti, aux élections cantonales, lui ayant préféré Jacques Grosperrin ( rappelons que ce dernier est actuellement conseiller municipal d’opposition à Besançon et sénateur du Doubs).

Ce qui est remarquable, concernant Claude Salomon, c’est l’unanimité des jugements portés à son égard, d’où qu’ils proviennent ! Chacun le décrit comme un « homme de cœur et de tolérance ».

Lors de la séance du conseil municipal de Besançon, le 22 septembre 2005, le maire Jean-Louis Fousseret, dans un hommage rendu, le décrit comme « une personnalité attachante…Au-delà des divergences il a toujours été très attentif à la défense des intérêts de notre ville et ses interventions et son travail en commission furent toujours très très constructifs, sans sectarisme, et de précieux conseil ».

En sa qualité de conseiller municipal, il siégeait au CCAS, au conseil administration de Bellevaux (qu’il a même présidé) , à celui des Tilleroyes, à l’ADDSEA, etc.

Comme conseiller général, il a été Vice-président du Conseil général d’octobre 1988 à mars 2001; secrétaire de la Commission « Aide sociale, hôpitaux, hospices, hygiène, population » de mars 1982 à mars 1985, puis Président de cette commission de mars 1985 à avril 1992. Il a également été Président de la Commission « Éducation, collèges, transports scolaires, culture, jeunesse, sports, tourisme » d’avril 1992 à mars 2001.

La ville de Besançon a décidé de donner son nom, au petit parc rue Paul Bert, devenu depuis le 16 juin 2007, le square Claude Salomon.

Photo du square Salomon rue Paul Bert

Square Claude Salomon rue Paul Bert

Une commission  de l’ancien conseil consultatif des habitants (CCH) du quartier Chaprais/Cras, avait souhaité qu’une plaque à son effigie, (voire un buste) soit installée dans ce square.

Le sculpteur bisontin, Dominique Calamehabitant les Cras,avait manifesté son intérêt pour une telle initiative. Puis, ne la voyant pas aboutir, il a alors proposé à la ville de faire don d’une de ses sculptures intitulée Danse nuptiale ou oiseau de paradis : la particularité de cette sculpture étant, entre autres, qu’elle a été réalisée dans un linteau de l’ancienne école Paul Bert récupéré lors de sa démolition, pour faire place à l’actuel EHPAD des Quatre Tilleuls.

Photo de la sculpture que Dominique Calame donnait pour l'installer dans le square Salomon

Sculpture de Dominique Calame : Oiseau de paradis

Malheureusement, la direction de la culture et la Direction des espaces verts n’ont pu accepter ce don car la ville « ne peut assurer l’entretien des oeuvres placées dans l’espace public qui font régulièrement l’objet de dégradations ».

Dommage, c’eut été là une belle occasion de rendre de nouveau hommage à la mémoire de Claude Salomon.

Nous remercions le secrétariat général du Conseil départemental du Doubs pour les renseignements transmis très rapidement et pour la photo de Claude Salomon.